dimanche 16 novembre 2008

Le justicier des enfants (« Le Vif / l’Express » du vendredi 4 octobre 1996 pages 26 et 27)


Le justicier des enfants

« Le Vif / l’Express » du vendredi 4 octobre 1996 pages 26 et 27

Éducateur sous toutes les latitudes, rompu à l'art de la médiation et poète à ses heures, Claude Lelièvre fête son cinquième anniversaire au poste unique de délégué aux droits de l'enfant 

C'est un praticien de l'aide aux jeunes. Un homme rompu a toutes les aspérités du « terrain ». Un de ceux qui ont tout vu, tout connu. Le home à l'ancienne, où les jeunes étaient jetés en « isolement » pour un mot lancé un peu trop fort. Les groupes de vingt gosses, délinquants ou mineurs dits « en danger », confiés à la bonne (?) garde d'un unique éducateur. La période noire, celle du jeune tueur de Courcelles » (en 1981), une affaire qui présida à la création du centre fermé de Braine-le-Château, qu'il dirigea pendant plusieurs années.

Celle, aussi, pas vraiment terminée, qui poussa des juges de la jeunesse à jeter en prison des adolescents à peine pubères, faute de solutions alternatives. Puis, l'engouement pour le « milieu ouvert ».

Et, plus récemment, l'ère de la « déjudiciarisation », dont il fut l'une des têtes pensantes : soustraire le jeune en difficulté à l'orbite judiciaire et lui éviter le placement en institution.

Depuis cinq ans, Claude Lelièvre coiffe la casquette de sorte de consécration dans le secteur si bouillonnant et si instable de l'Aide à la jeunesse. Sa bible sous le bras (la Convention internationale des droits de l'enfant), il s'en va frapper à la porte de ceux qui, peu ou prou, abusent de leur pouvoir sur les gamin(e)s et les adolescent(e)s mineurs en communauté française.

Son fil blanc ? La médiation, la recherche éperdue de consensus. Déployant des trésors d'ingéniosité, maniant plutôt le gant de velours, parfois la main de fer (débarquer d'autorité dans une école ou dans un home public, y exiger des documents, interpeller le personnel), l'homme excelle à dénouer les situations les plus inextricables. Et, parfois, les plus explosives : réclamer à un juge une justification de sa décision, ou informer un ministre que son conseiller « enfance », par ailleurs directeur d'institution, est pédophile...

Un éducateur qui voit loin

Ses atouts majeurs ? Les contacts qu'il a tissés pendant près de trente ans dans le secteur de l'Aide à la jeunesse, dont il connaît à merveille les coulisses, les rouages et les susceptibilités. Il sait quels leviers actionner pour convaincre un préfet d'école ou un fonctionnaire. Dans les arcanes les plus politisés de l'administration, il se mue comme un poisson dans l'eau. Si son étiquette en irrite plus d'un (fils et petit-fils de militant socialiste, ancien délégué syndical, apparatchik du PS), il peut ranger au tiroir ses sympathies politiques et collaborer avec n'importe qui, si l'intérêt de l'enfant est en jeu.

Comme tous les gardes-chasses sévissant en terrain familier (« On peut raconter des salades à un juge, pas à Claude Lelièvre », constate un habitué du secteur), il s'est fait de solides ennemis. Qui, du haut de leur formation universitaire, se gaussent d'imprécisions notées dans son langage juridique. Le taxent d'« éducateur parvenu », dont la carrière a été un peu trop fulgurante. D'autres se moquent de son besoin frénétique de séduire les médias. Ou, plus acides, rappellent avec quelles largesses outrancières il profita des facilités matérielles offertes par son rang barémique au sein de l'administration ( le « niveau »  16). C'est un fait : Lelièvre pâtira éternellement du soupçon de s'être auto-décerné, en 1991 ce statut si confortable de délégué aux droits de l'enfant (avec chauffeur particulier, SVP !) lors de son passage au cabinet de Valmy Féaux, alors ministre-président de la communauté française.

