lundi 15 décembre 2008

Les saisies de cassettes pourraient poser un problème («CinéRevue»17 octobre 1996 pg 8 et 9)


 «Les saisies de cassettes pourraient poser un problème, car trop de gens appartenant à trop de services y ont été mêlés »

 « UN ÉLÉMENT TROUBLANT POURRAIT CONCERNER UNE VICTIME BELGE »

« Ciné Télé Revue »  du jeudi 17 octobre 1996 page 8 et 9

«Ciné Télé Revue» a pu rencontrer un officier de gendarmerie qui a accès au dossier des cassettes saisies.

Qu'y a-t-il sur les cassettes vidéo saisies dans le cadre de l'affaire Dutroux ?

Y voit-on des spectateurs et des victimes non identifiées, comme l'affirment les spécialistes américains du « National Center for Missing and Exploited Children » (NCMEC), ou s'agit-il là d'une «intoxication », comme le prétend le procureur Michel Bourtet ?

La réponse n'est sans doute pas aussi tranchée que le disent l'une ou l'autre partie. Pour éclairer le débat, nous avons interrogé l'un des responsables de l’enquête. Pour des raisons évidentes, il a souhaité rester anonyme. Pour le « situer» quelque peu ,nous pouvons toutefois préciser qu'il est l'un des membres du « cercle restreint» (pas plus d'une dizaine de personnes) qui chapeaute I'enquête et qu’il ne s'agit pas d'un magistrat.

Une source, donc, particulièrement « bien placée » et à laquelle sa position permet d'avoir accès à l'ensemble des procès-verbaux du dossier. Après une carrière jalonnée de pas mal de succès dans l'un de nos grands services de sécurité, l'officier de gendarmerie que nous avons pu rencontrer a la lourde tache, aujourd'hui, de coordonner une grande partie de l'enquête relative au réseau Dutroux et n'a de comptes à rendre qu'au juge d'instruction (Jean-Marc Connerotte avant qu'il ne soit dessaisi, et maintenant à son successeur) ou au procureur Bourlet.

L'homme n'aime pas parler d'un dossier en cours, « mais celui-ci », explique-t-il, «est vraiment trop particulier » et a trop d'implications pour que l'on puisse se taire.

Tout, bien entendu, ne peut pas encore être dit, pour ne pas gêner les développements de l'enquête, qui pourraient, dans les semaines ou même les mois à venir, être assez spectaculaires, mais le public a le droit de savoir, dans les grandes lignes, comment nous travaillons.

Après des enquêtes où tant d'erreurs ont été commises, il est normal de rassurer la société et lui dire que, sous les ordres des magistrats de Neufchâteau, les choses recommencent à fonctionner normalement...

- On parle de plus en plus des cassettes saisies ces dernières semaines dans le cadre de l'affaire Dutroux. Que pouvez-vous nous en dire. Et d'abord, combien sont-elles?

Ce chiffre augmente tout le temps. Il faut savoir, en effet, qu'outre les cassettes saisies chez Dutroux, Lelièvre, Nihoul et leurs complices, nous saisissons régulièrement des cassettes chez des relations, mêmes fortuites, des inculpés. En tout, nous en avons au moins plusieurs milliers et toutes, à ce jour, n'ont pas encore été répertoriées. De plus, le juge Connerotte (avant qu'il ne soit dessaisi) a ordonné que l'on procède à une nouvelle vision de toutes les cassettes saisies ces dernières années dans le cadre d'affaires de pédophilie, et ce pour vérifier si l'on peut repérer des victimes, des auteurs ou des lieux et des objets qui pourraient nous permettre de lier les affaires en question au « dossier Dutroux ».

Ce que je puis vous dire avec précision, c'est que, en tout, un millier de « cassettes Dutroux» ont déjà été visionnées et un autre millier est prêt à l'être. D'autre part, on commence à exploiter  les cassettes saisies chez Nihoul et Bouty. Enfin, pour ce qui est des autres affaires, on a déjà visionné pas mal de choses, comme, par exemple, le matériel saisi après l'arrestation, il y a quelques semaines, d'un autre pédophile, Jean

Luc Finet. Mais c'est un travail long et fastidieux, et nous n'en sommes qu'à son début.

