dimanche 3 août 2008

Bruxelles : Un suspect interpellé('Meuse'5 septembre 1996 p14)


Bruxelles : Un suspect interpellé

« La Meuse » jeudi 5 septembre 1996 page 14

Des perquisitions en série sont opérées dans l'agglomération
Selon nos informations,un suspect évoluant dans l'entourage de Michel Nihoul devait être interpellé hier en soirée, à Bruxelles. L'ancienne amie de Nihoul, Annie Bouty, se trouvait dans les locaux de la P.J. hier soir et devait être entendue. Quant au suspect, il devait être ramené au parquet de Bruxelles et être entendu par les enquêteurs. Parallèlement, des perquisitions étaient effectuées dans l'agglomération de Bruxelles, hier: elles pourraient se poursuivre aujourd'hui. A bonne source, on nous confirme d'ailleurs que ces prochaines heures l'essentiel du travail des enquêteurs sera centré autour de la capitale.

Une nouvelle réunion au sommet a eu lieu mercredi à la gendarmerie de Neufchâteau. Les enquêteurs y ont fait le point sur les derniers événements en présence du magistrat national André Vandoren, qui est pratiquement chaque jour dans la cité chestrolaise. Selon nos informations, les patrons de l'enquête ont décidé de se concentrer pour l'instant sur les six dossiers (Julie et Mélissa, An et Eefje, Sabine et Laetitia) à propos des quels on dispose du plus grand nombre de renseignements. «Il faut maintenant bétonner ces dossiers, bétonner le cas des quatre suspects principaux. Il est possible que des liens existent avec d'autres dossiers mais pour l'heure, l'essentiel est de renforcer les dossiers les plus complets. »

Michel Bourlet a, quant à lui, démenti les informations diffusées par Le Soir et La Libre Belgique concernant l'implication de policiers et de magistrats carolorégiens dans les dossiers dont il a la charge. Selon le procureur du Roi de Neufchâteau,le seul policier impliqué à l'heure actuelle reste l'inspecteur de la PJ de Charleroi, Georges Zicot, et ce, dans le dossier concernant le vol de voitures. Michel Bourlet dément, également qu'une perquisition ait été effectuée chez un notaire bruxellois.

Certes, une perquisition a bien eu lieu (perquisition à laquelle a participé le juge Connerotte) mais elle a été effectuée chez un notaire de Charleroi et consistait en fait en la saisie du dossier relatif à l'acquisition en vente publique par Dutroux de la maison de Sars-la-Buissière. Une autre perquisition a eu lieu mardi chez l'ancien chauffeur d'un homme politique bruxellois que nous n'identifierons pas. « Cette perquisition s'est révélée totalement négative et avait surtout pour but de fermer une porte » (de clore une hypothèse de travail).

Par ailleurs, des mesures de sécurité assez impressionnantes ont été prises depuis hier autour de la gendarmerie de Neufchâteau et à l'intérieur du palais de justice. «Elles sont avant tout dictées par un souci de prévention. Dans le contexte de cette affaire, il y a lieu de protéger à la fois les enquêteurs, les prévenus et surtout les témoins», a expliqué Michel Bourlet. « Toute la sécurité a été renforcée, nous disait-on hier, tant autour des inculpés que du juge et du procureur du Roi, nominativement menacés.

Quand aux inculpés, ils doivent être protégés contre eux mêmes, « contre la foule et contre le milieu.» Dans ce contexte, on apprend que Michel Nihoul, qui paraît très choqué par la confirmation de son mandat d'arrêt et contre lequel les éléments matériels s'accumulent, a été transféré hier à la prison de Namur.
Il ne sera réentendu qu'en début de semaine prochaine.

Dutroux surveillant
Anecdote? On apprend qu'au début des années '80, Marc Dutroux était lui-même actif à Bruxelles, précisément à Forest où, «bénévolement». il affirmait assurer les fonctions de.., surveillant à la patinoire de Forest National. Frissons rétrospectifs pour des centaines de jeunes qui ont glissé des heures durant sur la piste de l'avenue du Globe.
On le sait grâce à un procès verbal acte par la police de Forest le 28 novembre 1981 à la suite d'un incident entre le «surveillant Dutroux », domicilié alors à Haine-St-Pierre (La Louvière), 40, rue de l'Hôtel de Ville, et un jeune Marocain âgé alors de 15 ans et domicilié rue de Mérode. Dutroux qui «assumait bénévolement la surveillance des patineurs et des patineuses» pour aider le surveillant attitré, un prénommé Joseph, avait, dit-il, remarquer qu'un jeune patinait plus vite que les autres et les bousculait. Dutroux dit être intervenu pour le calmer mais le garçon aurait cherché la bagarre. Finalement, après avoir esquivé des coups de poing, Dutroux aurait maîtrisé le jeune et l'aurait confié au «vrai surveillant». Celui-ci lui aurait alors intimé l'ordre de quitter la patinoir:. Toi, je t'aurai, je te foutrai une balle entre les deux yeux », s'était alors exclame le jeune...
Comme quoi, les enquêteurs ont bien raison de recentrer leur enquête autour de Bruxelles.