Mais, tel Narcisse, Lelièvre n'aime pas la critique : ni celle sur « son » bébé, ni celle sur sa personne. Car l'énergie et la passion qu'il déploie dans son travail de délégué sont a la mesure de la gravite et de la complexité des problèmes d'enfant qu'il aborde.

Conséquence: tout ce qui pourrait risquer de ternir l'image de son service (une équipe de 6 personnes, tenues très discrètement au second plan) est perçu par lui comme une menace pour la survie à long terme de son institution. Un fantasme ?

Non. Bien qu'unique dans le monde francophone, cette fonction de délégué a parfois été jugée un peu trop dérangeante par ceux qui, de près ou de loin, tiennent les cordons de la bourse.

Alors, l'homme, infatigablement, rappelle ses incontestables succès. La coordination de la lutte contre la maltraitance (dès 1991), la pétition de 370 000 signatures contre la pédophilie, la promotion des ouvrages destinés à prévenir les abus sexuels (Mimi fleur de cactus, Ta sécurité personnelle, penses-y), la dénonciation des comptes bancaires « oubliés » appartenant aux jeunes placés en institution, etc.

Le propre de Lelièvre, dans ces grandes campagnes de sensibilisation, c'est le pragmatisme, l'action sans tarder. De tels projets sont mis sur rail en quelques semaines. Dame ! Lelièvre est un taureau astrologique.

Déjà comme éducateur, il s'était taillé une réputation d'avant-gardiste, toujours prêt à innover avec « ses » adolescents. Pas toujours facile à suivre... Aujourd'hui, il connaît toutefois les limites de son enthousiasme. Ainsi, au fil des années, il s'est rallié à la recommandation de prudence de ses collaborateurs : ranger dans un tiroir, l'espace d'une nuit, ses lettres de semonce, d'indignation, de colère. Car, pour peu qu'un juge s'apprête a placer quelques jours un mineur en prison (l'un de ses combats de prédilection), le voilà capable de remuer ciel et terre - et de s'emporter outre mesure - pour éviter ce scénario du pire.

Jovial et bon vivant, curieux mélange de « papy » et de patriarche, riant de (presque) tout, Lelièvre n'en est pas moins l'homme des déchirements intérieurs. Les dossiers les plus lourds le plongent dans l'angoisse de n'avoir pas fait, peut-être, tout ce qu'il était possible de faire.

 

Déchiré, il l'est aussi entre son respect profond, presque inné, de l'institution judiciaire et son constat personnel réalisé presque a contrecoeur - de voir une justice bien éloignée des idéaux dont elle devrait se parer : saine, dénuée de réflexes corporatistes, ouverte a l'autocritique... Celle où, par exemple, l'autorité sur un jeune, voire la privation de sa liberté, peuvent s'avérer indispensables si elles se réalisent en respectant ses droits élémentaires.

Cette sensibilité, qui siérait mal aux aspects les plus carrés de sa mission, il la couche dans des poèmes. Envoyés, par exemple, aux parents de Julie et de Mélissa.

L'affaire Dutroux ? Elle a créé chez lui une amertume sans bornes. Une leçon pour moi, confie-t-il. On ne peut jamais faire confiance à 100 % à ceux qui disent qu'ils ont fait tout leur possible. A l'avenir, je serai plus incisif, plus intransigeant, plus implacable... »

__________

 Bio express

1946 : naissance à Baulers (Brabant wallon).

1968 : décroche son diplôme de régent (français, histoire et morale laïque). Puis, en 1973, celui d'assistant social.

Et, en 1975, celui d'éducateur spécialisé.

1975: chef de section au home (public) de Wauthier-Braine.

1986: directeur au centre fermé (public) de Braine-le-Château.

1988: entrée au cabinet de Valmy Féaux (protection de la jeunesse).

1991: directeur du home (public) de Jumet et premier délégué aux droits de l'enfant.

Philippe Lamotte

 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil

Free Web Counters
Free Counter