mardi 15 juillet 2008

Tous réunis autour des mêmes valeurs sacrées de l’enfance


Tous réunis autour des mêmes valeurs sacrées de l’enfance

« La Wallonie » du jeudi 22 août 1996 page 7

C'est donc aujourd'hui matin, a 11 heures, qu'auront lieu en la Basilique Saint-Martin à Liège les funérailles de Julie Lejeune et Métissa Russo. Un moment difficile que plusieurs dizaines de milliers de personnes veulent partager avec les familles des deux fillettes de Grâce-Hollogne.

Les abords de la Basilique Saint-Martin devraient être noirs de monde, ce matin, pour les funérailles de Julie et Mélissa. A un point tel qu'hier, plusieurs responsables de la police liégeoise n'hésitaient pas à parler d'une foule probable de cent mille personnes,voire plus encore, en provenance des quatre coins du pays.

Quartier bloqué
Comme nous l'expliquions hier, des mesures particulières de circulation seront mises en place très tôt dans la matinée. C'est ainsi que tout le quartier compris entre Saint-Laurent et Sainte Marguerite (rues Wazon, Saint-Laurent et Mont Saint-Martin) sera bouclé dès 8 heures et que la rue Saint-Laurent sera mise à sens unique, en direction du centre ville.
Pour vous rendre au Mont Saint-Martin, les solutions les plus faciles, à cet égard, restent bien évidemment les transports en commun. Le TEC Liège-Verviers mettra gratuitement à la disposition des usagers des bus qui assureront la liaison entre le zoning industriel de Grâce-Hollogne, rue d e Wallonie, et la Basilique. Le premier départ est prévu à 9h30, tandis que le retour sera assuré après l'office.
Conformément aux souhaits exprimés par les parents de Julie et Mélissa, qui désirent fort logiquement la plus stricte intimité, le funérarium de Grâce-Hollogne ne sera pas accessible au public avant la cérémonie. Et il en ira de même lors de l'inhumation au petit cimetière de Mons-lez-Liège, un moment que les familles Lejeune et Russo souhaitent vivre avec leurs proches, loin des regards de la foule.
C'est donc à la Basilique Saint Martin que le public est attendu, pour les funérailles, auxquelles pourront assister un millier de personnes. A l'extérieur, un écran sera installé, du côté de Saint-Laurent.

En direct sur la RTBF et RTL

On le sait, la célébration des funérailles sera filmée et diffusée en direct sur la RTBF et RTL-TVi, qui travailleront de concert au sein d'une équipe commune. « Nous désirons que tout concorde pour faire de cette célébration un témoignage d'union de toute une collectivité autour des mêmes va leurs sacrées de l'enfance », ont expliqué hier les parents de Julie et Mélissa. Cette équipe de captation commune s'étant en outre engagée à ne filmer les membres de la famille qu'en plans larges afin de respecter leurs émotions.
De nombreuses personnalités sont attendues à la basilique. Hier,le gouvernement fédéral a ainsi annoncé que les ministres de la justice Stefaan De Clerck, et de la fonction publique André Flahaut, le représenteront aux funérailles de Julie et Melissa.
Le gouvernement a par ailleurs émis le souhait que « le personnel de toutes les administrations publiques et parapubliques ainsi que toutes celles et tous ceux qui en ont la possibilité, observent ce jeudi à 11 heures un moment de silence et expriment leur solidarité en rendant hommage à la mémoire des enfants tragiquement décédés ».
Il a tenu, enfin, à « encourager les enquêteurs à poursuivre leur travail pour que la lumière soit faite sur toutes les disparitions d'enfants ».

D.S.
________________________________

Internet : Un bandeau noir sur les sites Belges

« La Wallonie » du jeudi 22 août 1996 page 7

On le sait, le réseau Internet avait beaucoup appuyé les recherches concernant Julie et Mélissa, plusieurs sites belges et étrangers diffusant, pendant des mois, photos et signalement des deux fillettes.

Netomium, le site Internet fédérateur des belges francophones,vient de placer sur sa homepage (page d'accueil) un bandeau noir: "Remember Julie & Mélissa" .
Netomium a émis le souhait de voir ce bandeau se répandre dans les heures qui viennent sur tous les sites belges et étrangers.

Le site Netomium permet aussi et surtout à tous les Belges de l'étranger et à tous ceux qui le veulent, à travers le monde, de marquer leurs sympathies aux parents en envoyant un bouquet de fleurs virtuel.

