jeudi 17 décembre 2009

Belgique a plongé plus loin dans l’horreur(« La Libre Belgique »19 décembre 1996 pg 4 et 5)


Jour après jour, la Belgique a plongé plus loin dans l’horreur

« La Libre Belgique » du jeudi 19 décembre 1996 pages 4 et 5

- Vendredi 9 août. Laetitia Delhez,14 ans, quitte la piscine de Bertrix vers 21 heures pour rentrer chez elle,à quelque 500 mètres de là. Mais l'adolescente ne réintègre pas son domicile. La maman de Laetitia exclut l'hypothèse de la fugue. Les recherches sont entamées dans la nuit par les gendarmes.

- Samedi 10 et dimanche 11 août. Pendant tout le week-end, gendarmes, policiers, membres de la protection civile et bénévoles organisent des battues pour tenter de retrouver la jeune fille. Les forces de l'ordre font appel à l'Asbl « Marc et Corinne ».

- Lundi 12 août. Bertrix et ses environs sont passés au peigne fin. Malgré les centaines de témoignages de citoyens suite aux appels lances a la télévision, on reste sans aucune nouvelle de Laetitia.

Dans l'ombre, l'enquête progresse pourtant à grands pas. Deux témoins, une religieuse et un jeune étudiant, apportent des informations capitales aux enquêteurs, qui les mettront sur la piste d'une camionnette blanche, appartenant à un certain Marc Dutroux.

La bonne soeur se souvenait du bruit infernal d'un véhicule blanc aux abords de la piscine de Bertrix le soir du 9 août. Le jeune homme, passionné d'autos, avait mémorisé, dans un léger désordre, la plaque d'immatriculation d'une camionnette qu'il trouvait suspecte. Une minutieuse vérification des gendarmes permet

d'identifier le propriétaire du véhicule : Marc Dutroux, un dangereux récidiviste domicile Sars-la-Buissiere, près de Thuin. Son épouse (Michèlle Martin) et lui ont déjà été condamnés pour rapts et viols.

- Mardi 13 août. Le procureur du Roi de Neufchâteau, Michel Bourlet, déclenche une vaste opération pour investir les maisons appartenant à Dutroux. Le couple Dutroux Martin est interpellé, ainsi que Michel Lelièvre, jeune toxicomane complice du pédophile. Mais on reste toujours sans nouvelle de Laetitia, quelques cheveux et des traces de sangs retrouvés dans la camionnette font craindre le pire aux enquêteurs.

En début de soirée, M. Bourlet convoque la presse d'urgence à la caserne de gendarmerie de Charleroi.

Il confirme qu'une opération policière se prépare dans la région carolorégienne pour retrouver Laetitia et demande de ne pas diffuser l'information « parce que l'adolescente est entre les mains de gens très dangereux ».

- Jeudi 15 août. Vers 14 heures,Marc Dutroux passe partiellement aux aveux : « Je vais vous donner deux filles ». L'inculpé est emmené dans la maison de Marcinelle, où il indique lui-même la cache où est enfermée Laetitia. Il ouvre la porte, astucieusement camouflée en étagère les enquêteurs découvrent alors la jeune Laetitia vivante, et aussi, à leur grande stupéfaction, la petite Sabine Dardenne, disparue à Kain depuis le 28 juin 1996.

- Vendredi 16 août. Un expert immobilier bruxellois, Jean-Michel Nihoul - qui se fait appeler Michel - , est amené au palais de Justice de Neufchâteau. Dans l'après-midi, le juge d'instruction Jean-Marc Connerotte,qui le soupçonne de complicité avec Dutroux pour l'enlèvement des deux jeunes filles, le place sous mandat

d'arrêt et l'inculpe d'association de malfaiteurs.

