jeudi 17 juillet 2008

La pétition marche à tout casser !('Meuse'samedi 24 août 1996 pg12)


La pétition marche à tout casser !

« La Meuse » du samedi 24 août 1996 page 12

C'est par dizaines de milliers que les signatures arrivent chaque jour à l'ASBL Marc et Corine pour exiger l'instauration de peines incompressibles

En une semaine à peine, la petite ASBL Marc et Corine de Liège est devenue le plus important groupe de pression du pays.' Du jamais vu! Chaque matin, ce sont des dizaines de milliers de signatures qui arrivent par la poste ou par porteur au local de la rue des Vingt-deux, 30, a Liège.
Elles sont l'expression du ras-le-bol des gens face au laxisme de la justice. La pétition exprime son accord avec la suppression de la peine de mort mais exige aussi l'instauration de peines incompressibles vis-à-vis des crimes les plus graves, et en particulier pour les violeurs et assassins d'enfants.

Une pétition digne, pleine de bon sens, qui n'a pas été dictée sous le coup de l'émotion ou de la vengeance. Et qui est un des rares moyens mis à la disposition de la population pour pouvoir faire bouger les choses.

Dans les journaux
« Voilà. Ce matin, j'en ai reçu approximativement 60.000 par la poste. Et toutes les heures, on m'en apporte à peu près 10.000 », nous raconte la jeune préposée à l'accueil. « Nous sommes débordés. Les gens viennent de partout pour chercher des photocopies et les faire signer par leurs voisins. Ceux qui partent en vacances font également le plein.

Et puis, il y à les innombrables coupures de journal publiées par LA MEUSE-LA LANTERNE et LA NOUVELLE GAZETTE qui nous arrivent aussi par milliers. »

Elle est interrompue par un chauffeur de taxi de Chaudfontaine qui vient chercher de nouveaux formulaires pour ses collègues. Un couple entre à ce moment, M. et M- Launoy « Nous venons de récolter dans tous les commerces de Beyne-Heusay, en voilà 3.000 de plus. Une grande surface nous a bien aidés en photocopiant 300 exemplaires. Maintenant, on s'en va au mémorial Van Damme. »

Tiens, quatre autres personnes font de nouveau la file pour recevoir des photocopies.
Dans la salle suivante, ce sont les deux téléphonistes qui n'ont pas le temps de lever la tête. A peine le combiné raccroché, la sonnerie retentit à nouveau : « Cela n'arrête pas. Sans arrêt des demandes de renseignements. »

On passe dans le couloir du garage où une grande table est dressée avec six personnes qui dépouillent en permanence. Le premier découpe les enveloppes, le second en retire les papiers et les quatre autres classent les documents: « On fait des tas avec nos formulaires, d'autres avec les bulletins des journaux, un troisième avec les feuilles volantes qui, malheureusement, ne pourront peut-être pas être comptabilisées car elles ne mentionnent pas notre sigle et notre texte. Et enfin les innombrables lettres à destination des parents de Julie et Mélissa, mais aussi de Sabine, de Laetitia et des parents d'An et Eefje. »
Dans le courrier, des grosses enveloppes «25.000 seulement aujourd'hui», ironise un bénévole. Elles proviennent d'entreprises tout le personnel a signé. De grands magasins : pareil. « Jeudi, les pompiers de Liège ont amené un paquet de 11.300 signatures. On a aussi des enveloppes venant de Knokke, de Blankenberge, de La Panne: ce sont des gens en vacances qui ont pris la pétition dans le journal et qui ont fait signer toute la plage », reprend un autre.

Hier, on a aussi reçu des peluches des enfants hospitalisés à la clinique Saint-Joseph de Liège. Un quartier populaire de Bruxelles est venu apporter des enveloppes et des jouets pour les frères de Julie et Mélissa. Des sociétés nous aident aussi en nous envoyant des timbres et des enveloppes. »
« On changera de ministre »
Visiblement, les papas de Marc et Corine, MM. Malmendier et Kisteman, sont épuisés mais heureux. « Nous atteindrons bientôt le million de signatures, bien avant sans doute la clôture prévue pour la pétition, à savoir fin septembre. Si le gouvernement ne tient pas compte de l'avis d'un Belge sur 10... ! »
Pourtant, le ministre de la Justice Stefaan De Clerck n'a pas l'air très chaud sur cette idée.
« Eh bien, nous n'aurons qu'à changer de ministre, et à en prendre un qui sera d'accord. »
Visiblement d'ailleurs, la discussion à ce sujet prend une autre tournure depuis les événements. Contacté hier, Didier Reynders, le vice-président du PRL, confirme que cela bouge:
«Jeudi, en commission de la Justice, on a vu des députés de la majorité, des socialistes et des sociaux-chrétiens, se prononcer désormais pour ce type de peines incompressibles. Quant à nous, les libéraux, nous avons simplement rappelé que nous sommes favorables aux peines incompressibles depuis le début. Et que nous ne montons pas d'un cran dans la sévérité sous le coup de l'émotion. »

