samedi 23 août 2008

Il y aura d’autres morts(«Dernière heure»5 septembre 1996 pg4)


Il y aura d’autres morts

« La Dernière heure » du jeudi 5 septembre 1996 page 4

Reçue hier par le roi, Marie-France Botte ne peut masquer son scepticisme

BRUXELLES - « C'est triste, mais il y en aura d'autres. D'autres morts. Parce que l'on n'a pas accepté que l'inacceptable puisse se produire. Marie-France Botte a déjà, dans nos colonnes (lire la DH du 23 août), dit l'indignation face aux agissements de la bande Dutroux. Elle a répété le combat de tous les instants mené depuis dix ans, en Asie du Sud-Est et en Belgique, pour lutter contre les abuseurs d'enfants. Reçue hier par le Roi, le même Albert II à qui elle avait remis, deux ans plus tôt, la pétition de 370.000 signatures prônant une politique plus cohérente en la matière, l'égérie du combat anti-pédophile ne peut pourtant s'empêcher d'afficher, aujourd'hui, au lendemain de la découverte des corps d'An et Eefje, un certain scepticisme.

« Je croyais beaucoup, pourtant, après Julie et Mélissa, que tout allait changer. Plus le temps passe, plus je crains que l'on ne colle des mesures d'urgence à tous les étages pour rassurer la population, sans trop savoir où l'on va à plus long terme : c'est une fausse solution. La crise est gérée dans l'urgence et j'ai peur que, dans quelques années, tout le monde se rendorme et que tout redevienne comme avant...

J'ai confiance en Bourlet »

- Avez-vous encore confiance en la justice?
- Marie-France Botte : «J'ai confiance en Michel Bourlet. La justice s'est contentée, jusqu'ici, de largement démontrer son absence totale d'humanité. La seule image humaine du système, c'est Bourlet.
Je crois sincèrement qu'il a la carrure d'aller jusqu'au bout. Ce qu'il a dit à la RTBf (NDLR: (Si on me laisse faire ») n'était pas un lapsus, c’était une manière habile de tirer la sonnette d'alarme. II a en outre précisé que toutes les personnes figurant sur les cassettes seront poursuivies : cela veut bien dire que Dutroux ne s'y retrouve pas seul. Je suis persuadée que Michel. Bourlet est révulsé par ce qu'il découvre. Pour le reste, j'ai longtemps espéré que quelqu'un du gouvernement admette : « Oui, on s'est trompé, on a mal fait, on n'a pas la conscience tranquille. » Mais non... On a traité la population belge comme on a traité les parents des gamines pendant 14 mois. On nous prend pour des moutons. On a épilogué, par ailleurs, sur les erreurs de l'enquête : n'accusons pas trop vite la petite police et la PJ, qui n'en auraient pas fait assez. Le véritable problème est que l'impulsion n'est pas venue d'en haut. Si un orchestre fonctionne mal, il faut plutôt aller voir du côté du chef d'orchestre. Mais je répète que si tout a été mal géré de A à Z, c'est avant tout parce que l'on n'a pas voulu croire que des réseaux pédophiles existaient chez nous : pourtant, depuis le scandale du Cries et celui de Spartacus, on aurait quand même pu s'interroger.

- Vous avez évoqué publiquement les soutiens dont disposerait Dutroux...
- M.-Fr. Botte : « Pourquoi cela fonctionnerait-il différemment en Belgique qu'en Asie ? Il est clair qu'il faut des appuis pour protéger un système tel celui de Dutroux. Certaines choses sont passées au dessus de la tête de la justice, déjà en 1985, quand il a été condamné pour viol et séquestration de mineurs : dès qu'il y a séquestration, cela signifie des partenaires multiples pour l'enfant, cela signifie filière, réseau et cassettes pornos. Quelque part, il doit exister une liste, une disquette, avec ces utilisateurs... Dans le monde, de telles cassettes mettant en scène des fillettes de moins de dix ans qui subissent de réelles violences sexuelles se monnaient jusqu'à un demi-million de francs : ce n'est pas non plus Monsieur Tout-le Monde qui peut sortir une telle somme...

- Quelle est votre position par rapport aux peines incompressibles ?
- M.-Fr. Botte : « Je crains que les pédophiles ne laissent pas leur victime en vie, pour ne pas risquer une peine de 30 ans incompressible. Ces peines rassurent la population, mais elles ne solutionneront rien. Après 30 ans, le pédophile sortira, il n'aura pas été traité et aura peut-être encore devant lui 15 ans d'activité sexuelle.