A chaque fois qu'un bouquet sera envoyé, des roses supplémentaires s'ajouteront visuellement sur la page internet d e Netomium.

Netomium permet aussi à tous ceux qui le souhaitent, où qu'ils soient dans le monde, de signer à leur tour, s'ils le veulent, la pétition lancée ce week-end par l'asbl Marc et Corine.
Un formulaire virtuel remplace ici le papier : toutes les signatures électroniques récoltées seront transmises à l'asbl.

Netomium relaie aussi sur son site le débat lancé par le site internet que le Liégeois Dominique Laloux avait mis à la disposition des parents de Julie et Mélissa. Chaque connecté à l'internet peut donc ainsi, d'où qu'il soit, ajouter son message à la liste des réactions déjà enregistrées.
L'adresse:
Http://www.netomium.be tourne sur Apple Workgroup Server.



_________________________________


Dans tout le pays

« La Wallonie » du jeudi 22 août 1996 page 7


L'entreprise Danly Europe, implantée aux Hauts-Sarts à Herstal, observera ce jeudi à 11 heures cinq minutes d'arrêt de travail à la mémoire de Julie et Mélissa. De plus, le personnel a convenu qu'une demi-heure de son salaire serait versée aux familles Lejeune et Russo.

Magotteaux
Chez Magotteaux, à Vaux sous-Chêvremont, on observera ce jeudi un arrêt de recueillement à 11 heures à lamémoire des deux petites victimes. L'entreprise offre également à son personnel la possibilité de signer la pétition de l'asbl Marc et Corne sur l'instauration de l'incompressibilité des peines.

Prayon-Rupel
Le front commun syndical FGTB-CSC d e Prayon-Ru p et à Engis propose au personnel ouvrier et employé, ainsi qu'aux cadres et à la direction, d'observer une minute de recueillement et de silence à 10 heures 30 lors de la progression du convoi funèbre entre le funérarium et l'église Saint-Martin.

CMI
L'ensemble des organisations syndicales d e la S.A. CM I se déclare en total accord avec la pétition mise en circulation par l'association Marc et Corine. En outre, une collecte a été organisée au sein de l'entreprise et une gerbe d e fleur sera déposée au funérarium. La somme restante sera versée aux parents des deux petites filles. Pour marquer sa solidarité,
CMI fera aussi retentir ses sirènes ce jeudi au moment des funérailles.

FGTB Charleroi
Les ouvriers verriers affiliés à la Centrale Générale F.G.T.B. Charleroi/Sud Hainaut ont décidé d'observer un arrêt de travail, ce jeudi 22 août 1996, à la mémoire de Julie et Mélissa. Ils profiteront de cet arrêt de travail pour collecter et envoyer des fonds à l'association "Marc et Corinne". Ils adresseront également des messages de sympathie aux parents des deux petites disparues.

Sarma-Nopri
Le SETCa du dépôt Sarma-Nopri de la Chaussée de Mons (Zuun-Anderlecht), annonce que le personnel observera un arrêt de travail en signe de solidarité, entre 11h. et 11h15 jeudi, en mémoire de Julie et Mélissa.

Prison d'Arlon
Le personnel de la prison d'Arlon, en front commun, marque sa sympathie aux familles touchées par les agissements "odieux" de Dutroux et de ses complices. Ce même personnel tient à rappeler toutes les difficultés à assurer à ces malfrats une sécurité maximale exigée par les autorités. En aucun cas, précise-t-il, "il ne peut se sentir tenu responsable des débordements ou d'actes de violence que d'autres détenus poseraient envers ces tristes sires".


___________________________


Ils participent au deuil

« La Wallonie » du jeudi 22 août 1996 page 7


Alors que les funérailles de Julie et Métissa se déroulent ce matin à la basilique Saint Martin où une importante foule est attendue, de nombreuses personnes ne pouvant pas être présentes lors de cette cérémonie organisent des actions pour participer à leur manière au deuil des familles des petites victimes (voir aussi sur cette page "Dans tout le pays").

D'abord le gouvernement a demandé que le personnel de toutes les administrations publiques et parapubliques, ainsi que toutes celles et tous ceux qui en ont la possibilité, observent jeudi à 11 heures un moment de silence et expriment leur solidarité en rendant hommage à la mémoire des enfants tragiquement décédés.
Les conducteurs des taxis verts" et "oranges" de Bruxelles observeront u n arrêt d e travail de 5 minutes à 11 heures, lorsque débuteront les funérailles des fillettes. Ils laisseront leurs phares allumés pendant toute la durée de la cérémonie religieuse, annonce leur direction.
Le personnel de la prison de Namur arrêtera le travail au moment où débutera la cérémonie religieuse pour marquer sa solidarité avec les familles de Julie et Mélissa.