- Précisément, comment se déroule ce travail ? Le public ne comprend pas pourquoi aucun résultat n'a encore été enregistré, et ce sentiment est apparemment partagé par les spécialistes américains.

On a l'impression que les choses traînent. C'est une fausse impression, et pour mieux comprendre ce qui se passe, le public doit être informé des modalités techniques de notre travail. « Visionner » une cassette, cela ne veut pas dire, simplement, y jeter un coup d'oeil. Chaque saisie donne, d'abord, lieu a un procès-verbal

(P.-V.) de saisie dans lequel un officier de police judiciaire note le nombre de cassettes vidéo saisies et le lieu où elles l'ont été. Ces cassettes sont numérotées et répertoriées avant d'être transmises aux deux principales équipes, une pour la P.J., une pour la gendarmerie, chargées de les visionner. D'ailleurs, ces saisies pourraient poser un problème par elles-mêmes, trop de gens appartenant à trop de services y ont été mêlés.

- Expliquez-vous...

Surtout au début de l'affaire, lorsque nous foncions un peu dans tous les sens dans l'espoir de trouver des indices dont l'exploitation immédiate aurait permis de découvrir des enfants vivants, de nombreuses équipes différentes ont été concernées : la B.S.R. de Neufchâteau, la P.J. d'Arlon, la B.S.R. et la P.J. de Charleroi, la B.S.R. et la P.J. de Bruxelles, la 23e brigade nationale de la P.J. Et j'en oublie sans doute. Ça fait vraiment beaucoup de monde et ça rend plus difficile le contrôle du travail effectué.

Vous sous-entendez qu'il pourrait y avoir eu des erreurs ou des manipulations ?

- Je ne dis pas ça. Mais la multiplication des intervenants pourrait accréditer cette hypothèse, et puis, l'erreur est toujours possible. On sait aujourd'hui qu'on est passé à côté de plein de choses, dans différents domaines...

- Lesquelles?

Tout ce que je puis vous dire, c'est que le travail est loin d'être fini et qu'on rectifie les erreurs que l'on peut rattraper. Les brèches dont je vous parle, nous sommes occupés à les combler, et, à l'arrivée, il n'y aura pas trop de dégâts. Pour revenir à la méthode de travail en ce qui concerne les cassettes, il est évident que le meilleur moment pour intervenir et faire disparaître, si on le souhaite, l'une ou l'autre pièce, c'est au moment de la saisie ou juste après. Avant que les P.-V. ne soient rédigés et n'aient commencé à circuler, en tout cas, parce qu'à ce moment-là, il est trop tard. Mais je vous le répète : je ne dis pas que cela s'est fait. Donc, les vidéos, numérotées et accompagnées de leurs P.-V. de saisie, sont transmises aux deux équipes chargées de les visionner. Il n'y a que quelques hommes en tout, et ils commencent leur exploitation, longue et fastidieuse. Toutes les cassettes doivent en effet être visionnées du début à la fin, même si elles paraissent être vierges ou si elles semblent anodines, ce qui est le cas de la plus grande partie de ce matériel.

Nous savons en effet d'expérience que les pédophiles ont l'habitude de camoufler les films les plus intéressants. On les passe à vitesse accélérée, mais il faut fréquemment faire des arrêts pour vérifier des images, par exemple toutes les scènes d'amour d'un film normal.

Bien entendu, ce contrôle doit être encore plus serré lorsqu'il s'agit d'un film pornographique « classique ». Et parfois, on trouve quelque chose.

Sur une cassette de 180 minutes qui provient de cette affaire Finet, les 175 premières sont normales et un viol a été enregistré sur les cinq dernières. II faut estimer que l'examen d'une cassette normale » de trois ou quatre heures et l'établissement du P.-V. succinct qui relate qu'elle ne contient aucun passage suspect prennent à peu près une heure. Si vous multipliez cette heure par le nombre de cassettes déjà étudiées, vous vous rendrez tout de suite compte que ces équipes ont déjà accompli plus de mille heures de visionnement, soit plus d'une centaine de jours de travail...

- Et quand la cassette contient des passages litigieux?