Propos recueillis par Nancy Ferroni

-------------------------------

Le Roi et la Reine ont reçu les familles Russo et Marchal

Ils ont donné l’assurance que l’enquête ira jusqu'au bout

« La Dernière heure » du jeudi 5 septembre 1996 page 4

BRUXELLES - Pour la première fois, depuis le triste samedi où les enquêteurs ont découvert les corps de Julie et Mélissa, le Roi a rencontré hier Gino et Carine Russo. On se souvient que les familles Lejeune-Russo avaient exprimé leur désir de ne voir aucun représentant du Roi aux funérailles de leurs enfants. En vacances à la Côte d'Azur, les Souverains avaient néanmoins envoyé un télégramme et fait parvenir une couronne de fleurs a Grâce-Hollogne.

Nombreuses sont les voix, dans la population, qui se sont faites entendre. Pour critiquer cette absence...
Hier matin, c'est en compagnie de Marie-France Botte que les Russo ont été reçus par le roi Albert Il et la reine Paola au palais de Bruxelles.

Il ne s'agissait pas d'une audience ordinaire, ni d'une visite de courtoisie. Si les Russo sont venus à Bruxelles, c'est pour obtenir du chef de l'État des garanties formelles: celle que leur fille et la petite Julie ne sont pas mortes pour rien, garantie, aussi,-que l'on ira jusqu'au bout de l'enquête. Gino et Carine Russo sont arrive s au palais avec une série de points précis à évoquer. Il fut également question des dysfonctionnements de l'enquête depuis 14 mois...

L'entrevue a duré deux heures. On apprenait plus tard du palais royal que le Roi et la Reine, qui, le matin même, ont eu un contact téléphonique personnel avec les parents d'An Marchai et d'Eefje Lambrecks, tenaient désormais à rencontrer toutes les familles concernées par le drame: dans l'après-midi, Paul et Betty Marchal étaient au palais. Plus tard, le papa d'An Marchal devait qualifier cet entretien de « cordial, significatif et plein d'espérance ».

Dans un communiqué qui suivait, le Roi a exprimé la détermination avec laquelle il continuera à veiller, auprès du ministre de la Justice, à ce qu'aucune piste ne soit négligée, pour que la clarté totale soit faite sur ce drame et ses implications et qu'aucune ambiguïté ne puisse subsister... Albert II insistera auprès des ministres concernés pour que tous les moyens soit mis en oeuvre pour combattre sans relâche ce fléau de la pédophilie, sur le plan tant national qu'international, et pour que des mesures de prévention soient prises. Une prise de position peut-être tardive, mais tout à l'honneur du Souverain, qui devrait se faire représenter aux funérailles d'An et Eefje.

Par ailleurs, il semble établi, a présent, que les parents de Julie et Mélissa, qui seront en direct à l'émission Témoin numéro 1, sur TF1, le 16 septembre, vont bien créer une association en mémoire de leurs enfants. Il s'agirait d'apporter aux familles confrontées au drame de la disparition d'un enfant, un soutien psychologique, une aide de tous les instants.
Ce qui a tellement manqué aux Russo-Lejeune. De l'humanité.

Nancy Ferroni
------------------------------------

La personnalité de Dutroux décortiquée

Au service du mal sous toutes ses formes


« La Dernière heure » du jeudi 5 septembre 1996 page 4

BRUXELLES - « Vous enlevez la pédophilie, il reste 95 % de Marc Dutroux. » Clair et net : considérant les éléments de l'enquête fournis par les médias, informations qu'il a pu confrontrer à sa longue expérience, le Dr Ansseau (Unité de neuropsychiatrie du CHU de liège) ne croit pas à la version qui expliquerait les actes horribles de Dutroux à la lumière de ses penchants' pédophiles.

Cet aspect de sa personnalité est réel, mais très marginal. En fait, cet homme ferait n'importe quoi pour autant que cela lui rapporte de l'argent et, pourquoi pas, du plaisir », indique le Dr Ansseau.

C'est un psychopathe, un être antisocial, sans aucune morale, sans le moindre respect de l'autre.

Il s'est odieusement attaqué à des enfants, parce qu'il estimait que cela lui était financièrement profitable.

