mardi 11 août 2009

(suite) Les cent jours qui ont bouleversé la Belgique (« Le soir illustré » du mercredi 27 novembre 1996 pages 33 à 36 )


Les cent jours qui ont bouleversé la Belgique

(Suite) ( P35 à 36 )

Jeudi 26 septembre:

Maître Julien Pierre dépose une requête en suspicion légitime. Il plaide qu'en participant à un souper spaghetti de l'asbl Marc et Corme, où se trouvaient des victimes de Marc Dutroux, le juge d'instruction a failli à son devoir d'impartialité.

Vendredi 27 septembre:

Un communiqué commun du Roi et du Premier ministre tente de mettre fin à une polémique sur l'attitude de Jean-Luc Dehaene. Ce dernier aurait «assigné à résidence» à Grasse le roi Albert II et l'aurait ainsi empêché de rentrer au pays en pleine affaire Dutroux.

Dimanche 29 septembre:

Manifestations de soutien au juge Connerotte partout dans le pays, et surtout à Anvers, où un millier de personnes ont pris position devant le Palais de Justice.

Lundi 30 septembre:

Le dossier relatif à la disparition de Loubna Benaïssa est officiellement transmis au parquet de Neufchâteau.

Affaire Cools: les tueurs présumés d'André Cools sont arrêtés à Tunis. Mardi 1 er octobre:

Décompte du nombre de pétitions de l'asbl Marc et Corine en faveur des peines incompressibles: 2,7 millions de signatures, plus d'un quart des Belges.

Mercredi 2 octobre:

L'avocat de Nihoul dépose, après celui de Dutroux, une requête en suspicion légitime à l'encontre du juge Connerotte devant la cour de Cassation.

Jeudi 3 octobre:

A l'initiative de la maman d' Élisabeth Brichet, les parents de plusieurs enfants disparus ou victimes de Dutroux décident d'organiser une Marche Blanche à Bruxelles, le 20 octobre. On attend plusieurs dizaines de milliers de personnes...

Vendredi 4 octobre:

La Chambre du Conseil de Neufchâteau décide la libération de Michèle Martin, Annie Bouty et Gérard Vannesse, inculpés dès le début de l'affaire.

Lundi 7 octobre:

Fouilles dans une galerie de mine désaffectée désignée par Marc Dutroux. Il s'agit de travaux dangereux, confies à des plongeurs spéléologues. Ces fouilles pénibles, qui dureront plus d'une semaine, ne donneront rien. Le juge Connerotte inculpe Michèle Martin d'association de malfaiteur, ce qui empêche sa libération. Mercredi 9 octobre:

La Cour de Cassation, qui examine la suspicion légitime à charge du juge Connerotte, se dit favorable au dessaisissement mais reporte sa décision au lundi suivant. Marie-France Botte est agressée à l'entrée de son domicile par un inconnu qui tente de l'étrangler.

Vendredi 11 octobre:

Le juge Connerotte lance un appel à témoins pour dénoncer les pédophiles. Un numéro vert est mis à la disposition des délateurs: le 0800-9779 reçoit 20 appels à l'heure.

Dimanche 13 octobre:

Deux mille personnes manifestent devant le Palais de Justice de Bruxelles en faveur du juge Connerotte.

Lundi 14 octobre:

La Cour de Cassation dessaisit le juge Connerotte mais l'enquête reste à Neufchâteau et le procureur du roi Bourlet reste en charge du dossier.

Mardi 15 octobre:

Arrêts de travail partout dans le pays pour dénoncer la décision de la Cour de Cassation. Contre toute attente, les parents de Julie et Mélissa décident de ne pas faire opposition à l'arrêt de la Cour de cassation.

Mercredi 16 octobre:

On apprend qu'avant l'opération Othello, l'opération Décime, en janvier 94, avait déjà pour but de surveiller les activités de Dutroux.

Jeudi 17 octobre:

Les députés ont décidé d'instituer une Commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Dutroux. Elle entrera en action rapidement, avant celle sur l'affaire Cools.

Vendredi 18 octobre:

A la veille de son départ pour le Japon et de la Marche Blanche, le roi Albert II reçoit les familles d'enfants disparus à une grande table ronde sur la maltraitance et la disparition d'enfants. A l'issue de cette table ronde, il diffuse un important message, soulignant les erreurs commises par les institutions du pays.

Dimanche 20 octobre:

Marée blanche à Bruxelles: plus de 300.000 personnes défilent en silence à Bruxelles pour soutenir les familles et manifester leur mécontentement contre la Justice belge dont ils demandent la dépolitisation. Jean-Luc Dehaene reçoit les familles d'enfants disparus.

Vendredi 25 octobre:

La Commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Dutroux commence ses auditions. Les parents Lejeune et Russo déposent à huis clos.

Mardi 29 octobre:

Jean-Luc Dehaene et Elio di Rupo visitent, à Washington, le Centre national américain pour enfants disparus et exploités, dont ils souhaitent importer l'idée en Belgique.

Mercredi 30 octobre:

Nabela Benaïssa, soeur de Loubna, est réentendue par la Commission d'enquête. On soupçonne de très graves manquements dans l'enquête Benaïssa. En outre, on apprend que des documents importants relatifs à l'affaire Dutroux auraient été détruits par la gendarmerie.

Dimanche 3 novembre:

Une commission rogatoire se rend aux Canaries. Elle espère y trouver des traces d'Élisabeth Brichet.

Mardi 5 novembre:

Les membres de la Commission d'enquête parlementaire, accompagnés par les parents des victimes, visitent les caves de la maison de Marcinelle où furent détenues Julie et Mélissa.

Mercredi 13 novembre:

La maman d'Élisabeth Brichet revient des Canaries. On y a découvert une piste sérieuse, mais pas de traces d'Élisabeth.

Vendredi 15 novembre:

Le procureur du Roi de Bruxelles Benoît Dejemeppe est entendu par la Commission d'enquête sur l'affaire Benaïssa. Les laborieuses explications du magistrat, diffusées en direct à la télé, sont édifiantes.

Samedi 16 novembre:

Plusieurs journaux flamands mettent en cause Elio Di Rupo et Jean-Pierre Grafé dans des affaires de pédophilie. Les deux ministres concernés nient.

Jean-Marc Veszely.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil

Free Web Counters
Free Counter