lundi 26 mai 2008

Julie et Mélissa seraient mortes de faim


Julie et Mélissa seraient mortes de faim

«La Meuse» du lundi 19 août 1996 page 8

Dimanche matin, à Neufchâteau, le procureur du Roi Michel Bourrelé a livré plusieurs explications sur les aveux de Marc Dutroux, recueillis samedi matin par les enquêteurs.

Marc Dutroux a notamment avoué avoir enterré Julie et Mélissa. Aux enquêteurs de la BSR de Marche qui l'interrogent quasi sans relâche, l'infâme individu, qui reste apparemment impassible, a donné sa version du décès des deux fillettes liégeoises.

Amenez-moi une fille!


D'après Dutroux, Julie et Mélissa ont été enlevées le 24 juin 1995 par Michel Lelièvre et Bernard Weinstein. Sur son ordre? Pas vraiment, selon lui: «Je leur avais dit, en guise de boutade, ramenez-moi une fille. » Julie et Mélissa auraient été amenées à Marcinelle.


Elles n'auraient été enfermées dans le réduit de 3 m2, celui-là où ont été retrouvées jeudi soir Sabine Dardenne et Laetitia Delhez, quelque temps plus tard. Car la geôle et son système de dissimulation n'étaient pas terminés...
Le 6 décembre 1995, Dutroux a été incarcéré après un règlement de comptes suivant un vol qualifié.

Dutroux, qui déclare aux enquêteurs que, lorsqu'il a quitté Marcinelle, les gamines disposaient d'une réserve de nourriture pour plusieurs jours.
«J'avais confié une somme de 50.000 F à Lelièvre », poursuit-il, afin qu'il s'occupe des deux gamines. »

Doublé ?


D'après Dutroux, lorsqu'il est sorti de prison - fin mars ou début avril dernier - et qu'il s'est rendu à Marcinelle, il a retrouvé des fillettes mourantes. Il aurait ensuite enterré les deux petits corps là où, samedi, l'on faisait leur macabre découverte, dans ce terrain vague jonché de carcasses de véhicules...

Dutroux cherche donc à imputer le décès de Julie et Melissa à son complice. Il nie également avoir abusé sexuellement des deux fillettes.

Le procureur du Roi émet lui de nettes réserves quant à cette version des faits, d'autant que Michel Lelièvre n'a pas encore pu être entendu sur ce volet et qu'aucune confrontation entre les deux hommes n'a encore eu lieu.
Bernard Weinstein aurait lui été tué par Dutroux, qui se sentait doublé à la fois par la mort des deux fillettes et par la mauvaise utilisation faite de l'argent qu'il dit avoir confié à ses complices durant sa parenthèse pénitentiaire.

Un détail horrible de plus Weinstein aurait été drogué puis enterré vivant.

La trace d'Ann et Eefje


Par ailleurs, l'enquête mène aussi à Ann et Eefje. Samedi, les enquêteurs avaient relevé à Sars-la-Buissière des indices permettant d'établir un lien entre les agissements de Dutroux et ses acolytes et la disparition d'Ann Marchal et Eefje Lambrechts.


Une Citroën CX avait ainsi attiré leur attention. Dutroux a de fait bel et bien avoué avoir séquestré Ann et Eefje. Des indices relevés par les enquêteurs le confirment.


A nouveau, Dutroux charge ses comparses Lelièvre et Weinstein : ce sont eux qui auraient opéré le 22 août 95, sur la côte belge, pour enlever les deux jeunes filles. Lelièvre dit autre chose. (Lire ci-contre.)

Un fol espoir persiste pour elles. Michel Bourlet a affirmé que la préoccupation numéro un était de les retrouver. Selon lui, si l'on se réfère aux « habitudes » de Dutroux, Ann et Eefje pourraient être encore en vie, quelque part.

Dutroux doit encore être cuisiné par les enquêteurs, qui cherchent tous azimuts sans écarter la moindre hypothèse. L'impression générale est que les deux jeunes filles ont pu être livrées à un réseau de prostitution, même si le procureur du Roi de Neufchâteau s'est refusé à émettre un avis à cet égard: le fait que Dutroux avait des contacts avec plusieurs personnes et avec des complices ne suffit pas à prouver qu'il faisait partie d'une filière de pédophilie ou de prostitution.


En tout cas, les enquêteurs sont certains que les deux jeunes Limbourgeoises ont, au moins, transité par des repaires de Dutroux et consorts.

Le Grec et l'ex-avocate en liberté


Michel Bourlet a également fait le point sur les différents mandats d'arrêt et interpellations intervenus dans ce dossier.

Il a confirmé qu'un mandat d'arrêt est décerné contre l'agent immobilier bruxellois Jean-Michel Nihoul. Sa compagne, qui nie, a été interrogée hier aprèsmidi par le juge d'instruction de Neufchâteau, Jean-Marc Connerotte, qui, à l'issue de l'audition, l'a laissée en liberté. Annie Bouty ne semblerait pas impliquée dans les relations que Jean-Michel Nihoul entretenaient avec Marc Dutroux.