Tout comme d'organiser des trafics de voitures... Il n'a d'ailleurs pas hésité à martyriser une personne âgée pour se faire du fric.
Marc Dutroux semble avoir mis au point un système de défense visant à minimiser sa participation dans les actes criminels les plus répréhensibles, pour autant qu'il soit possible de graduer l'horreur...
Il est un fait qu'il a tout intérêt à se faire passer pour pédophile », poursuit le Dr Ansseau. « Cela atténuerait probablement sa responsabilité dans cette terrible affaire, il bénéficierait d'un traitement, alors que ses conditions de détention pourraient être, disons, aménagées. »

Berner son monde
Comment concevoir une éventuelle prise en charge thérapeutique d'un tel individu ? « Je n'ai pas eu l'occasion d'expertiser son cas », note le Dr Ansseau. « Toutefois, à mon sens, c'est quelqu'un avec qui on ne peut rien faire, si ce n'est le tenir à l'écart de la société de manière prolongée. Dutroux est un criminel parfaitement responsable de ses actes. Il ne manifeste aucun regret. Il n'y a pas de souffrance chez lui, il ne demande pas d'aide. Les seuls qui souffrent, ce sont les autres. En prison, il adoptera un profil bas, sans faire de vagues. Il attendra patiemment de pouvoir sortir.
L'intelligence de Marc Dutroux a plusieurs fois été soulignée par les enquêteurs. « Il apparaît en effet comme un pervers intelligent, au service au mal - qu'elle qu'en soit la forme capable de mettre sur pied une organisation criminelle structurée, complexe. Il a pu, aussi berner pas mal de monde ces dernières années. N'était-il pas régulièrement suivi par une assistante sociale et un psychiatre, qu'il a convaincus que tout allait bien ?
Lors de ses précédents séjours en prison, il ne lui a manifestement pas fallu longtemps pour comprendre comment ne pas s'y éterniser... C'est un fait : cet individu est particulièrement dangereux.

J. M.

-----------------------------------

Dutroux toujours sans défenseur mais

La bâtonnière de Neufchâteau promet un avocat avant le 13


« La Dernière heure » du jeudi 5 septembre 1996 page 4

NEUFCHÂTEAU - Marc Dutroux n'a toujours pas trouvé d'avocat pour l'assister. Quelques jours après son arrestation pour les enlèvements et les meurtres d'enfants et de son complice, Dutroux a fait appel au barreau de Neufchâteau, où aucun avocat n'a accepté la défense du sinistre personnage.

Mardi soir, la nouvelle bâtonnière de Neufchâteau, Me Annet (elle est entrée en fonctions le 1er septembre), a convoqué le conseil de l'Ordre où siègent notamment d'anciens bâtonniers.

Les sept avocats réunis n'ont pris aucune décision. Me Annet rappelle encore qu'il lui appartient de désigner un défenseur, soit au sein de son propre barreau soit à l'extérieur.

Risque pour la carrière et la sécurité
Il va de soi que la gravité du problème dépasse largement Neufchâteau. Nous avons des contacts avec l'ensemble des barreaux. Il est normal que l'on s'entoure de tous les avis. Nous devons étudier les conséquences à l'égard de la personne qui sera désignée.

Car au-delà de la difficulté d'assurer la défense dans un tel drame, se posera la question de la réputation de l'avocat. Avec u n risque sur la suite de sa carrière, voire sur sa propre sécurité.
Tenue par l'obligation légale de trouver un avocat, la bâtonnière, épaulée par le conseil de l'Ordre, a suspendu toute décision. Ce choix est guidé aussi par l'évolution constante de l'enquête.

Toutefois, ajoute encore Me Annet, je ferai en sorte que Marc Dutroux ait un avocat pour sa prochaine comparution devant la chambre du conseil.
Celle-ci, appelée à prolonger le mandat d'arrêt, est théoriquement fixée au 13 septembre.
A noter que, contrairement à son mari, Michelle Martin n'a pas saisi le barreau.

M. Pe.

------------------------------

La voie des peines effectives

« La Dernière heure » du jeudi 5 septembre 1996 page 4

BRUXELLES - Le PSC a fait rebondir, mercredi, le débat sur les peines incompressibles. Même si, dans la plus pure tradition sociale chrétienne, il s'agit d'un rebond de petit pois enrobé d'une solide couche d'antidérapant. Il n'empêche : alors qu`on croyait le mécanisme- au grand dam de l'opposition libérale francophone - à jamais condamné par l'actuelle majorité, le comité directeur du parti social-chrétien lui redonne - timidement - une consistance.

