mercredi 24 décembre 2008

LE COMITÉ « P » A FAIT LE CATALOGUE DES ÉDIFIANTES LÉGÈRETÉS DE LA JUGE LIÉGEOISE(« La Dernière Heure » du jeudi 17 octobre 1996 page 2)


Doutrewe, juge de destruction !

Comment Doutrewe a tué l'enquête

LE COMITÉ « P » A FAIT LE CATALOGUE DES ÉDIFIANTES LÉGÈRETÉS DE LA JUGE LIÉGEOISE

« La Dernière Heure » du jeudi 17 octobre 1996 page 2

BRUXELLES - Doutrewe, Doutrewe et encore Martine Doutrewe. Le comité « P » est sans pitié pour la juge d'instruction qui fut en charge a liège de l'affaire Julie et Mélissa.

Son seul bémol: les accusations d'amateurisme qui foudroient la magistrate ne s'appuient que sur des déclarations de policiers et de gendarmes, la police des polices n'ayant pu l'interroger - elle n'en a pas la compétence -pour lui permettre de se défendre.                                                                                                                                                                                              Dès le départ, ça dérape. C'est que Mme Doutrewe a prévu de prendre ses vacances en Italie puis d'aller visiter les châteaux de la Loire.Les parents de Julie et Mélissa ne le lui pardonneront jamais. Comment leur donner tort ! Une cellule mixte d'enquête est mise sur pied à Liège. Elle se compose pour 80 % de gendarmes et pour 20 % de péjistes. C'est pourtant un péjiste, le commissaire Dany Lamoque, qui en prend la direction. Ce qui crée dès le départ un climat de défiance dont le comité « P » constate qu'il n'a bien sûr pas eu d'effet positif.

Coup de fil

Martine Doutrewe ne rien fait pour améliorer le climat, poursuit la police des polices forcée de constater que P.S. recherches ont été menées dans une sorte de flou artistique désastreux. Ainsi, le comité « P » relève que les enquêteurs n'ont pas tenu d'agenda ni de fiches de travail. Au point qu'il est impossible - aujourd'hui - de répondre à des points aussi éiémentaires que de savoir quand se sont tenues les réunions de travail.

Effrayant : d'autres questions aussi simples que celle de savoir quand a pour la première fois été évoquée la piste Dutroux n'obtiennent pas de réponse. A la question posée cinq fois, le comité « P » a obtenu...cinq réponses: Mme Doutrewe parle de « fin août 95 »; des enquêteurs de « fin juillet », « début août », « après la rentrée des vacances » et même «un certain temps après la rentrée des vacances » !

En fait, l'enquête du comité  « P » établit que la juge Doutrewe connaissait le nom de Dutroux au moins dès le 16 août 1995.

Le Bureau central de recherches vient en effet de retrouver une note du 17 août 95 consécutive à un coup de fil transmis ce jour-là au BCR par l'adjudant Lesage, de la BSR de Seraing.

Qui dit : « Hier, on a eu une réunion avec Doutrewe, lesage et Gilot Doutrewe n'est pas très chaude pour démarrer l'enquête Dutroux à partir de Liège. A en reparler demain. »

Six semaines après la disparition des enfants, la juge Doutrewe, qui a alors droit de vie ou de mort sur tout développement d'enquête, écarte la piste Dutroux.

L'ex-juge Freddy Troch, président du comité « P », a eu ces mots terribles : «M"* Doutrewe devait partir une semaine en vacances. C'est peut-être pour ça qu'elle n'était pas très enthousiaste... »             

Gilbert Dupont

_________________________

JULIE ET MÉLISSA HORS PRIORITÉS !

Une réunion par mois!

« La Dernière Heure » du jeudi 17 octobre 1996 page 2

BRUXELLES - Si seulement c'en était fini pour Martine Doutrewe ! Mais le massacre se poursuit. Pour un policier qui reçoit vingt informations par jour, il est crucial de trier ce qui doit impérativement figurer dans les procès-verbaux... de ce qui peut ne pas s'y trouver. Illustration du désordre qui, a régné à liège : le comité « P », qui a posé la question aux enquêteurs chargés de l'affaire Julie et Mélissa, a obtenu pas moins de douze réponses différentes. Implicitement, le comité « P » en vient à se demander quel degré exact de priorité la juge Doutrewe attribuait-elle à son dossier Julie et Mélissa ? Sans apporter de réponse, la police des polices révèle qu'en quatorze mois - de fin juin 95 à août 96 - la magistrate n'aurait organisé en tout et pour tout que quinze réunions de travail avec ses enquêteurs.

A peine une par mois. « Quand on n'a pas la capacité de diriger une instruction, dira le président du comité « P », ça ouvre la porte à tous !es problèmes. Quand tout est bien coordonné, il n'y a pas beaucoup de dérapages. Il y a eu des gaffes. »

Aucun P.-V.