Seuls dans cette affaire se retrouvaient donc sous les liens d'un mandat d'arrêt, dimanche soir: Marc Dutroux, Michèle Martin (son épouse, qui se dit innocente et qui comparaîtra en chambre du conseil ce lundi), Michel Lelièvre et Jean-Michel Nihoul qui, pour sa part, passera devant la chambre du conseil mardi à Neufchâteau.

Le ressortissant grec interpellé vendredi a été remis en liberté, faute de preuves. Des fouilles ont cependant été entreprises près de son domicile hennuyer, à côté d'un immeuble étant également propriété de Marc Dutroux...

Les dossiers concernant Julie et Métissa ainsi que celui relatif à Ann et Eefje devraient être centralisés au parquet de Neufchâteau dans le courant de cette semaine.

Enfin, le procureur du Roi de Neufchâteau a tenu, une nouvelle fois, à demander à la population, malgré le dégoût et l'horreur que peut lui inspirer cette affaire, de conserver la plus grande dignité.

______________________________

Julie et Melissa ,trois mètres sous terre

« La Meuse » du lundi 19 août 1996 page 8

IL y a des bons jours. Et puis tous les autres.


Lorsque Laetitia et Sabine rentraient chez elles, à Bertrix et Kain, c'était la fête. Dans les cités. Dans tout le pays. Puis on est arrivé, hélas sans grande surprise, à l'horreur.
Car, sur base des informations données soit par Lelièvre, soit pas Dutroux, les enquêteurs se sont penchés sur le sort d'autres disparues. Tout le monde pensa bien entendu à Julie, Melissa,

Ann, Eefje, Carola, Vincianna,Élisabeth, Laurence, Nathalie,Kim, Ken, Katrien. Et, sans doute, tant d'autres dont on a si peu parlé.
Vous imaginez la joie, le bonheur, les larmes lorsqu'on a découvert, en vie, Laetitia et Sabine. Vous imaginez aussi l'angoisse. Et plus encore les pleurs...

En mars ou en avril


Les sondages, entamés sur base de plusieurs témoignages à Marcinelle et à Sars-la-Buissière, ont apporté les résultats craints. Dès les premières heures de l'après-midi, samedi, les enquêteurs avaient découvert les restes de deux cadavres d'adolescentes.


On s'est peu de temps interrogé sur l'identité des victimes. Même si des informations contradictoires affluaient. Effectivement, sur base des aveux de Michel Lelièvre,les enquêteurs recherchaient les deux Limbourgeoises, Ann et Eefje. Car le complice de Dutroux avait, effectivement, avoué avoir enlevé les deux jeunes filles à la Côte en août '95.

Mais, on le sait, les enquêteurs ont découvert les corps sans vies deux petites Liégeoises, Julie et Melissa.
En annonçant la nouvelle, officiellement, le procureur Bourlet était évidemment sous le choc.
Le procureur annonçait ainsi que les filles avaient été mises sous terre en mars ou avril dernier.
Pour un motif futile, affolant, Dutroux avait confié les deux gamines à Lelièvre qui a laissé dépérir les adolescentes.

Morte sous terre


Selon le procureur, l'une a péri ainsi, privée de nourriture et du moindre soin. L'autre, plus horrible encore, aurait péri après sa mise en terre.

Elles reposaient l'une et l'autre, affublées d'escarres, à 3 mètres sous l'argile, depuis le printemps dernier. L'une et l'autre, emballées, avaient conservés leurs traits qui ne laissaient pas le moindre doute sur leur identité

Quel comportement, lors de la découverte catastrophique, adopta Dutroux? «Il était d'un froid, d'une sérénité incroyables, nous dit un enquêteur. Par contre, les policiers étaient au bord des larmes. » C'est sans doute une des premières fois que l'on voit, ensemble, policiers, procureur et juge d'instruction s'essuyer les yeux.

Leurs corps sont pour l'heure soumis à l'autopsie médicale. D'ores et déjà, l'on sait que leurs geôliers ne se sont pas privés avec leurs prisonnières, Julie et Mélissa...

Lueur d'espoir


Concernant les deux jeunes Flamandes que les enquêteurs luxembourgeois et hennuyers recherchent toujours, le procureur Bourlet laissait une lueur d'espoir, dimanche matin

L'attitude de Marc Dutroux nous laisse un peu d'espoir. Ceci étant, nous apprenions, hier en fin de journée, que de nombreuses jeunes filles, en Flandre surtout, évoquaient des tentatives d'enlèvements.

Au plan judiciaire, l'on sait déjà, de source officielle, que le juge de Tournai se dessaisissait, au profit du juge Connerotte. La semaine prochaine, la magistrature liégeoise, semble-t-il, devrait prendre une position semblable à l'égard de l'instruction concernant l'enlèvement de Julie et Melissa que les tortionnaires ont laissé mourir dans d'atroces conditions.

M.P.


________________________

La tristesse de toute une population

«La Meuse» du lundi 19 août 1996 page 8

Il va falloir enlever toutes les affiches...