A Anvers, la cathédrale Notre-Dame sera ouverte entre 10h. et 13h. à tous ceux qui souhaitent prier pour les petites disparues et leurs familles.
A 12h., la prière quotidienne sera placée sous le signe de ce triste événement et de toutes les maltraitances d'enfants.
A l'hôtel de ville, plusieurs centaines de personnes sont venues déposer une carte de condoléances. Ils peuvent le faire jusque jeudi midi, Ensuite, la bourgmestre d'Anvers, Leona Detiege, apportera les cartes à son collègue de Grâce-Hollogne.



_______________________________________


Pompes funèbres : Des moyens importants mis en oeuvre

« La Wallonie » du jeudi 22 août 1996 page 7

Depuis lundi après-midi, le défilé est incessant devant le funérarium de la chaussée de Liège, à Grâce-Hollogne. Des milliers d'anonymes viennent de partout pour se recueillir quelques instants devant les cercueils où reposent Julie et Mélissa.

Hier encore, en début de matinée, des centaines de personnes attendaient sous la pluie. Rien ne peut les arrêter. Ils veulent exprimer leur tristesse, ainsi que leur solidarité vis-à-vis des familles.
"Hier, à 22h il y avait encore du monde", explique M. Mestré. "Mardi, nous avons eu une réunion avec le bourgmestre de la commune, la police et la gendarmerie afin de faire une mise au point en ce qui concerne la levée des corps qui aura lieu demain matin", ajoute-t-il.

On ne compte plus le nombre de bouquets de fleurs déposés par des anonymes. De nombreuses associations ont également manifesté leur soutien. Les horaires des visites ont été bousculés. Dans la salle, au tour des deux petits cercueils blancs, d'innombrables gerbes ont été posées à même le sol. "Les 400 m2 sont couverts de fleurs", explique M. Mestré, "Il y a des fleurs partout. Il reste juste un passage pour permettre aux personnes de se rendre jusqu'aux cercueils. On n'a pas pu tout mettre à l’intérieur. C'est ce qui explique qu'il y en ait tant à l'extérieur. (...) Il y a des années que je suis dans le métier. Je n'ai jamais vu cela! Les gens sont fort touchés... Il faut dire que ça a été fort médiatisé".

A la demande des familles, c'est à 9h30 que la levée des corps se fera dans la plus stricte intimité. La famille se rendra dans une chapelle, dont nous ne dévoilerons pas le nom conformément à la volonté des parents.
Durant le premier office, les employés des pompes funèbres disposeront les milliers de fleurs dans les corbillards qui partiront en convoi aux alentours de 10h vers la basilique Saint-Martin, où auront lieu les funérailles de Julie et Mélissa.

"Ce sont 14 à 16 corbillards qui sont prévus à l'heure actuelle", confiait M. Mestré mercredi en début d'après-midi. L'élan de solidarité s'est étendu aux entreprises des pompes funèbres qui, dans toute la province, proposent gratuitement de mettre des véhicules à la disposition des familles face à l'afflux de fleurs.

Au funérarium, l'émotion est vive. Difficile de contenir ses larmes. Jamais on n'avait ressenti pareil émoi à Grâce-Hollogne. C'est tout un peuple qui est endeuillé.

P.Zune


_________________________________


Quinze gerbes déposées devant le palais de justice de Liège

« La Wallonie » du jeudi 22 août 1996 page 7

Il était 14 heures très précises,hier, lorsque des parents anonymes de la région liégeoise, flanqués d'une dizaine d'enfants, ont déposé, à gauche et à droite du porche d'entrée du palais de justice de Liège, une quinzaine de gerbes à la mémoire de Julie et Mélissa.
En guise d'explication, une lettre distribuée dès avant le dépôt de gerbes. Et ces quelques phrases :

« Nous voulons marquer notre solidarité avec les parents, devant le Palais de justice, cour de Liège. C'est un geste symbolique. Nous voulons ne jamais oublier Julie et Métissa, martyres d e la cruauté. Nous voulons rester vigilants là où nous vivons avec plus de solidarité et moins d'indifférence, pour prévenir et empêcher de tels comportements humains... »

Les parents qui s'étaient déplacés devant le Palais, hier, n'ont voulu faire aucun commentaire. Ils n'ont réagi qu'à une seule question, celle qui consistait à savoir pourquoi ils avaient choisi le Palais de justice de Liège comme point de chute.