- Samedi 17 août. A la joie des retrouvailles succède très vite l'horreur : les corps de Julie Lejeune et Mélissa Russo, disparues le 24 juin 1995 à Grâce-Hollogne, sont retrouvés dans le jardin de Marc Dutroux à Sars-la-Buissière. Ce sont de nouveaux aveux du pédophile qui ont amené les enquêteurs à faire l'horrible découverte. Du jardin de Sars la-Buissière, on ressort aussi le cadavre de Bernard Weinstein, un complice de Dutroux éliminé par ses soins.

- Dimanche 18 août. La Belgique se réveille en état de choc. Des milliers de personnes se rendent au do

micile des Russo et des Lejeune à Grâce-Hollogne et déposent une fleur, un bouquet, une lettre dans le jardin. Les parents des fillettes mettent en cause l'ex-ministre de la Justice, Melchior Wathelet (qui a signé la remise en liberté conditionnelle de Marc Dutroux en avril 92), les enquê teurs liégeois et la juge d'instruction

Martine Doutrèwe.

- Lundi 19 août. Une foule impressionnante défile au funérarium de Grâce-Hollogne, où reposent les deux fillettes. Le ministre de la Justice, Stefaan De Clerck, présente ses condoléances aux familles.

Devant la presse, il explique les projets de réforme du système judiciaire, notamment en ce qui concerne la libération conditionnelle. Il charge le procureur général de Liège, Anne Thily, et le procureur général de la Cour de cassation, Jacques velu, de lui faire rapport sur l'enquête Julie et Mélissa.

- Mardi 20 août. Nouvelle journée de deuil : on accroche des rubans noirs aux voitures. Le Roi et la Reine adressent un message de condoléances aux parents de Julie et Mélissa

Michel Bourlet confirme que la priorité des enquêteurs est de retrouver An Marchal et Eefje Lambrecks, disparues à Ostende le 22 août 1995.

Marc Dutroux reconnaît avoir séquestré les deux Limbourgeoises, mais prétend ne pas savoir où elles se trouvent.

Les journalistes sortent les premiers documents qui montrent que Dutroux était, déjà en 1993, suspecté par la gendarmerie de préparer des enlèvements d'enfants.

- Mercredi 21 août. Les enquêteurs ne désespèrent pas de trouver d'autres caches dans lesquelles pourraient être enfermées des victimes de Dutroux. Le super-intendant John Bennett - le détecteur de cadavres anglais qui a travaillé dans la « maison de l'horreur » de la famille West à Gloucester - et son radar perfectionné sont appelés en renfort.

- Jeudi 22 août. Funérailles de Julie et Mélissa à la basilique Saint Martin de Liège. La cérémonie est retransmise en direct sur la RTBf et RTL-TVi. Les familles Russo et Lejeune ont exprimé le souhait que les obsèques soient prioritairement réservées aux proches et à la population.

Aucune place n'est réservée dans l'église pour les politiques; les parents n'ont pas souhaité la présence d'un représentant du Roi. Les petites sont enterrées côte à côte au cimetière de Mons-lez-Liège.

Complice présumé de Dutroux, Michaël Diakostavrianos est arrêté à Neufchâteau.

- Vendredi 23 août. Michel Bourlet lâche une petite phrase remarquée lors d'un débat télévisé. A la question : irez-vous jusqu'au bout?, il répond : « Si on me laisse faire... »,jetant un doute sur sa véritable liberté d'action.

- Dimanche 25 août. L'inspecteur de la PJ de Charleroi, Georges Zicot, est placé sous mandat d'arrêt pour le

volet « vols de voitures » de l'affaire Dutroux. Il avait été intercepté la veille. Deux autres personnes sont arrêtées : Thierry Dehaan, assureur, pour faux et usage de faux, et Gérard Pinon, propriétaire d'un hangar à

Courcelles, pour association de malfaiteurs. Un quatrième larron, Pierre Rochow, connaît le même sort le lendemain.

-Lundi 26 août. Michelle Martin passe partiellement aux aveux : elle a bien participé à la séquestration de

Julie et Mélissa. C'est elle qui était chargée de nourrir les fillettes pendant la détention de Dutroux, entre décembre 95 et mars 96, mais elle n'a pas osé descendre dans la cave.