Philippe Crêteur

___________________

JUMET
Le calme après l'horreur


« La Meuse » jeudi 5 septembre 1996 page 14

S'IL y avait toujours une barrière Nadar â chaque extrémité de la rue Daubresse, hier matin à Jumet, elle ne contenait plus grand monde. Pourtant, devant ce qui fut la maison de Weinstein, un mini-service d'ordre stationnait encore.
Contraste, hier, avec ce que fut l'agitation de toute la semaine précédente. Durant plusieurs jours, journalistes et curieux avaient piétiné,sous le soleil ou la pluie, dans l'attente des résultats des fouilles entreprises dans la propriété jadis occupée par Weinstein, complice puis victime de Dutroux. Des nouvelles qui, hélas, ont été ce qu'on pouvait craindre, avec la découverte mardi de deux corps formellement identifiés en fin de journée comme étant ceux d'An Marchal et Eefje Lambreks.

Le terrain, fouillé, creusé, puis retourné, a apparemment livré tous ses secrets, puisqu'il a été décidé de le remblayer et de le niveler. L'affaire avait encore attiré à distance respectable, hier, quelques journalistes flamands et français, dans une rue Daubresse presque rendue à sa vocation première de petite artère paisible. L'épicerie du coin, ce «Poids d'or» qui avait été le refuge et la centrale alimentaire de tous ceux qui attendaient l'événement, a repris son rythme d'activité normal.
Le long de la rue, quelques maisons arborent encore les photos des avis de recherche de Julie et de Mélissa, les deux premières victimes de Dutroux.
________________________________


KEUMIEE

A la recherche de quoi ?


« La Meuse » jeudi 5 septembre 1996 page 14

0n avait fouillé la semaine dernière, on a repris mardi, on ira au finish. C'est tout ce qu'on sait de ce qui se passe à Keumiée. Qu'y cherche-t-on ? Mystère.

Laissé au repos pendant une huitaine de jours, l'ancien chantier de démolition de Bruno Taglaferro, rue de la Brasserie à Keumiée, à la limite de Wanfercée-Baulet, est à nouveau fouillé depuis mardi. Lors d'une première étape, une pelleteuse avait été amenée sur les lieux, tandis qu'une trentaine de gendarmes venus de Sambreville, mais aussi de Bruxelles, venaient en renfort, encadrer ces travaux de fouilles. Dès mardi soir, une grue supplémentaire était amenée sur les lieux, en provenance du Génie civil.

Les travaux se sont poursuivis tard dans la nuit de mardi à mercredi, avant d'être suspendus puis repris hier matin. Ils devaient à ce moment être menés au finish, disait-on. Il s'agit de fouilles d'une grande envergure, puisqu'il s'agit de creuser sur une profondeur d'un mètre, et sur une superficie d'un hectare.

Qu'y cherche-t-on?
On restait fort évasif, hier, mais selon certaines rumeurs, il s'agirait d'armes ou d'au moins une arme. Mais visiblement, la nature du terrain ne facilite pas la tâche de ceux qui sont commis à ces travaux; on disait hier qu'on mettait au jour des débris divers, souvent en provenance de véhicules multiples: morceaux de carrosserie, vieux pneus, etc...

Hier encore, le détecteur britannique amené par John Bonnet se trouvait sur les lieux, mais sans son utilisateur habituel, qui avait cédé le relais à ses assistants. Ils le faisaient passer et repasser méthodiquement, sur la surface à traiter.

En revanche, il n'était pas question d'amener là des chiens tels que ceux utilisés à Jumet, et spécialisés dans la détection de corps, ce qui confirme bien qu'on n'est pas à la recherche de cadavres mais bien, comme on le dit mystérieusement, « d'indices ».

P.M K. Photo A. Madi
_______________________


De plus belle, à Sars la Buissière

« La Meuse » jeudi 5 septembre 1996 page 14

En milieu de matinée, hier, l'activité reprenait au domicile de Marc Dutroux, à Sars-la Buissière.