Exceptionnellement réunie hier pour évoquer la saga de l'été, l'instance dirigeante du parti a, en effet, réclamé « une aggravation des peines effectives dans les cas de violences à l'égard des mineurs ». Qu'entend-on, à !a rue des Deux Eglises, par peines effectives ?

Tout bonnement des peines incompressibles qui refusent de dire leur nom ? Le PSC ne se risque pas à le définir clairement, qualifiant la polémique sur ces dernières d e «faux débat ».
Ce qui compte, à ses yeux, c'est de protéger la société. Comment?

D'abord en rendant possible le maintien en détention des délinquants sexuels, même au-delà du terme de leur peine, si an n'a pas la garantie qu'ils ne sont plus dangereux pour la société.
Le même principe s'applique aux possibilités de libération conditionnelle, qu'il s'agit de revoir pour s'assurer que le coupable reste en détention plus longtemps que ce n'est le cas aujourd'hui. En consacrant donc le principe des peines incompressibles? Le PSC refuse de trancher formellement.

«Mais il n'y a pas trente-six solutions », explique Charles-Ferdinand Nothomb. ((Renforcer les peines effectives, soit la durée de l'emprisonnement réel, ne peut se faire qu'en allongeant la durée des peines prévues dans !e code pénal, ou en allongeant le délai avant lequel un individu peut bénéficier d'une libération... »

Ch. C.

-----------------------------

Droit aux allocations pour tous les parents des victimes

A l’initiative de la ministre des affaires sociales


« La Dernière heure » du jeudi 5 septembre 1996 page 4

BRUXELLES - Après plusieurs mois de préparation, une circulaire ministérielle va être signée d'ici à deux semaines pour permettre l'octroi d'allocations familiales pendant cinq ans après la disparition d'un enfant.

Le texte qui sera valable pour tous les travailleurs autres qu'indépendants pour lesquels le ministre des Classes moyennes est compétent, prévoit l'octroi, avec effet rétroactif pour les cas connus actuellement,
des allocations familiales pour une durée de cinq ans a dater de la disparition de l'enfant, et ce jusqu'à l'âge de 25 ans.

Les dispositions de la circulaire ministérielle limiteront leurs effets aux seuls cas de disparitions d'enfants inopinées, sans indication de l'endroit où ils se trouvent et jusqu'au moment où on les retrouve, avec un délai maximum de 5 ans.

A l'exception des fugues et des rapts familiaux
Cette dernière disposition a été prise pour éviter d'avoir à couvrir une série d'autres cas de disparitions, tels que les fugues ou les rapts d'origine parentale.
Selon Mme Nicaise, conseillère de la ministre des Affaires sociales Magda De Galan, la difficulté de la prise de décision s'explique par l'inadaptation du cadre légal (qui est, par définition, toujours général) aux cas particuliers de ces derniers mois.

A la suite des tracasseries administratives posées notamment aux parents de Mélissa Russo qui s'étaient vu suspendre au cours de l'automne dernier les allocations familiales dont ils bénéficiaient pour leur fille, une première circulaire avait été mise en chantier.

Elle aurait d û recevoir l'aval du comité de gestion de l'office national d'allocations familiales pour travailleurs salariés (Onafts), mais celui-ci souleva quelques questions. Elles portaient notamment sur la fin du droit d'allocation, initialement fixé à 18 ans.

Avant de remettre la nouvelle circulaire en chantier, on a été confrontés au problème posé par la situation du papa d'An Marchal, enseignant de profession et qui ne dépendait pas de la caisse d'allocations familiales pour les travailleurs salariés.

La première circulaire aurait donc amélioré la situation de la famille Russo, mais pas celle de la famille Marchal. Ce premier document, qui n'est jamais entré en vigueur, excluait également toute allocation pour Eefje Lambrecks au-delà de l'âge de 18 ans.

Du fait qu'elle prolonge l'intervention jusqu'à l'âge de 25 ans et qu'elle sera ministérielle, la nouvelle circulaire apportera une réponse favorable à l'ensemble des cas précités.

