jeudi 10 juillet 2008

Neufchâteau centre du monde('La Meuse'jeudi 22 août 1996 p10)


Neufchâteau centre du monde

Les horribles faits divers intéressaient déjà l’Europe entière.

Le F.B.I et les limiers sud-africains voudraient aussi se pencher sur le cas belge

« La Meuse » du jeudi 22 août 1996 page 10

Rarement, une affaire, a fortiori en Belgique, aura déclenché une telle onde de choc. Une onde ressentie un peu partout en Europe, comme en témoigne la frénésie qui s'est emparée, depuis plusieurs jours, des médias étrangers.

Un petit exemple significatif lors de la conférence de presse du procureur Bourlet mardi soir, on comptait pas moins de 14 caméras de télévision différentes braquées sur l'homme dont on connaît désormais le nom on sent parfois que- cela ne le réjouit pas franchement -bien au-delà de l'arrondissement judiciaire où il officie d'ordinaire...

Les médias britanniques, notamment, sont fort présents: «Il y a l'impact de l'affaire de Gloucester, expliquait un confrère dit desk bruxellois de l'agence de presse Reuter. Mais il y a aussi celui du cas de Dunblane» (NDLR: le massacre de petits élèves et d'enseignants, dans un gymnase, par un monstre aux tendances pédophiles avérées).

Depuis la visite de travail du ministre De Clerck à Neufchâteau,mardi, on sait aussi que le feu vert a été donné pour la location, par les enquêteurs de la cellule dirigée par Neufchâteau, de matériel up to date venant de Grande-Bretagne. Et, depuis hier, le Superintendant anglais, John Bennett, ayant mené les investigations dans la sinistre maison de l'horreur de la famille West, est arrive Neufchâteau.

Le vent de Pretoria

Hier, on apprenait également que, outre océans, on cherchait aussi sur le globe le petit point représentant Neufchâteau, Ainsi, des enquêteurs sud-africains et américains trouvent des similitudes entre l'abominable système Dutroux et une série de faits dont ils sont saisis.


La police de Pretoria et le FBI enquêtent actuellement sur un éventuel trafic international de morceaux de corps humains. On parle aussi dans ce cadre de pédophilie. A Pretoria, le chef de la police, Reggie Marimuthu, a précisé que ses hommes, les Américains et les Belges, devraient confronter leurs informations sur les «ressemblances étranges» existant entre les affaires.

En Afrique du Sud, on compte cinq fillettes disparues, en lien présumé avec les activités d'un pédophile de Pretoria décédé en 1990. Ce dernier, Gert van Rooyen, pourrait également être lié à la disparition non élucidée de 27 autres enfants sud africains durant les trois dernières années, selon la même source, relayée par l'agence Belga.

Dans ce contexte, une équipe de quatre enquêteurs sud-africains a commencé à mener une enquête aux côtés du FB I sur les relations existant entre les deux affaires.
Selon M. Marimuthu, « la police belge devrait répondre très bientôt aux questions posées par la police sud-africaine à ce sujet. Cela reste théorique pour l'instant mais nous sommes inquiets de la possibilité d'un réseau international de trafic de « chair blanche », impliquant le commerce de morceaux de corps humains et l'échange d'informations. Il peut s'agir aussi d'un réseau de pédophilie. »

Pour l'instant, à Neufchâteau, aucune confirmation de tout cela. Même si l'on sait que, bien sûr, les ramifications internationales ne sont pas du tout écartées par la cellule d'enquête sur les disparitions de fillettes et d'adolescentes. L'interlocuteur sud-africain s'avance, lui, dans une hypothèse effrayante : selon lui, Dutroux pourrait avoir utilisé les mêmes moyens d'opérer que Van Rooyen. Soupçonné de l'enlèvement des fillettes disparues en 1989, il les aurait tuées dans sa maison ou les aurait «exportées» vers d'autres pays africains.

Des fouilles effectuées en mai dernier dans la propriété du pédophile n'avaient rien donné. Mais les enquêteurs sud-africains n'excluent pas que les petites filles puissent avoir été exécutées par Van Rooyen et sa maîtresse, Joey Haarhoff, dans le cadre de rituels sataniques courants en Afrique du Sud.
Van Rooyen et Haarhoff se sont apparemment suicidés en 1990, alors qu'ils étaient recherchés.

Trois Asiatiques

Toujours selon Belga, M. Marimuthu a indiqué qu'il pourrait se rendre en Belgique avec une équipe d'enquêteurs, s'il restait persuadé de l'existence d'un lien, à quelque niveau que ce soit, entre les affaires.
« Il y a de fortes présomptions qu'existe une sorte de réseau international, aurait-il ajoute, mais nous ne savons pas exactement jusqu'où cela va. »

Nouvelle escalade dans la traduction de rumeurs? Imprudence d'enquêteur?
Déclaration prématurée ? Difficile à dire.