Le ministre de la Justice, Stefaan De Clerck, affirme que l'enquête ira jusqu'au bout.

- Mardi 27 août. Les enquêteurs entreprennent des fouilles d'importance dans une propriété de Dutroux, rue Daubresse à Jumet. Chiens, radars de sol et puissants moyens techniques sont utilisés pour sonder la maison et le terrain.

A Stockholm se tient le premier Congrès mondial contre l'exploitation sexuelle des enfants.

-Mercredi 28 août. Les recherches se poursuivent, sous la pluie et les orages, sans apporter d'indice tangible de la présence de corps à Jumet.

- Jeudi 29 août. Rachel et Séverine, deux jeunes Liégeoises de 18 ans, semblent avoir été enlevées à Liège.

On les retrouve deux jours plus tard à Cologne, épuisées et les jambes couvertes d'ecchymoses. On ne connaîtra jamais le fin fond de l'histoire, même si tout laisse croire qu'il s'agit d'une fuite qui a mal tourné.

-Vendredi 30 août. Le gouvernement annonce une série de mesures pour éviter d'autres affaires Dutroux - dont la mise sur pied de chambres d'exécution des peines et le réexamen de 8.000 dossiers de liberté conditionnelle.

- Lundi 2 septembre. Le fils du procureur général de Mons, Philippe Demanet, est inculpé par le juge d'instruction bruxellois Laffineur pour une escroquerie à l'assurance.L'inspecteur Zicot avait enquêté dans ce dossier.

- Mardi 3 septembre. Après une semaine de fouilles très pénibles, les cadavres d'An Marchal et d'Eefje

Lambrecks sont découverts, enterrés sous un hangar de la rue Daubresse à Jumet, sur une propriété de Marc

Dutroux où avait résidé Bernard Weinstein.

- Mercredi 4 septembre. La Belgique commotionnée revit le cruel cauchemar de la mi-août. Les citoyens qui tentaient de se relever de l'émotion suscitée par le sort atroce de Julie et Mélissa sont replongés dans l'horreur.

Hasselt porte le deuil des deux jeunes Limbourgeoises. Des milliers de personnes signent les registres de condoléances.

Le gouvernement prend cette fois la juste mesure de l'émotion populaire. Le Roi Albert II contacte personnellement les parents d'An et Eefje.

Les familles Russo et Lejeune sont reçues au palais, en compagnie de Marie-France Botte. Les parents d'An Marchal suivront et, le lendemain et les jours qui suivent, la famille d'Eefje Lambrecks et les autres parents d'enfants disparus.

Annie Bouty, ex-compagne de Jean Michel Nihoul et avocate radiée du barreau de Bruxelles, est arrêtée.

- Jeudi 5 septembre. Des fouilles sont entreprises à Ixelles, au domicile d'un certain Roland Corvillain, à deux pas de la maison de la petite Loubna Benaïssa, qui avait disparu dans le quartier le 22 août 1992.

Selon des voisins, Dutroux et Nihoul ont été aperçus chez cet individu. Corvillain avait été arrêté le 2 juillet pour viol et attentat à la pudeur sur des enfants de moins de 16 ans. La maison et le jardin seront retournés de fond en comble pendant 3 jours, sans aucun résultat.

- Vendredi 6 septembre. Me Julien Pierre est désigné d'office pour défendre Marc Dutroux, en panne d'avocat depuis son arrestation.

- Samedi 7 septembre. Funérailles séparées de An Marchal et Eefje Lambrecks à Hasselt, en présence d'une foule immense et recueillie. Les parents de Julie, Mélissa, Loubna, Élisabeth et d'autres enfants disparus assistent aux deux cérémonies où le Roi s'est fait représenter. Les ministres De Clerck et Flahaut sont également présents.

Ce jour-là encore, Alain Van der Biest est écroué à la prison de Lantin, accusé par un témoin anonyme d'être l'un des commanditaires de l'assassinat d'André Cools.

