mardi 11 août 2009

Les cent jours qui ont bouleversé la Belgique (« Le soir illustré » du mercredi 27 novembre 1996 pages 33 à 36 )


Les cent jours qui ont bouleversé la Belgique

« Le soir illustré » du mercredi 27 novembre 1996 pages 33 à 36

(P33 à 34)

Le 15 août 1996 restera à jamais dans la mémoire des Belges. Ce jour-là, un certain Dutroux désigne une cache où se trouve Laetitia, dont la disparition, quelques jours plus tôt, avait ému la Belgique. Depuis, se sont écoulés cent jours noirs.

Jeudi 15 août:

Pour tout le monde, la bonne nouvelle est inespérée: dans une cave d'une maison de Marcinelle, les enquêteurs libèrent Laetitia Delhez, qui s'était volatilisée à Bertrix, le vendredi soir précédent. Dans la même cave, ils découvrent Sabine Dardenne qui,elle, avait disparu trois mois plus tôt à Kain, et que les enquêteurs

n'avaient guère d'espoir de retrouver. La disparition de Laetitia avait provoqué une grande mobilisation, via l'association Marc et Corine, de la population dans la région de Bertrix. C'est le procureur du Roi Michel Bourlet, de garde le vendredi soir, qui prend l'affaire en mains. Un témoin a relevé, à Bertrix, le numéro de plaque d'une camionnette suspecte.

C'est celle d'un certain Marc Dutroux, arrêté le 13 août chez lui, à Sars-la Buissière.

Vendredi 16 août:

On voit, pour la première fois, le visage de Marc Dutroux, qui comparaît à Neufchâteau. Il est conspué par une foule nombreuse.

L'euphorie de la libération de Sabine et Laetitia fait place à la crainte: les enquêteurs sont convaincus d'avoir mis la main sur un réseau de pédophiles. Parallèlement à cela, on soupçonne Dutroux, qui possède de nom

breuses maisons, de participer à un trafic de voitures volées. Six suspects sont interpellés, dont Michèle Martin, l'épouse de Dutroux, Michel Lelièvre, Jean Michel Nihoul et Michaël Diakostavrianos.

On découvre que Dutroux avaient de nombreux liens avec la Tchéquie et la Slovaquie. Les enquêteurs redoutent des découvertes macabres.

Samedi 17 et dimanche 18 août:

Week-end d'horreur. Pressé par les enquêteurs, Marc Dutroux finit par avouer la mort de Julie et Mélissa.

Il désigne l'endroit, dans son jardin de Sars-la-Buissière, où les dépouilles des deux fillettes sont enterrées.

A leurs côtés, les enquêteurs découvrent un troisième cadavre: celui de Bernard Weinstein, un complice de

Dutroux.

Lundi 19 août:

Les enquêteurs creusent systématiquement le sol dans les jardins des différentes maisons de Marc

Dutroux. On découvre que Marc Dutroux était bien connu des enquêteurs: il existe même une opération Othello, mettant dès juillet 1995 les enquêteurs sur la piste de Dutroux en ce qui concerne la disparition de Julie et Mélissa.

Pourquoi l'opération Othello n'a-t-elle jamais abouti?

Les enquêteurs s'interrogent sur les protections dont semble avoir bénéficié Marc Dutroux. On espère retrouver An et Eefje vivantes en Slovaquie ou en Tchéquie.

Jeudi 22 août:

Funérailles de Julie et Mélissa, à la Basilique Saint-Martin de Liège, où sont réunies 6.000 personnes. La cérémonie animée par un prêtre-ouvrier, Gaston Schoonbroodt, est diffusée en direct à la télévision. A la sortie de la messe, le ministre de la Justice, Stefaan De Clerck, reconnaît des errements dans l'enquête.

Vendredi 23 août:

Les fouilles reprennent de plus belle dans les maisons de Dutroux. Le superintendant John Bennett, de Scotland Yard, qui avait orchestré les fouilles dans la «maison de l'horreur» du couple West, participe aux recherches avec son radar permettant de détecter des objets enfouis dans le sol.

En direct à la télé, le procureur du Roi de Neufchâteau fait sensation en déclarant: « Toutes les personnes qui auront été identifiées sur les cassettes (vidéo de Marc Dutroux) seront poursuivies... si on me laisse faire ».Phrase historique...

Dimanche 25 août:

Arrestation d'un inspecteur de la PJ de Charleroi, Georges Zicot, soupçonne d' être un protecteur de Marc Dutroux. Le juge Connerotte fait arrêter six autres personnes. Toutes seront libérées plus tard.

Lundi 26 août:

En fin de journée, Marc Dutroux avoue aux enquêteurs qu'il connaît l'endroit où sont enterrées An et Eefje, dans le bungalow de Bernard Weinstein, à la rue Daubresse, à Jumet.