Et là, la réponse a fusé : « Ne posez pas de questions comme cela. Les gens sont assez subtils pour comprendre pourquoi nous avons déposé ces gerbes devant le Palais »

Référence, bien sûr, au document dont avait fait état, mardi soir, RTL-TVI et selon lequel les enquêteurs liégeois étaient au courant, peu avant la disparition de Julie et Mélissa, des activités plus que suspectes de Marc Dutroux...

D.S.


___________________________

Un toubib parle aux toubibs

« La Wallonie » du jeudi 22 août 1996 page 7


Les faits dramatiques qui font la une de l'actualité ont incité le docteur Georges Henrard, président de la Commission médicale provinciale de Liège, à rappeler à ses confrères quelques éléments de la législation et du code de déontologie qui concernent les enfants maltraités et/ou victimes de sévices physiques, sexuels et psychologiques.

"Le milieu médical a un rôle essentiel à jouer dans le dépistage précoce des situations à risque, affirme-t-il, "ainsi que dans l'accompagnement médico-social des victimes, il entre dans les missions de la Commission de rappeler aux médecins les devoirs aux quels ils sont tenus à la fois en qualité de citoyen et de médecin».
Les devoirs légaux de chacun en matière de non-assistance à personne en danger, sont repris à l'article 422 d u code pénal. On peut y lire qu'est punissable, notamment d'un emprisonnement de huit jours à six mois, "celui qui s'abstient de venir en aide à une personne exposée à un péril grave", soit qu'il ait constaté par lui-même la situation, soit qu'elle lui soit décrite par celui qui sollicite une intervention.

Sans danger "sérieux"
Pour qu'il y ait délit, il faut que la personne qui s'est abstenue d'intervenir ait pu agir sans danger
"sérieux". Il s'agit en fait d'un devoir général de solidarité que le juge appréciera dans chaque cas.
"Par ailleurs", ajoute G. Henrard, "le Code de déontologie médicale précise que le médecin qui estime qu'un mineur est victime de sévices, de privation d'aliments ou de soins, doit en informer les parents, le tuteur ou les autorités judiciaires". Dans ce dernier cas, il s'agit du Procureur du roi, Parquet des Familles, boulevard de la Sauvenière, 34, 4000 Liège (tél: 041/22.21.00). Idem en cas de séquestration arbitraire.
Dans ce domaine, le Conseil national de l'Ordre des médecins, précise qu'en cas d'urgence, la meilleure procédure consiste à faire hospitaliser l'enfant. Celui qui se heurte au refus des parents "doit faire prévaloir la santé de l'enfant contre le secret professionnel et informer l'autorité compétente ». Si le mineur lui même prie expressément le médecin de n'informer personne des mauvais traitements, ce dernier "doit apprécier en son âme et conscience si l'enfant est capable d'un jugement rationnel.

D. D.


_________________________

Télévision: Un film déprogrammé d’extrême justesse

« La Wallonie » du jeudi 22 août 1996 page 7

La chaîne de télévision France 2 avait programmé, lundi soir à 22h35, le film Angoisse sur Brooklyn, avec Christopher Reeve et Meredith Baxter-Birney.

Ce film traitait de la pédophilie puisque la petite fille d'un couple américain était, à l'écran, victime de ravisseurs d'enfants. Autant dire que, dans l'atmosphère actuelle, sa diffusion aurait été particulièrement mal ressentie parmi la population belge.

Lorsqu'elle a appris cela, l'association Marc et Corine, par l'entremise de Jean Deleuze, son vice-président, a pris immédiatement contact avec l'ambassadeur de Belgique en France, Alfred Cahen, pour qu'il intervienne auprès de la direction de France 2. Ce qui fut fait. Et bien fait d'ailleurs puisque le film a été déprogrammé et remplacé par le feuilleton « Les fédéraux ».

C'est lundi, à 17 heures 36, soit cinq heures avant la diffusion prévue, que l'association Marc et
Corine a eu confirmation, via un fax, que la chaîne française avait accepté de remplacer son film...

D.S.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil

Free Web Counters
Free Counter