- Mardi 10 septembre. Le Roi Albert II publie un communiqué dans lequel il rappelle que la clarté totale doit être faite sur les affaires Dutroux et Cools. Ses propositions, résultant d'entretiens avec les parents des petits disparus, suscitent une polémique sur l'étendue de son rôle.

- Jeudi 12 septembre. Thierry Dehaan est remis en liberté, tout à fait blanchi.

Le ministre de la Fonction publique, André Flahaut, lance l'idée d'une « Fondation pour la lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants ».

- Vendredi 13 septembre. Les parents Russo et Lejeune annoncent la création de l'Asbl « Julie et Mélissa, n'oubliez pas ! » en mémoire des petites filles. L'association veut « changer les mentalités de l'institution judiciaire et policière ». Ils continuent à réclamer l'accès au dossier d'instruction.

- Samedi 14 septembre. Céline (15 ans) et Vanessa (13 ans) sont enlevées à Bouillon par deux hommes qui les ont emmenées dans une voiture. Les deux filles ont été retrouvées dans la nuit tout près de la frontière française. Les adolescentes, qui n'ont pas subi de violences sexuelles, ont été endormies par leurs ravisseurs.

Traumatisée par l'affaire Dutroux, la Belgique craint une vague d'« enlèvements de 24 heures ».

- Lundi 16 septembre. Nouvelles fouilles dans une propriété de Dutroux à Jumet. Elles se poursuivront pendant plusieurs jours.

-Mardi 17 septembre. Les parents de Loubna Benaïssa se constituent partie civile auprès du juge Connerotte. Un témoignage récent permet semble-t-il d'établir un lien avec la bande de Dutroux, Michel Nihoul ayant été aperçu dans le quartier à Ixelles au moment de la disparition de Loubna, en août 1992. Le parquet de Neufchâteau confirme que le dossier n'a jamais été mis à l'instruction par le parquet de Bruxelles.

-Jeudi 19 septembre. Les rapports du procureur général de Liège, Anne Thily, et du procureur général à la Cour de cassation, Jacques Velu, sur la manière dont l'enquête a été menée suite à la disparition de Julie

et Mélissa arrivent sur le bureau du comité P, l'organe permanent de contrôle des services de police.

Ces deux rapports, demandés par le ministre de la Justice, Stefaan De Clerck, mettent la gendarmerie gravement en cause.

-Vendredi 20 septembre. A la tribune de la Chambre, Stefaan De Clerck livre le contenu de ces rapports selon lesquels la gendarmerie aurait sciemment caché des informations pour mener ses propres investigations (la fameuse « opération Othello », ce qui aurait gravement nui à l'enquête sur la disparition des deux fillettes de Grâce-Hollogne.

Réplique immédiate du ministre de l'Intérieur, Johan Vande Lanotte, qui vole au secours de « sa » gendarmerie et estime que les rapports des deux procureurs ne reflètent qu'une vision partielle, celle des parquets et de la magistrature. Il faut laisser aux services de police l'occasion de s'expliquer avant de tirer des conclusions, dit M. Vande Lanotte.

-Samedi 21 et dimanche 22 septembre. La guerre des polices fait rage : les différents protagonistes s'expriment pendant tout le week-end sur les chaînes de radio et de télévision.

Samedi, le président du Syndicat national du personnel de la gendarmerie (SNPGd), l'adjudant Paul Van Keer, s'en prend violemment tant aux magistrats qu'à la police judiciaire et menace de « sortir des dossiers » cIassés sans suite par les parquets.

Michel Bourlet, 1e procureur du Roi de Neufchâteau, conteste à son tour le rapport Velu, qui concluait que

Marc Dutroux ne disposait pas de protection à Charleroi; il rappelle qu'il a requis et obtenu une arrestation dans ce dossier, celle de l'inspecteur de la PJ, Georges Zicot. Concernant le rapport Thily, M. Bourlet défend la gendarmerie qui travaille «de façon géniale ».