Le ministre De Clerck va-t-il encore tenir longtemps sur ses positions ?

Luc Gochel
_______________________

Dernière minute

« La Meuse » du samedi 24 août 1996 page 12

Les vidéos
Il est désormais certain que Marc Dutroux apparaît sur plusieurs cassettes vidéos à caractère pédophile qui ont été saisies lors des perquisitions à ses différents domiciles.

Michel Bourlet, le procureur du Roi de Neufchâteau a également déclaré lors d'une émission spéciale programmée vendredi soir sur la RTBF-télévision que « tous les individus seront identifiés et seront poursuivis».
Presque 400 cassettes vidéos ont été saisies et elles n'ont pas encore pu être toutes visionnées.
« C'est un long travail pénible pour les enquêteurs», a précisé Michel Bourlet.

Pour sa part, Marie-France Botte a répété qu'elle ne pouvait croire que les activités criminelles de Marc Dutroux se résument à un réseau qui n'implique ni protection ni développement à l'étranger.

Par ailleurs, les fouilles et les recherches ont repris, vendredi soir, à Marcinelle, dans le domicile de Dutroux. Des gendarmes ont continué de sonder les murs et d'examiner les moindres recoins de l'habitation.
Les enquêteurs sont persuadés de pouvoir encore découvrir des indices permettant de retrouver la trace d'enfants toujours disparus.
La semaine prochaine, des investigations seront entreprises avec le «super-intendant» anglais Bennett et son matériel très sophistiqué...

Mise en garde
En réaction à des pratiques mercantiles plus que douteuses, les parents de Julie et Mélissa tiennent à signaler, dans un communiqué diffusé vendredi soir, que tout imprimé à l'effigie de leurs enfants ne peut être vendu.
Suite à de nombreuses demandes et afin d'éviter toutes malversations et tout amalgame avec d'autres ASBL (y compris l'ASBL «Marc et Corine ») ou associations, le « Comité Julie et Mélissa» précise que le seul compte bancaire sur lequel peut être versé tout don est le No 240-0285928-73.
Police de Namur
Jeudi, la police de Namur a arrêté deux militants du Parti du Travail de Belgique qui distribuaient des tracts interpellant la justice. Ces derniers vendaient également l'hebdomadaire du parti, Solidaire, ainsi que des cartes de soutien destinées aux parents de Julie, Melissa, An et Eefje.
Le PTB s'indigne de cette intervention, d'autant plus que les cartes ont été éditées avec l'accord du Comité' « Julie et Mélissa > Les bénéfices serviront à couvrir les frais du procès intenté contre le ministère de la Justice pour « non assistance à personne en danger ».
Sars-la-Buissière
Les Amis Sartois Réunis, une association de jeunes de Sars-la-Buissière, ont choisi depuis plusieurs mois d'organiser leur fête annuelle le week-end prochain dans la localité. Cette fête, ils ont décidé de la maintenir, malgré les tragiques événements, mais en la plaçant résolument sous le signe de la solidarité avec les petites victimes de Dutroux et leurs parents.
Nous avons investi beaucoup en argent et en temps pour organiser cette manifestation. Trente bénévoles ont participé à sa préparation. Nous tenons à l'organiser malgré tout mais nous souhaitons surtout que cette décision ne soit pas mal interprétée» expliquent les reponsables des Amis Sartois Réunis, dont certains ont reçu des menaces.
Certains nous reprochent de penser à la fête en de telles circonstances, mais notre souci est avant tout de nous associer à l'élan de solidarité ».
Après une minute de silence, un texte de solidarité sera lu aux participants. Quant aux bénéfices de la manifestation, ils seront intégralement versés à l'asbl Marc et Corine.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil

Free Web Counters
Free Counter