Comme précédemment, un irnportant matériel de la Protection civile est arrivé sur les lieux. Un peu plus tard a suivi la pelleteuse qui avait servi à Jumet. Tout le périmètre était bouclé - deux gendarmes faisaient même le guet sur le toit plat d'un bâtiment proche – et on apercevait seulement le va-et vient des camions bleus, emportant d'importantes quantités de débris.
De loin, on voyait aussi la grue inlassablement à l'ouvrage. Le seul véritable événement de la matinée a été l'arrivée d'un hélicoptère: on a supposé un instant que Dutroux ou un des membres de sa bande pouvait se trouver à bord. En fait, il s'agissait de gendarmes.
A plusieurs reprises, an a aperçu le bourgmestre André Levacq. Lorsque nous l'avons interrogé, il s'est borné à dire que la tâche de ce jour consistait à déblayer le terrain de tous les encombrants avant d'entamer d'autres recherches. Un terrain dont la superficie est double de celle de la propriété de Jumet.

D'autres sources cependant, faisaient état d'une information (non confirmée) selon laquelle les enquêteurs s'intéressent aussi au champ d'un voisin de Dutroux. Le fils du propriétaire de ce champ fait des terrassements chez lui et vient, semble-t-il, déverser les terres excédentaires chez son père. D'où l'hypothèse que Dutroux aurait pu profiter de ce remblai pour y dissimuler discrètement des indices.

Dans le courant de la journée, on a également affirmé que le «nez» hollandais, Harry Jongen, se trouvait sur place. Pour mémoire, celui ci est un spécialiste mondialement connu dont le flair s'est souvent montré infaillible pour la détection de cadavres.
En fin d'après-midi, les chiens policiers allemands étaient également amenés sur les lieux et les fouilles se poursuivaient, à la faveur du temps ensoleillé.

F.Q.
____________________

BIERCEE

Dans les bois près du chemin de fer et de la Sambre


« La Meuse » jeudi 5 septembre 1996 page 14

Hier, vers onze heures, une colonne de véhicules des forces de l'ordre a traversé Biercée sous l'oeil étonné de quelques rares passants, empruntant en suite les rues tranquilles d'un petit lotissement pour arriver au chemin du Bois Navez.

Ce cul-de-sac très calme, bordé seulement de deux ou trois habitations et de champs, se termine à proximité de la voie de chemin de fer et de la Sambre.
Certains riverains avaient entendu dire que les forces de l'ordre se dirigeaient vers la rivière, dans l'espoir d'y retrouver une automobile que Dutroux aurait jetée à l'eau. En réalité, c'est dans un petit bois longeant le chemin du Bois Navez que les recherches ont débuté.

Sur place, on reconnaissait essentiellement les voitures blanc et vert des policiers allemands avec leurs chiens spécialisés dans la recherche des corps. Ils étaient accompagnés par quelques collègues belges et, semble-t-il, par un membre de la DVI (disaster victims identification). Un garde forestier avait prévenu de l'arrivée des enquêteurs qui n'avaient cependant pas précisé le but de leur mission. Ils n'ont guère été plus causants une fois sur les lieux: on nous a seulement confirmé qu'il s'agissait bien de visiter un petit bois tout proche.

Des voisins nous ont expliqué ensuite que ce terrain boisé donnait sur une espèce de clairière ou de prairie dans laquelle se trouvaient une maison abandonnée et les ruines d'une seconde. Elles sont, dit on, dans cet état depuis de longues années et n'appartiendraient en aucune manière à Dutroux. De l'autre côté de la Sambre, on pouvait effectivement apercevoir les policiers à la tâche.
Cependant, les fouilles ne semblent pas avoir été concluantes puisque vers deux heures, tout le monde reprenait la route de Sars la Buissière, sans commentaire.

F.O. Ph. Denis Gauvain
__________________________


Une fillette anversoise abusée a dit reconnaître Michel Nihoul

« La Meuse » jeudi 5 septembre 1996 page 14

Une fillette, abusée sexuellement par son beau-père et des complices de ce dernier, a reconnu spontanément Michel Nihoul comme un de ses abuseurs sur les images de télévision.

Sa mère en a avisé le parquet d'Anvers. L'enfant a été entendue et son témoignage a été joint au dossier. Selon certaines sources judiciaires, une copie du dossier a été transmise au parquet de Neufchâteau.
Fin mai, le beau-père avait été arrêté pour son implication dans un enlèvement manqué à Anvers, Nationalestraat.

Cet homme était connu de la justice. Il avait été condamné pour faits de moeurs commis sur les enfants de sa compagne. Il a été interné.
La semaine dernière, une des filles abusées par cette homme a dit à sa mère « Regarde la télévision. C'est Jean
Michel. Je l'avais vu à Bruxelles. » Depuis lors, la fillette, qui a appris le sort de Julie et Mélissa, doit suivre un traitement psychiatrique.
______________________


« Le Soir » ses « errements » et ses « fantasmes »

« La Meuse » jeudi 5 septembre 1996 page 14

Faut il à tout prix, être les premiers à donner une information, quelle qu'elle soit?

