samedi 27 septembre 2008

Pour coincer les pourris, il faut rompre la loi du silence('Ciné Télé Revue'12 septembre 1996 pg 21)


Pour coincer les pourris, il faut rompre la loi du silence

Ciné Télé Revue du jeudi 12 septembre 1996 page 21

 SCANDALES POLITIQUES ET AFFAIRES ÉTOUFFÉES DEPUIS 1980, ON FAIT TOUT AVALER AUX BELGES. LE DOSSIER VAN DER BIEST N'EST QUE LA PARTIE VISIBLE DE L'ICEBERG

 Où va la Belgique ? Déjà fragilisé par ses problèmes communautaires, négociant maladroitement l'un des virages importants de sa survie, notre pays est au bord de l'implosion.

N'ayons pas peur des mots. Une nation qui ne peut plus s'appuyer sur une justice incorruptible court à sa perte. Un pouvoir politique qui ferme les yeux sur les magouilles ne peut relever valablement les disfonctionnements qui s'offrent à lui.. C'est à nos décideurs de décider. Ou ils acceptent de révéler le nom des compromis et de juger les coupables, ou, demain, nous ne bénéficierons plus d'aucun crédit sur la scène internationale.

Qu'on ne vienne pas nous dire que tout le monde, en Belgique, veut la vérité. La belle affaire.

Oui, il existe beaucoup de gens courageux, qui cherchent à briser la conspiration du silence.

Les Bourlet, Connerotte et tant d'autres travaillent d'arrache-pied. Oui, on trouve encore des hommes politiques intègres, capables de réveiller les consciences et de poser des actes importants.

Puissent les premières mesures de Stefaan De Clerck ne pas rester sans lendemain.

Car les discours lénifiants n'ont jamais été aussi nombreux. Et aussi indécents.

Comment accepter les leçons de morale que nous donnent maintenant les hautes instances de ce pays, les responsables politiques qui, subitement, se pressent au portillon des chaînes de télévision.

Ceux-là même qu'on n'a pas vus pendant des années quand il fallait dénoncer la lie ; quand, surtout, il fallait agir ? II est temps de faire table rase de la tiédeur et de la langue de bois.

Grand temps de dénoncer les manquements graves et le jeu démagogique de certains.

Les réactions de Melchior Wathelet, mais aussi de Jean-Luc Dehaene, qui n'a cru bon d'apparaître que lorsque sa position, en Flandre, était en jeu, de Mme Laurette Onkelinx, dont la minute de silence dédiée uniquement aux petites francophones est une honte, nous écoeurent.

Les Belges ne veulent plus avaler de couleuvres ;ils refusent désormais les silences qu'on leur impose depuis tant d'années. Pourquoi les tueries du Brabant n'ont-elles jamais avoué leurs commanditaires?

Pourquoi, M. Dehaene, refusez-vous une commission d'enquête parlementaire sur les actes commis au Rwanda, alors que 240.000 signatures la demandent ? Parce que le CVP serait impliqué dans le génocide

Pendant que vous paradez, Messieurs les politiques, en pensant à votre carrière, des parents pleurent un enfant disparu. Vous avez trop tendance à l'oublier. C'est en face de ces êtres déchirés que l'on prend conscience de la vraie détresse, celle qui ne cicatrise jamais.

Bon sang, redevenez des êtres humains. Pas des machines à pouvoir.

Et regardez, comme nous les avons vus, les yeux d'une maman, celle de la petite Élisabeth Brichet. Ils hurlent la souffrance que vous ne voyez plus.

 

Marc DERIEZ

 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil

Free Web Counters
Free Counter