Quantité d'éléments essentiels d'enquête n'ont jamais été mis par écrit. La police des polices relève qu'elle n'a trouvé au dossier aucun P.-V. concernant Marc Dutroux alors que des recherches importantes ont bel et bien été menées sur le monstre de Sars-la-Buissiére de septembre 95 à fin janvier 96 !

Mais tout s'est fait par communication verbale. Entre deux portes ? Par téléphone ? « C'était au juge à réagir, à ne pas laisser les choses, à intervenir auprès du parquet de Charleroi, même si celui-ci aurait pu entreprendre des démarches.

On constate que la piste Dutroux a été exploitée avec des moyens à Charleroi et qu'elle n'a reçu qu'une approche minimaliste à Liège.

La façon de procéder à Charleroi n'échappe pas à la critique. Ainsi, quand un juge se trouve le prétexte d'une affaire de vols pour perquisitionner à deux reprises chez Dutroux en décembre 1995 dans le but secret de retrouver Julie et Mélissa... » Comment s'étonner, dès lors, que le patron sur papier de l'enquête, le commissaire liégeois Lamoque, n'ait appris que le 16 juillet 1996 l'épisode de l'opération Othello menée en douce par les gendarmes... l'année précédente ?

Cavalier seul de la gendarmerie ? Non, selon le comité « P » qui dit clair et haut que la thèse selon laquelle la gendarmerie a dissimulé « intentionnellement des éléments d'enquête à Liège est inexacte». Mais rien de tout ça n'est neuf.

Au-delà du cas Doutrewe, c'est même ce qui est désolant : tous ces dysfonctionnements avaient déjà été dénoncés il y a cinq ans par la commission d'enquête sur les tueries du Brabant. Pour rien. Pas pour Julie, Mélissa, An et Eefje, en tout cas.

Gilbert Dupont

_____________________________

Devoir de réserve

Elle préfère le silence

« La Dernière Heure » du jeudi 17 octobre 1996 page 2

LIEGE- Le rapport du comité « P » n'épargne guère le juge d'instruction liégeois Martine Doutrewe, Il constate en effet « l'absence de directives claires de la part du magistrat qui ne dirige ni de contrôle l'enquête ».

Si Martine Doutrewe a eu la charge du dossier Julie et Mélissa, c'est simplement parce qu'elle était de garde le 24 juin 1995, jour de la disparition des fillettes. Mais le comité « P » lui reproche d'avoir accepté le dossier alors qu'elle partait le lendemain en vacances en Italie.

Il signale également que la juge liégeoise s'est absentée à de nombreuses reprises pour motif de congés, obligeant 5 autres magistrats à gérer le dossier. Enfin, il lui reproche également de n'avoir organisé que 15 réunions de coordinations avec les enquêteurs.

Chose étrange, le comité « P » blanchit totalement la gendarmerie. Or, dans son rapport de l'enquête sur l'enquête, le procureur général, Mme Thily, avait tiré d'autres conclusions. Elle avait ainsi estimé que la gendarmerie n'avait pas communiqué toutes les pièces au juge d'instruction...

Une fois de plus mise en cause, Martine Doutrewe n'a pas souhaité faire de grandes déclarations. « Même si j'ai beaucoup de commentaires à faire, je préfère ne rien dire », a-t-il soupiré, se retranchant derrière le sacro-saint devoir de réserve. Le rapport du comité « P » permet cependant de se poser quelques questions, notamment au niveau des compétences du comité. Ainsi, son rôle n'est-il pas de contrôler les services de police? « Je ne suis pas sûre que le comité « P » puisse viser un magistrat. Surtout sans que celui-ci ait été entendu », a remarqué discrètement la juge d'instruction liégeoise, avouant qu'elle ne comprenait pas pourquoi les conclusions de Mme Thily avaient été ignorées.

Époux inculpé

Martine Doutrewe occupe la fonction de juge d'instruction depuis 1991. Auparavant, elle a occupé, durant 4 ans, le poste de juge de la jeunesse.

De 1980 à 1987, elle a travaillé comme avocate, dispensant également des cours à l'Université de Liège.

Au Palais de justice de Liège, nombreux sont ceux qui affirment qu'elle est une excellente juge d'instruction. Domiciliée à Tilf depuis deux ans, elle est mariée et maman de 3 enfants. Elle a connu un coup dur quand son époux, l'avocat Guy Wolf, a été inculpé dans une affaire fiscale. Celui-ci a cependant été libéré sous caution, une procédure assez rare en Belgique.

Dans son entourage, on considère que Martine Doutrewe est « une grande dame ». Elle est réputée pour son élégance et sa discrétion.

Nathalie Evrard

 

 

 

 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil

Free Web Counters
Free Counter