Quoi qu'il en soit, à Neufchâteau même, hier était un jour calme. En tout cas, en apparence, puisque bien peu d'enquêteurs et de magistrats étaient visibles: la discrétion la plus totale restait de mise.
Même la cohorte de médias avait fondu.
Pourtant, preuve supplémentaire de l'intérêt que suscite l'affaire, un trio de journalistes asiatiques débarquait à son tour, hier après-midi, sur la place du palais de justice chestrolais...

M.P. et A.D.


_________________________


John Bennett, le superflic de l'affaire West, est arrivé à Neufchâteau

« La Meuse » du jeudi 22 août 1996 page 10

Le superintendant de police britannique, John Bennett, qui avait mené l'enquête sur « la maison de l'horreur» de Gloucester, est arrivé hier à Neufchâteau pour y rencontrer les enquêteurs chargés du dossier Dutroux, ont annoncé les agences Reuter et AFP depuis Londres.
Ce soutien logistique s'inscrit dans le train de mesures avancées par le ministre De Clerck pour aider les enquêteurs de Neufchâteau dans leurs recherches.

Mardi soir, le procureur du Roi Michel Bourlet a indiqué que du matériel de génie civil spécialisé sera mis à sa disposition, principalement pour continuer les fouilles dans les différentes maisons ayant été occupées par Marc Dutroux ou ses comparses.

John Bennett a dirigé l'enquête qui avait abouti à l'arrestation de Frederick et de Rosemary West, les meurtriers de la «maison de l'horreur». Frederick West était accusé du meurtre de douze jeunes filles et femmes dont les corps ont été retrouvés pour la plupart au domicile des époux à Gloucester, enterrées dans le jardin ou la cave. L'accusé s'est suicidé avant d'avoir pu être jugé.
L'équipe dirigée par John Bennett avait utilisé un ordinateur spécialisé, de même qu'un radar sophistiqué capable de sonder le sol pour retrouver des corps enterrés.

Depuis, M. Bennett est un expert reconnu en techniques de recherches et donne régulièrement des cours aux forces de police dans toute la Grande Bretagne.


_________________________________


Les fouilles continuent à Sart la Buissière

« La Meuse » du jeudi 22 août 1996 page 10

Hier vers 15 h 45, deux chiens de la protection civile de Ghlin ont été amenés à Sart-la-Buissière, au domicile de Marc Dutroux. Là même où l'on a retrouvé les cadavres de Julie et Mélissa.

La BSR de Thuin a eu recours aux chiens pisteurs pour parachever les fouilles entreprises la veille. Car, mardi soir, les enquêteurs étaient revenus avec du matériel léger pour poursuivre les recherches.
Ils ont démoli un mur de la cave de la maison de Dutroux, ainsi que les parois latérales de la fosse de son garage.

Résultat partiel à 17 h 30: rien. Les gendarmes ont donc demandé des renforts à la protection civile pour creuser encore.
Mais sur place, on restait sceptique. Depuis lundi on n'aurait plus d'éléments neufs.
La reprise des investigations n'étant que la traduction du retour de vacances de certains responsables, chacun voulant apporter sa pierre ou - et ce serait plus dommageable - voulant refaire ce qui a déjà été fait.

A Sars-la-Buissière, on attendait l'arrivée du superintendant de police britannique John Bennett, qui avait mené l'enquête sur « la maison de l'horreur » de Gloucester.

Les fouilles, avec un matériel très spécial, ne seraient prévues qu'aujourd'hui et demain dans des maisons de Sars-la-Buissière, Marcinelle, Marchienne-au-Pont, Mont-sur-Marchienne et Jumet.
La sixième maison à fouiller serait soit une demeure de Jemeppe-surSambre (celle des grands parents maternels de Dutroux), soit l'habitation de la mère de Michèle Martin, à Waterloo.

Yvan Scoys

_________________________________


Le parcours de Michèle Martin

« De la jeune fille sage à l’épouse du monstre »

« La Meuse » du jeudi 22 août 1996 page 10

Une coquette villa de briques rouges entourée d'un joli petit jardin dans un quartier calme et aéré de Waterloo: c'est là, au n' 65 de la rue Beau Vallon, que Michèle Martin a passé son enfance. Michèle Martin est fille unique.
Son père était employé aux chemins de fer, sa mère travaillait dans une usine fabriquant du simili-cuir à Waterloo. Son père est mort dans un accident de voiture en la conduisant à l'école alors qu'elle avait 5 ou 6 ans. Michèle avait été retrouvée coincée sous le radiateur de la voiture, les jambes grièvement brûlées.