-----------------------------

G.Demanet part en congé

Son fils étant inculpé


« La Dernière heure » du jeudi 5 septembre 1996 page 4

MONS - Georges Demanet, procureur général près la cour d'appel de Mons, a obtenu du ministre de la Justice, à bénéficier d'un congé exceptionnel de deux mois. Il agit, d'après un communiqué, par souci de l'intérêt général », et pour permettre de préserver, dans ce climat de suspicion généralisée, une impartialité et une indépendance absolue ». Pendant ce temps, M. Velu, procureur général à la Cour de cassation, poursuivra son enquête disciplinaire, « à laquelle M. Demanet apportera son entière collaboration, chaque fois que le souhait en sera formulé ».

L'intérim sera assuré par M. Misonne, premier avocat général. Le contexte, on le connaît : Philippe Demanet vient d'être inculpé pour escroquerie à l'assurance par le juge d'instruction bruxellois Laffineur. Et ce, suite aux aveux spontanés de Bernard Adam, de mardi dernier, comme quoi il « avait volé la Porsche de Philippe Dema net à sa propre demande, contre une prime de 5OO.ODOF» Une prime qu'il n'a jamais reçue !

Règlement de comptes?
Me Gérard Rivière, avocat de Philippe Demanet,nous affirme qu'il est victime d'un règlement de comptes.
« Pourquoi Adam a-t-il avoué cela, trois ans après les faits, alors qu'il n'était pas inquiété, et justement, alors que Zicot venait d'être arrêté ? Pour moi, c'est une stratégie pour faire tomber Philippe Demanet, fils du procureur général de Mons!»

Philippe Demanet aurait été victime de sa naïveté et de sa passion aveugle pour les Porsche. Selon Me Rivière, il s'en est procuré, non pas trois mais quatre. Sa toute première, il l'aurait un jour prêtée à Adam: celui-ci la lui aurait (comme par hasard) gravement accidentée... Bien désolé, il lui aurait proposé de lui procurer une Porsche, neuve (mais en fait déjà volée une fois !), qu'il a en stock la fameuse Porsche 911 Carrera 4; 3,6 litres, louée en leasing par Demanet ! La Porsche qui sera volée en Espagne en septembre 1993...par Adam !

C'est ce dernier qui avoue encore avoir maquillé la voiture en Italie, et l'avoir ensuite rapatriée en Belgique: précisément, elle a...dormi jusqu'à sa toute récente saisie judiciaire, dans un garage que Adam louait 3.000 F par mois.
Pourquoi ne pas l'avoir revendue ? », Interroge Me Rivière ! Philippe Demanet a été blanchi de ce vol par la Royale Belge. II s'est acheté, en financement, une autre Porsche qu'il revendra, pour s'acheter sa dernière Porsche, en occasion : la 911 Carrera Cup,rouge, de rallye. Celle-là que Zicot, en enquêteur officieux, trouvera à Ransart, et suspectera d'être celle volée en Espagne ! Me Rivière nous apprend que M. Laffineur l'a fait saisir... et qu'il l'a restituée à Philippe Demanet le 5 janvier 1996 !
Cela explique-t-il bien des choses ?

G. M.

------------------------------

ONE : L’Onkelinx va relancer la prévention

« La Dernière heure » du jeudi 5 septembre 1996 page 4

BRUXELLES - Laurette Onkelinx, ministre-présidente de la Communauté française, devrait annoncer, ce midi, la relance massive et le renforcement des actions de prévention en matière d'abus sexuels des enfants. La cellule de crise de l'ONE (Office de la Naissance et de l'Enfance), qui, en marge de l'affaire Dutroux, s'est réunie une première fois le mardi 27 août, et hier tout l'après-midi, entend ainsi fournir, tant aux parents, qu'aux enseignants, et, surtout, aux enfants, des réponses concrètes et adéquates, « en nuançant et en pondérant les messages, en fonction de chacun de ces publics ».

Ecoute 24 h / 24h
Si le contenu exact du plan d'action ne sera dévoilé que ce midi, on sait que les réunions entre représentants de la ministre, de l'Aide à la Jeunesse, du délégué général aux droits de l'enfant et des équipes SOS-enfants ont débouché sur du concret. Laurette Onkelinx a notamment donné son feu vert au fonctionnement, 24 h sur 24, de la ligne téléphonique Ecoute-enfants (0800/14400), qui croule sous les appels.

Un souhait qu'avait exprimé Claude Lelièvre depuis l'ouverture de la ligne en 1994. Le même délégué général souligne que la Communauté française s'est déjà dotée d'outils de prévention efficaces : il restait à amplifier leur mise en oeuvre. Ce que la ministre présidente entend faire.

N. F.



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil

Free Web Counters
Free Counter