Là, tout se complique, évidemment: il faut commencer par décrire son contenu, situer exactement les passages litigieux, à la minute et à la seconde, enfin chiffrer leur durée. Après quoi, on étudie ces passages à fond pour pouvoir décrire les victimes auteurs des faits s'ils sont visibles. Et il ne suffit pas, ici, de dire « nous voyons un homme blond d'une quarantaine d'années » :la description doit être la plus précise possible, en tenant compte des signes distinctifs apparents, comme des cicatrices, des grains de beauté, etc. C'est d'autant plus important que sur la majeure partie du matériel sur lequel nous commençons à travailler et qui provient d'autres affaires que les dossiers Dutroux, nous tombons assez fréquemment sur des scènes dans lesquelles on ne voit pas les visages des victimes ni des auteurs. Ou alors, ceux-ci sont cachés par une cagoule, un bas ou un masque.

La seule chance que nous ayons de les identifier un jour, c'est de disposer d'une description physique précise. Ensuite, il faut décrire les lieux et les décors. Et si des victimes ou des auteurs apparaissent de manière plus nette, on en tire des « thermocopies », qui permettront de se livrer à un travail d'identification éventuel. Après quoi seulement, nous pourrons passer à un autre stade de l'exploitation, à savoir comparer les P.-V. et les cassettes litigieuses pour juger si l'on peut faire des rapprochements. Une cassette « intéressante » peut nécessiter, à elle seule, plus de 24 heures de travail...

- Venons-en à la question qui est au centre de tous les débats. Que voit-on sur les cassettes saisies dans le cadre de l'affaire Dutroux ?

- Je ne parle maintenant que pour le millier de cassettes qui ont déjà été visionnées et qui ont donné lieu à la rédaction de P.-V. Je ne puis, évidemment, parler des autres. Sur ces mille cassettes, quatre seulement sont intéressantes du point de vue de l'enquête, mais sur aucune d'entre elles on ne voit de victimes belges, qu'elles soient identifiées ou non. Deux de ces cassettes montrent des viols probables commis, sans doute, sur des Slovaques.

Des « viols probables », « commis sans doute », ce n'est guère précis...

- Notre métier est d'établir des faits. Nous ne « savons » pas quelle est la nationalité des victimes, mais le contexte général nous permet de penser que les scènes ont été tournées en Slovaquie. Et nous voyons que les jeunes filles sont dans un état second, presque endormies, et qu'elles restent sans réaction ; dès lors, on peut supposer qu'elles sont sous l'effet de drogues ou de médicaments, et que, donc, il y a viol. Mais si le rédacteur du P.-V. écrivait : « on assiste au viol d'une Slovaque », il considérerait comme des faits acquis de simples déductions logiques, et son travail n'aurait plus la même valeur.

Sur une autre cassette, on voit Marc Dutroux avec des fillettes de 12 ans, sans doute des tziganes. Il n'y a pas d'attouchements, mais il les fait se déshabiller et prendre des poses suggestives. On peut parler, dans ce cas, de « matériel pédophile soft » assez classique. Sur une cassette, enfin, il y a une scène, manifestement tournée en Slovaquie, où l'on peut voir deux ou trois jeunes filles en train de boire un verre avec un homme qui s'est avéré être Michel Diakostavrianos. Ce qui prouve qu'il était beaucoup plus impliqué dans les affaires de Dutroux qu'il ne veut bien le reconnaître. Mais dans son cas, les enquêteurs ont failli passer à côté...

- Comment cela ?

- Lorsque les équipes chargées de visionner les cassettes ont été formées, en août, quelques jours après la libération de Sabine et de Laetitia, les hommes qui les constituaient ont demandé qu'on leur fournisse les photos de tous les inculpés et de tous les enfants enlevés en Belgique ces dix dernières années.

Or, ces documents ne sont arrivés au compte gouttes. Je puis, par exemple, vous dire que les photos d'enfants enlevés ne sont à la disposition des « visionneurs » que depuis le 1er octobre !

Pour revenir à Diakostavrianos, c'est en le croisant dans un couloir, dans des locaux de la gendarmerie, qu'un de nos enquêteurs s'est rendu compte qu'il venait de le voir, le jour même, sur une cassette...