La gamine avait dû être particulièrement affectée par la disparition de son père car, selon les voisins, c'était lui qui s'en occupait le plus, lui préparait ses repas, lui donnait le bain et l'emmenait tous les jours à l'école.

Après la mort de son mari, Mme Henriette Puers Martin a élevé seule Michèle. La gamine a reçu une éducation assez stricte et très protégée. « Sa mère était assez avare et très fière. La petite avait consigne de ne rien accepter chez les voisins. Lorsqu'elle passait la journée chez moi pendant les vacances scolaires, elle amenait toujours ses tartines», explique une voisine qui habite depuis trente ans à côté de Mme Puers Martin.

La directrice de l'école du Chenois, qui habite elle aussi dans le quartier, a eu Michèle comme élève, puis comme jeune stagiaire institutrice: «Je me souviens être partie en classe de neige avec Michèle.
C'était une enfant calme, très réservée et secrète. Dans les années 70, Michèle a effectué chez nous un stage à la fin de ses études d'institutrice. Elle s'est occupée d'une classe de 5e primaire. Elle avait un très bon contact avec les enfants. Je garde le souvenir d'une chouette gamine qui s'occupait bien des enfants. A ma connaissance, elle n'a jamais été nommée ensuite et n'a fait que des remplacements.»

A Marcinelle, Michèle Martin n'a effectué que deux brefs intérims du 27 janvier au 12 février 1988, à l'école primaire de Marcinelle centre, et, du 31 mai au 25 juin 1988, à l'école de Marcinelle Haies.

Apparemment, la vie de Michelle Martin a basculé lorsqu'elle a rencontré Marc Dutroux. « Elle était vraiment folle de lui. Sa première condamnation en 1989 n'a pas modifié son opinion à son sujet. Elle était prête à tous les sacrifices pour ce sale type », déclare une voisine.

Toujours selon les voisins, Marc Dutroux était Témoin de Jéhovah et y a entraîné Michèle Martin.
Cette dernière a convaincu sa mère, Henriette Puers, d'y adhérer également. « En 1989, Michèle est partie à la prison de Bruges avec sa Bible sous le bras. Elle recevait fréquemment la visite des Témoins de Jéhovah au parloir.

Elle s'est mariée avec Dutroux en prison. Lorsqu'elle a fait une fausse couche à la prison, nous avons même fait une pétition dans le quartier pour qu'elle puisse être libérée anticipativement. On était persuadé qu'elle s'était laissée entraîner et qu'elle n'était pas vraiment coupable. A présent, on le regrette », explique une voisine.

Après la libération de Marc Dutroux, on a beaucoup moins vu Michèle dans le quartier. Elle ne rendait plus visite à sa mère que tous les deux ou trois mois.
Elle est cependant revenue vivre chez sa mère au début de l'année, pendant l'incarcération de Dutroux, de décembre 1995 à fin mars 1996.

Les voisins ont alors vu fréquemment la camionnette blanche et la CX grise stationner devant le n° 65. Cependant, Michèle retournait régulièrement à Charleroi « nourrir les chiens » (le couple avait dans la maison de Sars-la-Buissière deux bergers allemands).
Cette période correspond au moment où Julie et Mélissa sont mortes de faim dans leur geôle.


La maison de la mère de Michèle Martin a été perquisitionnée mercredi dernier. Après avoir défoncé la porte à coups de hache, les enquêteurs ont tout fouillé de fond en comble. Ils auraient trouvé de nombreuses cartes postales envoyées par Michèle lors de fréquents voyages dans les pays de l'Est.
E.Ma.


_______________________________

Annie Bouty parait très liée à une secte africaine

« La Meuse » du jeudi 22 août 1996 page 10


Les enquêteurs chargés de l'affaire s'intéressent depuis peu aux activités d'une curieuse « église», la Celestian Church of Christ (C.C.C.), une a.s.b.l. constituée en janvier de l'année dernière au sein de laquelle gravite l'ex-avocate bruxelloise Annie Bouty, une proche de Michel Niehoul qui a déjà été interrogée à plusieurs reprises dans le cadre de ce dossier (mais n'a pas été inculpée).

Cette Église céleste du Christ (dont les statuts sont parus au Moniteur du 11 janvier 1995) est notamment installée au 99 de l'avenue Henri Jaspar, à Saint-Gilles, un immeuble où résident également Annie Bouty et Jean-Michel Nihoul...