Jamais tout un pays n'aura autant communié avec le désarroi de jeunes parents privés de leur enfant de la plus horrible des façons. Pleurant lors des moments de déprime et reprenant espoir à chaque nouvelle piste encourageante.

Jamais un élan de solidarité n'aura été aussi énorme pour contribuer, le plus modestement soit-il, aux recherches. Pendant plus d'un an, ce sont des centaines de milliers d'affiches que l'on vit fleurir sur les maisons, sur les pare-brise des véhicules,dans les administrations, les lieux publics.
Mais aussi dans tous les pays du monde, grâce à tous les Belges partis en vacances ou les routiers à l'étranger.

Jamais les médias n'accordèrent autant de place à ces recherches pour aider à trouver la solution. Même les médias étrangers. Témoin n° 1 en tête, y accorda deux émissions spéciales.

Jamais on ne parla autant de cette disparition dans les écoles, dans les conversations de famille en redoublant les conseils de prudence vis-à-vis de ses jeunes enfants.

Jamais les prénoms de Julie et Métissa ne pourront s'effacer de nos mémoires.

Ni de celles de nos propres enfants. Qui n'a jamais entendu en effet des petits bouts de trois ou quatre ans s'exclamer «C'est Julie et Mélissa» en voyant la photo des deux petites filles ?

Et de répondre après leur avoir demandé qui c'était : «Ce sont deux petites filles qui ont disparu et fui sont retenues par des méchants messieurs.»

Un monstre

Pire qu'un méchant monsieur, c'est par un véritable monstre, aidé par d'ignobles complices, que ces deux enfants ont été enlevés, séquestrés et violés avant de les laisser mourir de faim...

Que l'on pense seulement au calvaire qu'elles ont dû subir pendant de longs mois puisqu'il apparaît comme certain que leur mort ne remonte pas à plus d'un an, plus vraisemblablement à quelques mois seulement.
Pour finalement ne plus jamais revoir le soleil.

Que l'on pense simplement aussi à ce qu'elles ont dû penser de leurs parents, de la police et de nous tous, elles à qui Dutroux avait sûrement raconté que leurs pères ne voulaient pas payer de rançon, les abandonnant ainsi à leur sort, comme il l'avait dit également à Laetitia et à Sabine.

Laetitia et Sabine qui, visiblement, auraient subi le même sort si les enquêteurs de Neufchâteau et de Charleroi n'avaient pas agi avec autant de diligence.

Aujourd'hui, ce ne sera plus jamais comme avant dans notre pays. Il y aura l'« avant » et «l’après» Julie et Melissa.

Ce que l'on croyait exister uniquement dans les films d'horreur les plus noirs, dans l'imaginaire délirant ou dans de lointains pays, est arrivé chez nous, à notre porte.

On a enlevé au moins quatre de nos filles, non pas pour une quelconque rançon, mais simplement pour satisfaire les désirs pervers de désaxés. Incroyable mais aujourd'hui vrai !

Vu cet épouvantable drame, l'opinion publique ne pourra plus cette fois se contenter des sempiternelles excuses. Comment un homme condamné pour des viols et des séquestrations semblables il y a moins de 10 ans, condamné à 13 ans de prison et libéré après trois seulement, a-t-il pu encore exercer en pleine quiétude ces horribles méfaits

Il va falloir réagir - et très fort encore ! - contre ce groupe d'individus si l'on ne veut pas que demain aucun parent n'ose encore laisser aller son enfant seul à vélo ou chercher un pain chez le boulanger.

Luc Gochel


________________________


Ann et Eefje elles ont fait du stop à Oostende

«La Meuse» du lundi 19 août 1996 page 8

Pour rejoindre Marinapark, à Westende, Anne et Eefje n'avaient plus vraiment le choix, ce 22 août dernier. Ce soir-là, au casino de Blankenberge, le show d'hypnose du mage Rasti Rostelli s'était terminé plus tard que prévu.

Le dernier tram pour Westende était à 23 h 45, elles l'ont raté d'un cheveu et ont attrapé celui pour Ostende, ce qui les rapprochait déjà de leur bungalow de vacances. Dimanche, Michel Lelièvre avouait l'enlèvement des deux jeunes filles.

D'après ses dires, entre le taxi et l'auto-stop, les deux copines auraient préféré lever le pouce. Marc Dutroux et lui ont repéré Ann et Eefje dans le tram. Ils les ont suivies jusqu'au terminus et les ont prises en stop lorsqu'elles ont levé le pouce.


Dans les jours qui ont suivi leur enlèvement, une camionnette blanche, identique à celle aperçue lors des disparitions de Julie, Melissa et Loubna, a été vue à Ostende.

Ce dimanche, à 5 heures du matin, les enquêteurs prévenaient le père d'Eefje Lambrecks que Michel Lelièvre était passé aux aveux. Ils avaient de bons espoirs de les retrouver dans un réseau de prostitution. Vers midi, les enquêteurs appelaient le papa d'Ann Marchal
«Mais j'ignorais tout de cette CX grise.» Et pour cause, ce véhicule est lié à une autre affaire de disparition, celle de Nathalie Gijsbrechts...

C.G.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil

Free Web Counters
Free Counter