Faut-il, pour y parvenir, prendre le risque de briser une enquête? Faut-il, aux mêmes fins, lancer des bruits et des rumeurs, en salissant par allusion, en feignant de tout savoir de loin et sans rien dire de précis? C'est la question qu'on pose on allait écrire « en toute confraternité», mais on n'en est plus là au journaliste du journal « Le Soir » Alain Guillaume.

Pourquoi le faisons-nous? Pourquoi étaler ici une querelle dont on dira qu'elle est à usage journalistique interne? Pour ceci.

1. Pour être le premier, «Le Soir» avant que ne soient sauvées Laetitia et Sabine, avait annoncé que l'enquête sur leur enlèvement se déplaçait vers Charleroi. Nous le savions aussi, on nous avait demandé de le taire et nous l'avons fait pour ne pas prendre le risque de voir fuir les kidnappeurs ou, pis encore, de mettre en danger les victimes.
Sans doute ces considérations de basse police n'intéressent-elles pas « Le Soir », qui a estimé utile de les publier, en exclusivité.

2. La semaine dernière, alors que venaient de débuter les fouilles de la rue Daubresse, à Jumet, le même confrère a jugé urgent d'annoncer qu'il se trouvait cinq victimes dans le terrain fouillé.
Rien, à ce moment-là, n'était moins sûr, mais c'était le prix d'une exclusivité qui a valu au « Soir» une édition spéciale, démentie à pas feutrés le lendemain. Alain Guillaume avait pu ainsi, le premier, publier que l'horreur atteignait des sommets à Jumet, en annonçant en primeur aux parents d'An et Eefje qu'ils n'avaient plus rien à espérer.

3. Dans son édition d'hier, le même journaliste écrivait ceci, qu'on ne résiste pas au plaisir de répéter, tant c'est symptomatique d'un certain esprit: « On sait que depuis des années, de lourdes suspicions pèsent sur l'imbrication des milieux mafieux et judiciaires à Charleroi (et dont certaines photos semblent attester). Plus précisément, on évoquait régulièrement des trafics d'autos, des parties fines » et des chantages qui auraient miné le fonctionnement de l'arrondissement judiciaire depuis longtemps. Les noms de plusieurs magistrats, de policiers judiciaires et de trois gendarmes sont régulièrement cités dans le contexte de ces affaires. » Fermez le ban, fin de citation.

Ces informations ont été démenties officiellement hier matin par le procureur du Roi de Neufchâteau Michel Bourlet, après avoir été reprises abondamment par la presse radio-TV.

On ne saurait mieux pratiquer l'amalgame rapide et le fantasme, en manipulant des images qui font rêver le bon peuple: des magistrats impliqués, lesquels? Qu'on aille jusqu'au bout de son courage, qu'on cite des noms! Des trafics qui unissent, main dans la main, en une sarabande vicieuse, des mafieux et des enquêteurs, que rêver de mieux, n'est-ce pas, dans un arrondissement lui-même rongé par tous les types de criminalité? Vu de Bruxelles, d'où on explore les alcôves de la basse province,l'image était tentante, il y a succombé.

Hier après-midi, le procureur du Roi de Charleroi, Thierry Marchandise, visiblement à cran, a lu un bref communiqué qu'il n'a voulu assortir d'aucun commentaire, sans doute parce qu'il est des silences glacés plus éloquents que de longues supputations.

En voici la teneur: «Je vous informe que j'ai pris connaissance ce matin d'articles de presse selon lesquels des magistrats ont pris part à des trafics de voitures volées et à d'autres activités délictueuses. Devant l'émotion et l'indignation que ces articles ont soulevées, et en raison de l'impossibilité dans laquelle se trouvent ces magistrats d'y répondre, j'ai écrit ce jour même au ministre de la Justice en lui demandant de charger l'autorité adéquate de faire la lumière sur ces rumeurs.»

On s'en voudrait d'ajouter quoi que ce soit à cette réaction, et à la brève énumération des errements de notre confrère bruxellois depuis quelques semaines.

On dira cependant encore ceci. Dans des colloques pointus qui se tiennent ici et la, on se gargarise en évoquant la grande presse (évidemment nationale et bruxelloise), rempart de toutes les formes de la démocratie, face à la presse dite populaire, qui flatte les goûts les plus bas de son lectorat.


On laisse désormais tout un chacun libre de comprendre où se trouvent les uns et les autres, en disant encore ceci, qui constitue à nos yeux la cerise sur le gâteau: M. Alain Guillaume fait partie du Conseil de déontologie de l'Association générale des journalistes professionnels de Belgique, celui-là même qui se charge, avec une ardeur digne de tous éloges, de chercher des poux le plus souvent inexistants dans la tête de ses confrères. Il est des balais qui, souvent trouveraient leur meilleure utilité à balayer devant leur propre porte.


C'est provisoirement tout.

Philippe MAC KAY




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil

Free Web Counters
Free Counter