D'après vous, donc, aucune victime connue n'apparaît sur les cassettes de Dutroux ?

- Non, aucune. Je suis formel, ni Julie, ni Mélissa, ni An, ni Eefje, ni Sabine, ni Laetitia. Ni même aucune « victime » non identifiée belge. Mais je vous rappelle que je ne parle que des mille cassettes qui ont déjà été «travaillées ». A un moment, il est vrai que l'un de nos enquêteurs a cru reconnaître An Marchal sur une cassette représentant une jeune femme se livrant à un acte sexuel avec Marc Dutroux. Après vérifications très poussées, il s'est aperçu qu'il s'agissait de Janka Makova, la maîtresse slovaque de Dutroux, qui offre, par moment, une ressemblance assez frappante avec la malheureuse An.

Et sur les autres cassettes?

- Pour les cassettes des autres affaires de pédophilie, nous n'en sommes qu'au tout début de notre travail. Toutefois, il y a un élément troublant qui pourrait concerner une victime.

- Laquelle?

Sur plusieurs cassettes, tournées pour la plupart ces dix dernières années, on peut effectivement voir des victimes « européennes » non identifiées. Je précise qu'elles sont européennes » parce que nous avons sur pas mal de cassettes des victimes asiatiques par exemple, mais il s'agit alors, dans la plupart des cas, de cassettes tournées en Thailande ou en Amérique latine, et qui circulent assez largement dans les milieux pédophiles.

On s'éloigne tout à fait, ici, des dossiers sur lesquels nous travaillons. Mais sur une cassette, certains de nos hommes ont eu l'impression de reconnaître Nathalie Geijsbregts. Cependant, pour des raisons de qualité d'images, rien n'est absolument certain. Nous en sommes encore au stade des vérifications.

Qu'en est-il alors de ces informations persistantes concernant les enfants que l'on verrait sur des cassettes et les spectateurs qui seraient potentiellement identifiables ? Qui a raison, les Américains du National Center for Missing Children ou le procureur Bourlet, qui dément ces informations?

Les deux peut-être... Il est possible que certains aient déjà jeté un coup d'oeil sur le reste du matériel et, entre autres, sur ces centaines ou ces milliers de cassettes que nous commençons à exploiter.

Cela fait donc pas mal de possibilités. (Mardi après-midi, une source émanant de la P.J. nous confirmait que sur d'autres cassettes visionnées dans le cadre de cette même affaire apparaissaient des notables provinciaux et une importante personnalité ecclésiastique.)

Ces cassettes sont-elles liées à Dutroux ?

Il est trop tôt pour le dire. Disons qu'elles vont peut-être nous permettre de valider l'hypothèse sur laquelle nous travaillons aujourd'hui, à savoir celle d'un vaste réseau existant depuis au moins vingt ans et ayant utilise, a différents moments, des exécutants et des pourvoyeurs de chair fraîche différents. Dutroux a pu être l'un de ces hommes, mais il y en a eu d'autres et, si nous n'y mettons pas un frein, il y en aura encore d'autres. Tout ce que je puis ajouter sur cette question, c'est que j'ai une idée très précise sur l'origine des informations qui sont parvenues aux Américains. Je puis même vous dire que, d'après moi, ils ont deux informateurs distincts, et qu'il s'agit de gens sérieux et fiables. Mais je n'irai pas plus loin...

- Puisqu'on en est aux Américains, que pensez-vous de la proposition d'Anne-Marie Lizin, qui souhaite qu'on leur demande leur aide ?

- J'y suis favorable, comme d'ailleurs les hommes de terrain qui travaillent, entre autres, sous mes ordres. Nous devons être lucides : nous manquons du matériel, de programmes et de spécialistes nous permettant de traiter efficacement les bandes. Certaines d'entre elles sont de très mauvaise qualité et nous n'avons pas les moyens de les « nettoyer » pour rendre l'image plus nette et plus exploitable.

Or, ces moyens existent.  Il n'y a pas de honte à les demander à ceux qui les ont. Au contraire, il me semble que nous y gagnerions en temps et en crédibilité, et là, nous pourrions vraiment mettre toutes les chances de notre côté.

Propos recueillis par Claude MONIQUET

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil

Free Web Counters
Free Counter