Le 21 septembre est une journée décidément très chargée pour le procureur Bourlet, qui, après avoir rencontré longuement 14 familles d'enfants disparus au palais de Justice de Neufchâteau, participe à un souper spaghetti à Bertrix organisé par l'antenne locale de l'Asbl « Marc et Corinne », en présence de deux jeunes victimes de Marc Dutroux. Le juge d'instruction Jean-Marc Connerotte, qui s'est marié le jour-même, assiste lui aussi à cette petite fête en l'honneur de Laetitia.

-Lundi 23 septembre. Le front commun de la police judiciaire accuse l'état-major de la gendarmerie d'avoir commis de graves erreurs dans l'enquête suivant la disparition de Julie et Mélissa.

La plupart des partis politiques exigent que le Premier ministre prenne la parole pour faire taire la guerre des polices.

-Mardi 24 septembre. Marleen De Cockere, compagne de Jean-michel Nihoul depuis 10 ans, est placée sous

mandat d'arrêt pour sa participation supposée à une association de malfaiteurs, notamment dans le cadre d'enlèvement et de séquestration de mineurs.

-Mercredi 25 septembre. Les ministres Vande Lanotte (Intérieur) et de Clerck (Justice) concluent un contrat de confiance » avec les différents services policiers et judiciaires.

Politiques, gendarmes, policiers et magistrats s'engagent à ne plus faire de déclarations intempestives avant la fin de « l'enquête sur l'enquête ».

-Jeudi 26 septembre 1996 Marie Noëlle Bouzet,la maman d'Elisabeth Brichet disparue à Saint-Servais en

décembre1989, annonce à « la Libre Belgique » que les parents d'enfants victimes vont organiser une

« Marche pour la vérité » à Bruxelles au mois d'octobre.

L'avocat de Marc Dutroux, Me Julien Pierre, introduit un recours en suspicion légitime contre le juge d'instruction Jean-Marc Connerotte qui, selon la défense de Dutroux, a failli à son devoir d'impartialité en assistant au souper-spaghetti à Bertrix, auquel participaient également des victimes de Marc Dutroux. Ce sera à la Cour de cassation de trancher.

-Dimanche 29 septembre. Un millier d'Anversois défilent dans les rues de la métropole pour manifester leur soutien au juge Connerotte.

-Lundi 30 septembre. Le comité « Pour nos enfants » d'Amay, une association de parents d'enfants victimes d'abus sexuels, lance une pétition « suite aux craintes de tout un peuple de voir le juge Connerotte et le procureur Bourlet dessaisis des dossiers dont ils ont la charge ».

-Mardi 1er octobre. La pétition de l'Asbl « Marc et Corinne » réclamant l'instauration de peines incompressibles pour les crimes les plus graves a rassemblé plus de 2 millions de signatures. Initiée en avril 1996, au moment du débat parlementaire sur la suppression de la peine de mort, la campagne avait véritablement démarré au lendemain de la découverte des corps de Julie et Mélissa.

-Mercredi 2 octobre. Les conseils de Jean-Michel Nihoul, Mes Virginie Baranyanka et Frédéric Clément de Cléty, introduisent à leur tour une requête en suspicion légitime contre le juge Connerotte devant la Cour de

cassation.

-Vendredi 4 octobre. Marc Dutroux est amené à Jumet, sur le site des étangs Caluwaert, où il était naguère propriétaire d'un terrain sur lequel il avait installé une caravane. Il a déclaré aux enquêteurs que « l'endroit était intéressant », et plus particulièrement un tunnel long de 2,6 kilomètres. Les fouilles entamées le vendredi se poursuivent tout au long du week-end. Sans aucun résultat.

-Lundi 7 octobre. Le juge Jean Marc Connerotte inculpe Michèlle Martin, épouse Dutroux, d'association de malfaiteurs et de complicité dans l'enlèvement et la séquestration de Sabine et Laetitia, Julie et Mélissa, An et Eefje.

