mardi 27 mai 2008

Julie et Mélissa l’horreur !


Julie et Mélissa l’horreur !

Légende de la photo :

C'est là dans le jardin de Marc Dutroux à Sars Ia Buissière, qu'ont été retrouvés samedi soir les corps de Julie Lejeune et de Mélissa Russo,

____________

"UNE" du journal L’AVENIR du LUXEMBOURG du lundi 19 août 1996

Aux Chocs de vendredi, causés par la libération et les témoignages de Sabine et de Laeticia et par I'arrestation de Dutroux, Lelièvre, Martin et Nihoul, a succédé samedi l'horreur quand Marc Dutroux a avoué l'issue horrible de Julie et Mélissa et qu'ont été retrouvés leurs corps sans vie.

A Grâce Hollogne, la maison de Mélissa était submergée de fleurs, tandis que les parents, d'une dignité exemplaire s'en prenaient aux dysfonctionnements de l'enquête et à la Justice en général.
Les fouilles se sont poursuivies pendant tout le week-end, chez Dutroux et chez son complice, dit « le Grec ». Dutroux a en effet avoué l'enlèvement et la séquestration de deux autres adolescentes, An et Eefje.


___________________________

LE TROP LONG WEEK-END DE SARS-LABUISSIERE


L’AVENIR du LUXEMBOURG du lundi 19 août 1996

Le 24 juin 1995, Julie Lejeune et Melissa Russo, alors âgées de huit ans, disparaissent vers 17 heures près de l'autoroute Liège-Namur, en face de la tour de contrôle de l'aéroport de Bierset à Grâce-Hollogne.

Toutes les recherches, les battues organisées à l'aide de dizaines de gendarmes, de pompiers, d'hommes de la Protection civile et de chiens pisteurs, de même que les appels lancés depuis le moment de leur disparition, ne donnent aucun résultat. On reste sans nouvelles des deux fillettes...
Jusqu'au samedi 17 août 1996: les cadavres de Julie et Melissa sont découverts dans la propriétés de Marc Dutroux à Sars-la-Buissière.


Sabine et Lætitia vivantes, tout espoir n'était pas perdu de retrouver d'autres fillettes séquestrées, emmurées, mais sauves. Il fallait fouiller toutes les maisons du couple Dutroux-Martin, sonder les caves, retourner les jardins. Chaque heure s'est faite aussi longue qu'une vie. Mais peu à peu l'espoir est devenu désespérance.

Vendredi 16 août

Les enquêteurs ont décidé d'entreprendre des fouilles dans la propriété de Sars-la-Buissière. Une dizaine de véhicules de la Protection civile de Ghlin, au moins autant de voitures de la gendarmerie, la BSR, le labo de la PJ, une centaine d'hommes en tout, des chiens pisteurs, puis des renforts venus des Pays-Bas avec du matériel de détection sophistiqué investissent la propriété. On fouille, on sonde, on vide puits et citernes, on ausculte les caves,...

Au milieu de la nuit, un camion emporte une Citroën CX de teinte claire. Elle a été retrouvée peu avant, au milieu d'un tas de carcasses de voitures, envahie par les herbes folles. Ses pneus pourraient correspondre aux empreintes relevées à Ostende après l'enlèvement de Eefje Lambrechts et Ann Marchal, le 23 août 1995. Les analyses doivent être poussées par les experts de la police judiciaire.

Samedi 17 août

17h 45. Le juge d'instruction arrive sur les lieux. Il se dirige vers le fond de la propriété avec le procureur de Neufchâteau, M. Bourlet. On aperçoit Dutroux, entre trois gendarmes. Et Mme Martine Doutrèwe, juge d'instruction à Liège, en charge de l'enquête sur la disparition de Julie et Melissa.


Une visite du procureur général, Anne Thily, aux parents des deux petites liégeoises disparues semble confirmer un terrible pressentiment.

20h. La radio met un terme aux supputations. On a retrouvé les corps de Julie et Mélissa. C'est sûr à 100%. Stupeur. Un troisième corps a été déterré: le cadavre du Français Bernard Weinstein, un complice du couple pervers.

20 h 40. Un cortège funèbre quitte la propriété de Sars-la-Buissière. Deux corbillards jettent une chape de silence parmi les centaines de curieux. Suivent les voitures des magistrats.

Dimanche 18 août

En matinée, c'est de Neufchâteau que viennent les nouvelles relayées par la radio. Julie Lejeune et Mélissa Russo seraient mortes par négligence et non pas assassinées. Dutroux a avoué l'enlèvement de An et Eefje.

Au fil des heures, les badauds affluent à Sars-la-Buissière. Les rues sont envahies par les voitures. Des groupes de quelques personnes s'avancent comme dans une procession.

Certains portent quelques fleurs qu'ils iront déposer devant une affiche de Julie et Mélissa placardée sur une entrée de la propriété. D'autres arborent des brassards noirs qu'une dame distribue en signe de deuil. Enfin, des proches de l'asbl Marc et Corine font signer des pétitions pour réclamer des peines incompressibles dans les cas de crimes sexuels.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil

Free Web Counters
Free Counter