Mardi 27 août:

Les gendarmes installent un immense périmètre de sécurité autour de la maison de Jumet. Pendant toute la semaine, les enquêteurs vont creuser systématiquement le jardin de la rue Daubresse sous une pluie diluvienne.

Mercredi 28 août:

Le monde entier a les yeux fixés sur la Belgique à Stockholm, où se déroule un Congrès Mondial sur l'exploitation sexuelle des enfants. Devant les caméras de télévision du monde entier, le ministre des Affaires étrangères Erik Derycke, qui doit expliquer l'affaire Dutroux, est la vedette involontaire de ce Congrès.

Jeudi 29 août:

Nouvelle émotion en Belgique: deux adolescentes, Séverine et Rachel, disparaissent à Liège. Elles seront retrouvées à Cologne. On découvrira bien plus tard qu'il s'agit d'une supercherie.

Vendredi 30 août:

Six enquêteurs belges sont à Prague où subsiste un espoir ténu de retrouver An et Eefje vivantes. Vendredi soir, les enquêteurs étant épuisés et la météo toujours exécrable (de graves inondations dans tout le pays), les fouilles sont interrompues pendant deux jours.

Mardi 3 septembre:

Des restes humains sont découverts à Jumet. Le médecin légiste identifie les cadavres: il s'agit d'An et Eefje, disparues depuis plus d'un an.

Mercredi 4 septembre:

Événement exceptionnel: le Palais diffuse un communiqué du Roi dans lequel le Souverain exige que toute la clarté soit faite sur les affaires de pédophilie. Albert II a également décidé de rencontrer toutes les familles d'enfants disparus dans notre pays. Absent des funérailles de Julie et Mélissa, le Roi avait donné jusque là, à une partie de l'opinion publique, l'impression d'une trop grande discrétion.

Vendredi 6 septembre:

Après des semaines de recherches, Marc Dutroux s'est - enfin! - trouvé un avocat qui accepte de le défendre: il s'agit de maître Julien Pierre, commis d'office. Fouilles intenses à Ixelles, dans la maison d'un pédophile, située à deux pas de celle de la petite Loubna Benaïssa, disparue en 1992. Des témoins affirment avoir vu Dutroux et Nihoul entrer et sortir de cette maison.

Ces fouilles ne donneront aucun résultat. Conséquence spectaculaire, mais indirecte, de l'affaire Dutroux: l'affaire Cools rebondit. Des témoins ont parlé et quatre personnes sont arrêtées: Richard Taxquet, l'ex-secrétaire d'Alain Van der Biest, Castellino, Solazzo et Todarello.

Samedi 7 septembre:

Funérailles émouvantes d'An et Eefje. A la demande des familles, les deux jeunes filles sont enterrées séparément. Dans l'affaire Cools, l'ex-ministre Alain Van der Biest est arrêté.

Dimanche 8 septembre:

95% des personnes réagissant â l'émission Controverses, sur RTL-TV I, affirment ne pas avoir confiance en la justice et se disent convaincues que les enquêtes sur les disparitions n'iront pas jusqu'au bout

Lundi 9 septembre:

Opération Zoulou: 24 personnes pour la plupart des policiers et de gendarmes, sont interpellées entendues et libérées. Cependant l'opération Zoulou aura pour conséquence indirecte l'arrestation, une semaine plus tard, du patron de Georges Zicot, l'inspecteur de la PJ André Vanderhaegen, inculpé de recel et de violation du secret professionnel.

Vendredi 13 septembre:

A Liège, les parents de Julie et Mélissa, entourés de tous les autres parents d'enfants disparus, parmi lesquels la mère d'Elisabeth Brichet et les parents de Loubna Benaïssa, donnent une conférence de presse poignante.

Ils fustigent les lacunes de la justice et demandent d'avoir accès au dossier d'instruction.

Samedi 14 septembre:

Enlèvement à Bouillon de deux adolescentes. Elles sont retrouvées à la frontière française, vivantes et en bonne santé.

Lundi 16 septembre:

Nouvelles fouilles à Tirlemont, dans l'ancienne maison du père de Marc Dutroux, et à Marchienne au-Pont.

Mardi 17 septembre:

Les parents de Loubna Benaïssa se constituent partie civile.

Jeudi 19 septembre:

Les rapports de «l'enquête sur l'enquête», des procureurs Velu et Thily, réalisés à la demande du ministre de la Justice, mettent en cause la gendarmerie.

Samedi 21 septembre:

Journée spaghettis: le procureur du roi Bourlet accompagne le juge Connerotte - qui vient de se marier - à un souper spaghettis organisé à Bertrix par l'antenne locale de l'association Marc et Corine. Des victimes de Marc

Dutroux se trouvent dans la salle. Avant cela, le procureur Bourlet avait contesté les rapports de Velu et Thily, et défendu la gendarmerie contre le parquet de Charleroi.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil

Free Web Counters
Free Counter