samedi 9 août 2008

Les restes des deux corps sont ceux d’An et Eefje('Wallonie'4 septembre 1996 p6)


Les restes des deux corps sont ceux d’An et Eefje...

« La Wallonie » du mercredi 4 septembre 1996 page 6

Le procureur du Roi de Neufchâteau, Michel Bourlet, a confirmé à l'Agence BELGA mardi en début de soirée (20h30) que les restes humains découverts au cours de l'après-midi dans une des maisons appartenant à Marc Dutroux à Jumet étaient bien les corps de An Marcha) et de Eefje Lambrecks, les deux Limbourgeoises enlevées en août 1995 à Ostende. Ni la date exacte de leur mort, ni la cause de celle-ci n'ont encore pu être déterminées. Il semble toutefois que leur décès remonterait à l'automne dernier.

Les parents des deux jeunes victimes ont été prévenus et des équipes d'enquêteurs et de psychologues étaient mardi soir auprès des familles pour leur apporter leur soutien.

De sources judiciaires, on a appris également que l'identification avait pu être faite grâce à l'empreinte dentaires de An Marcha) et à une montre que Eefje Lambrecks portait encore au poignet.

Les corps avaient été placés dans une sorte de creuset. Cette construction remonterait au XIXe siècle, la maison de Bernard Weinstein ayant été édifiée sur une ancienne fonderie d'aluminium. L'installation était recouverte de terre et située en dessous du niveau du sol.

Un aveu de Dutroux
C'est Marc Dutroux lui-même qui a révélé l'existence de cet endroit aux enquêteurs lors d'un interrogatoire qui a eu lieu dans la nuit de lundi à mardi. Le creuset était d'ailleurs situé dans un endroit qui n'avait pas encore été visité au cours des fouilles des journées précédentes.

Les enquêteurs ont l'intention de vider entièrement ce creuset qui pourrait être beaucoup plus volumineux qu'il n'y parait.

Marc Dutroux nie être le responsable de la mort des deux jeunes filles. Ainsi qu'il l'avait déclaré à plusieurs reprises, "les filles appartenaient à ces complices", c'est à dire notamment à Bernard Weinstein.

C'est hier matin que les fouilles avaient repris et assez rapidement des ossements "vraisemblablement de nature humaine" étaient découverts.
Appel à la sérénité

Le porte-parole de la gendarmerie ne pouvait à ce moment préciser s'il s'agissait d'un ou de plusieurs cadavres. Ces ossements étaient ensuite exhumés en vue d'une autopsie. Le processus d'identification était lancé. Le parquet de Neuchâteau, via le porte-parole de la gendartuerie en appellait à la sérénité et demandait, à ce moment-là, aux médias de ne pas spéculer sur l'origine de ces ossements.

Cette propriété 63-65, rue Daubresse à Jumet, appartient à Marc Dutroux qui a été placé sous mandat d'arrêt le 13 août dernier et a reconnu six enlèvements. Sabine Dardenne et Laetitia Delhez avaient été retrouvées saines et sauves le 15 août dernier, séquestrées dans une cave d'une de ses maisons à Marcinelle.


Il avait aussi reconnu l'enlèvement de Julie Lejeune et Mélissa Russo, dont les cadavres avaient été déterrés le 17 août d'un terrain attenant à son domicile de Sars la Buissière.

Marc Dutroux a avoué avoir enlevé An Marchai et Eefje Lambrecks à la côte belge le 22 août 1995.

Les fouilles ont débuté le 28 août. Protection civile, gendarmerie et des experts étrangers comme le surperintendant britannique John Bennett ou un militaire néerlandais spécialisé ont été mis à contribution.

Météo défavorable
Les fouilles ont été très longues en raison de la météo très défavorable et de l'étendue de cette propriété: elle comporte notamment un chalet, un terrain et un hangar. Le tout était recouvert de nombreux débris qui ont été évacués par containers les jours derniers. La seconde moitié du hangar où ont été découverts ces ossements était la dernière partie de cette propriété à être fouillée.

Dans l'après-midi, deux véhicules quittaient le 63-65 de la rue Daubresse. Ces véhicules transportaient dans des caissons les restes d'ossements humains, non encore identifiés, vers l'hôpital civil de Jumet où se trouvait le médecin légiste Beauthier.

Même si les rumeurs évoquaient déjà An et Eefje, aucune source officielle ne permettait alors de confirmer ces informations.


A cet égard, il convient de souligner que le procureur du Roi Michel Bourlet avait, à plusieurs reprises, déclaré qu'il préviendrait en premier lieu les parents des deux filles limbourgeoises en cas de nouvelle importante.

"Les ossements découverts mardi matin dans le sous-sol de Jumet appartiennent à deux personnes au moins", apprenait-on de source judiciaire à Neuchâteau en début de soirée. Il était encore trop tôt pour déterminer l'origine de ces ossements, précisait-on de même source, sans citer de délai pour cette identification.

"Les restes des 2 corps retrouvés mardi à Jumet sont ceux d'An Marchal et Eefje Lambrecks", devait malheureusement annoncer la RTBF en direct de Hasselt, devant le domicile de la 2ème jeune fille.
Les parents venaient d'être avertis par le juge d'instruction de Bruges, M.


Luc Van Tieghem.
__________________________

Légende des photos


Il faut encore et toujours garder espoir pour, de gauche à droite:

Loubna Ben Aïssa 9 ans, disparue le 5 août 92 à Bruxelles.

Elisabeth Brichet 12 ans, disparue le 20 décembre 89 à Saint Servais (province de Namur).

Nathalie Geijsbregts 10 ans disparue le 26 février 96 à Bertem leefdaal (Bruxelles)(Photo Reporters).

Ont également disparus:

Gevrije Kavas 6 ans le 12 février 85 à Molenbeek;


Inge Breugelmans 14 ans le 30 décembre 91 à Wuustw ezel (Anvers);


Sylvie Carlin, 19 ans, le 15 décembre 94 à Sars la Buissière;

Ken Heyman, le 4janvier 94 à Anvers (sa soeur Kim disparue en même temps a été retrouvée morte à Anvers)et


Liam Van den Branden 2 ans et demi, le 3 mai 96 à Malines.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil

Free Web Counters
Free Counter