-Mercredi 9 octobre. La Cour de cassation examine la demande de dessaisissement du juge Connerotte.

Le procureur général, Eliane Liekendael, annonce, â son grand regret, qu’elle n'avait pas d'autre solution que de recommander, le dessaisissement. L'arrêt de la Cour est attendu pour le lundi 14 octobre. Immense déception des familles, auxquelles la population apporte un soutien évident. A Neufchâteau, Jean-Marc Connerotte, principal intéressé, et le procureur Bourlet ne font pas de commentaire.

Dans la soirée, Marie-France Botte est agressée à son domicile forestois par un inconnu qui tente de I'étranglé.

Un autre témoin qui a dénoncé des réseaux pédophiles sera également victime, à deux reprises,d'agressions.

-Vendredi 11 octobre. Le juge Connerotte lance un appel à témoins tous azimuts dans le cadre d'instruction concernant de nouveaux dossiers de réseaux pédophiles. Ce « numéro vert » enregistre un appel toutes les trois minutes

-Dimanche 13 octobre. A la veille de l'arrêt attendu de la Cour de cassation, 2.000 personnes manifestent leur soutien au juge chestrolais devant le palais de Justice de Bruxelles, où sont déposées les 280.000 signatures de l'a pétition lancée deux semaines plus tôt par le comité « Pour nos enfants ».

-Lundi 14 octobre. La Cour de cassation dessaisit le juge d'instruction Connerotte, mais l'enquête relative aux agissements de la bande Dutroux Nihoul reste à Neufchâteau.

Le procureur Bourlet garde donc le dossier. Les parents des petites victimes sont consternés. Des centaines de personnes manifestent devant le palais de Justice de Bruxelles.

-Mardi 15 octobre. Les arrêts de travail et autres manifestations spontanées se multiplient pour soutenir le juge d'instruction Jean-Marc Connerotte : l'usine VW de Forest, les postiers, les écoliers... L'onde de protestation touche les secteurs privé et public tout au long de la semaine qui précède la « marche blanche » organisée par les parents des enfants disparus.

Après une rencontre de deux heures avec le ministre de la justice, Stefaan de Clerck, les familles des victimes de Dutroux annoncent qu'elles ne feront finalement pas opposition à l'arrêt dessaisissant le juge Connerotte.

Ils reviendront sur leur décision le 14 novembre.

-Mercredi 16 octobre. Le comité P, qui présente son rapport à la commission Justice de la Chambre, confirme de graves lacunes dans l'enquête menée par la juge d'instruction Liégeoise,Martine Doutrèwe, chargée du dossier de la disparition des deus petites de Grâce-Hollogne le 24 juin 1995.

Les chefs de groupe de toutes les formations politiques représentées au parlement (sauf le Front national) se mettent d'accord pour constituer une commission spéciale pour enquêter sur la manière dont ont été menées les enquêtes suite aux disparitions d'enfants liées aux agissements de la bande Dutroux.

- Jeudi 17 octobre. Les députés instituent une commission parlementaire d'enquête sur « l'affaire Dutroux » qui reçoit un mandat de 3 mois. Elle commencera ses travaux le lundi 21 octobre.

- Vendredi 18 octobre. A la veille de la grande « marche blanche », le Roi organise au palais une « Table ronde sur les disparitions et la maltraitance » avec les familles des victimes.

-Dimanche 20 octobre. Une véritable marée blanche déferle sur Bruxelles : 300.000 citoyens (enfants, parents, grands-parents, Belges, immigrés, Flamands, francophones, wallons...) défilent, en silence et dignement - respectant à la lettre le souhait des familles d'enfants victimes -, arborant un ballon ou une fleur de couleur blanche. Pour Julie et Mélissa, An et Eefje, Élisabeth, Loubna, Kim et Ken, Laurence...

Pour dire d'une seule voix : « Plus jamais ça.».

Annick HOVINE.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil

Free Web Counters
Free Counter