Lorsque les journalistes qui suivent ce pénible dossier tentent de contacter Annie Bouty pour en savoir plus, ils se heurtent souvent au problème du téléphone de l'ancienne avocate dont le numéro ne leur est pas accessible. Par contre, s'ils téléphonent à la Celestian Church Christ (CCC), une «église » installée dans le même immeuble, on leur passe l'avocate en un clin d'oeil.
Pourtant, Mme Bouty dit n'avoir « rien à voir» avec cette église dont elle admet seulement « utiliser les téléphones ».
Elle reconnaît également avoir élaboré les statuts de cette curieuse a.s.b.l.
Une a.s.b.l. dont elle sait tout de même que « ce n'est pas une secte » et dont elle précise qu'elle rassemble des « Nigérians qui pratiquent un culte qui n'est pas reconnu en Belgique. Ils se sont organisés juridiquement pour pouvoir pratiquer ce culte dans notre pays ».

Par ailleurs, Annie Bouty se dit « renversée par l'exploitation que fait la presse de cette affaire » (elle précisera qu'elle veut parler de l'arrestation de Michel Nihoul et de sa propre interpellation).
« Ce ne sont que des amalgames, des contre vérités.
N'en déplaise pourtant à Mme Bouty, la Celestian Church of Christ est bien qualifiée de très petite secte par la sûreté de l’état.

« C’est une très petite secte dont le nombre est impossible à chiffrer, dit-on à la sûreté. A notre connaissance, elle n'est pas encore très active et fonctionne surtout de manière très discrète. Jusqu'ici, elle n'avait pas attiré l'attention de notre service. »

Jusqu'ici car on nous confirme à bonnes sources que, depuis très peu de temps, la Sûreté s'en occupe, en collaboration avec la 231ème brigade de la PJ, chargée de poursuivre l'enquête à propos de MM. Nihoul et Filer et de Mme Bouty. Selon nos sources aussi, Mme Bouty serait le « conseil juridique » de cette «église».

Par contre, il est tout à fait exact que l'ancienne avocate (qui, après sa radiation, est restée active dans les milieux africains de la capitale, où elle a aidé notamment certains à régulariser leur situation de séjour) n'est pas membre du conseil de direction, constitué autour de quatre personnes d'origine africaine, un Nigérian résidant au Nigeria, un Anglais d'origine nigériane, Ossai Ulugbe Kenneth (président de l'a.s.b.l.), résidant à Anderlecht, un second Nigérian, Paul Alabi, résidant à Anderlecht (vice-président) et un Belge d'origine nigériane, Ayodele Jemilat, de Bruxelles (secrétaire trésorier).

Cette « église », présentée comme une société coopérative à responsabilité limitée (s.c.r.l.) par le bottin de Belgacom, dispose de sept sièges à Bruxelles, Anderlecht, Molenbeek, Saint-Gilles, Saint-Josse et Jette (deux sièges). Selon une spécialiste belge des sectes, la Celestian Church of Christ est sans doute l'une de ces innombrables « assemblées de dieux » fort fréquentées par la communauté africaine de Belgique et surtout de Bruxelles. « Ces gens se réunissent régulièrement dans toutes sortes de salles et on ne sait pas du tout ce qu'ils y font. »
Cette a.s.b.l. a des contacts internationaux. Son siège central (pour l'Europe) est installé à Londres. On ignore par contre quel est la doctrine de cette « église » : « L'association a pour objet de mettre en valeur les principes de la doctrine des adhérents du mouvement Christianisme céleste », disent les statuts. « A cet effet, des célébrations régulières seront organisées au siège de l'association (rue des Mégissiers, à Anderlecht), notamment les mercredi, vendredi et dimanche. De même, chaque premier jeudi du mois. »
L'enquête se poursuit. A l'heure actuelle en tout cas -et à la Sûreté on tient à le souligner-, cette a.s.b.l. « n'est pas liée à des disparitions de mineurs».

Philippe Crêteur


_____________________________


Nouvel appel à témoin

« La Meuse » du jeudi 22 août 1996 page 10

A la demande du procureur du Roi Bourlet à Neufchâteau, le Service général d'appui policier nous prie de diffuser l'avis suivant, complété de la photographie de Bernard Weinstein, impliqué dans l'affaire des enfants disparus et pouvant éventuellement entrer en ligne de compte pour d'autres faits. Bernard Weinstein est ce truand français que Marc Dutroux a avoué avoir assassiné et enterré aux côtés de Julie et Mélissa.

Suite aux récents événements et vu le caractère grave de l'affaire, il est demandé la coopération du public.
Toute personne pouvant mettre en relation cet individu avec des faits punissables, ou pouvant fournir des informations utiles, est priée de se faire connaître.

Pour permettre aux enquêteurs de centraliser de manière structurée les informations, un numéro de téléphone unique a été instauré.

Toute personne pouvant fournir des informations est priée de contacter le numéro 0800 - 97779 au Bureau central des recherches de la gendarmerie.
Chaque appel sera traité avec la plus grande discrétion.






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil

Free Web Counters
Free Counter