vendredi 18 juillet 2008

Un PJ man en prison('DH'lundi 26 août 1996 pg2)


Sept interpellations et trois nouveaux mandats d’arrêts à Neufchâteau ce week-end

Un PJ man en prison

« La Dernière Heure » du lundi 26 août 1996 page 2

NEUFCHATEAU - Michel Bourlet n'était pas seul, à 21 heures hier, pour une conférence de presse annoncée comme « non anodine ». A ses côtés, c'est le gratin judiciaire qui avait pris place, les magistrats nationaux, MM. Van Doren et Duinslaeghe, mais aussi la procureur générale de liège Anne Thily, qui a tenu à rassurer la population :
«Tout sera fait pour aller au bout de cette enquête. » Michel Bourlet a encore précisé que deux analystes du FBI allaient apporter leur appui dans cette enquête.

De fait, le travail de fourmi des enquêteurs de Neufchâteau a débouché sur sept nouvelles interpellations. Trois mandats d'arrêt ont été décernés à charge de Georges Zicot, un inspecteur principal de la police judiciaire de Charleroi, de Gérard Pinon, propriétaire d'un hangar, et de Thierry Dehaan, un assureur. Ces trois personnes ont été inculpées d'association de malfaiteurs et de faux et usage de faux, notamment. Leur arrestation s'inscrit dans un dossier de vols de camions et de l'assassinat de Bernard Weinstein.

Progrès
Il n'est donc pas usurpé de parler de progrès significatifs dans l'enquête sur le trafic de camions volés et les protections judiciaires dont bénéficiait Dutroux. Les enquêteurs ont également mis ce week-end à profit pour analyser les procès-verbaux qui amènent à d'autres disparitions et meurtres d'enfants ou d'adolescents (lire en page 3).

Par ailleurs, les enquêteurs ont longuement interrogé Marc Dutroux pendant la journée et la nuit de samedi.
Ils ont également procédé à une confrontation entre ce dernier et le Grec Mikael Diakostravianos, inculpé d'association de malfaiteurs, jeudi. Une confrontation houleuse. Au même moment, les fouilles se poursuivaient dans plusieurs propriétés de Dutroux et de ses comparses, mais en vain, semble-t-il.

Sur les fréquents voyages de Dutroux et de ses complices dans les pays de l'Est, et plus particulièrement en Slovaquie, le directeur d'Interpol à Bratislava, Rudolf Gajdos, a dit « être en mesure de confirmer que les kidnappeurs (ndlr: la bande de Dutroux) ont visité la Slovaquie au cours de cette année et de l'année précédente ».
Et d'ajouter, dans une interview diffusée samedi matin par la presse locale, « qu'ils ont noué des contacts dans ce pays ».

Escroquerie à l'assurance
Hier, côté belge cette fois, on a appris une première arrestation, celle d'un inspecteur principal de la police judiciaire de Charleroi, Georges Zicot.
Sa spécialité: les trafics de voitures volées. Il a été inculpé pour escroquerie à l'assurance et la rédaction de faux procès-verbaux.

Dans le cadre de ce rebondissement, des perquisitions ont été opérées dans les locaux de la PJ de Charleroi. Il aurait été en contact avec Dutroux lors de cette affaire de camions volés pour laquelle celui-ci sera d'ailleurs incarcéré du 7 décembre 1995 au 26
mars 1996.
Faut-il le rappeler, le monstre de Sars-la-Buissiére et son complice Bernard Weinstein avaient séquestré trois jeunes gens au domicile du Français.
Ceux-ci auraient voulu doubler Weinstein et Dutroux dans cette histoire de vol. Notons qu'un homonyme de Georges Zicot, un policier communal à Charleroi, est tout à fait étranger à ce dossier monstrueux.

Gérard Pinon, pour sa part, a été placé sous mandat d'arrêt pour recel, dans son hangar, de camions volés. Il aurait également participé à la préparation de la séquestra«tion des trois jeunes gens. Quant à Thierry Dehaan, à l'encontre duquel un mandat d'arrêt a aussi été décerné, il est assureur et se serait rendu coupable de faux et d'usage de faux.
Toujours hier, les enquêteurs ont entrepris des fouilles avec des moyens importants chez le ressortissant allemand Peter Rochow, un démolisseur de voitures de Courcelles (lire en page 3).

Par ailleurs, à Sars-la-Buissière, la population demeure toujours bouleversée. Une messe y a d'ailleurs été célébrée dimanche en présence du papa de Julie, Jean-Denis Lejeune, et d'autres membres de la famille.

En fin de matinée, M. Lejeune a traversé le village pour se rendre, en compagnie du bourgmestre et de gendarmes, sur le lieu horrible où les deux fillettes ont été séquestrées et l'endroit où leurs dépouilles ont été retrouvées. Un pèlerinage douloureux, mais indispensable.

Au cimetière de Mons-lez-liège, des centaines de citoyens, la gorge nouée, ont continué à défiler devant les tombes des deux fillettes, déposant une rose ou un bouquet.

Nicolas Druez et Michel Petit


__________________________


Un enquêteur dans le collimateur

Ripou où victime ? Flic où voyou ?

« La Dernière Heure » du lundi 26 août 1996 page 2

CHARLEROI - À Charleroi, la police judiciaire a ses bureaux dans l'enceinte du palais de justice c'est dire si les relations avec le parquet sont étroites... Un simple ascenseur et l'enquêteur se retrouve chez le magistrat en charge du dossier qu'il gère!

Dimanche, le procureur du Roi Thierry Marchandise, de retour de vacances, était au palais. L'affaire est d'importance: un enquêteur de la PJ de Charleroi est dans le collimateur du juge Connerotte, et pas n'importe quel enquêteur.
Georges Zicot, marié deux fois, qui habite à la rue des Ecoles, à Acoz, était, depuis de nombreuses années, Monsieur voitures volées à la PJ de Charleroi. C'est lui qui enquêtait sur tous les dossiers brûlants relatifs à ce très, très juteux commerce, où revendeurs, garagistes, exportateurs, voleurs... sont impliqués. On avait même parlé d'une perquisition chez le fils du procureur général de Mons, M. Demanet, expert automobile.
Pour ses confrères contre), Georges était - et reste, d'ailleurs - un bon flic, qui a toujours eu un réseau d'informateurs et obtenu de bons résultats. De trop bons résultats même, pensent ses collègues. Ce qui lui aurait valu pas mal d'ennuis.

Vent favorable
En avril 1994, un vent favorable aurait ainsi rapporté au juge d'instruction Laffineur, à Bruxelles, que Georges Zicot était un ripou. Une instruction est ouverte pour faux, usage de faux et escroquerie.
Des perquisitions sont alors opérées chez des carrossiers. Georges Zicot est interrogé, mais immédiatement relaxé.
Le comité P, la police des polices, ouvre cependant une enquête sur l'inspecteur Zicot. Il semble qu'elle ne soit toujours pas terminée. Zicot continue de bénéficier de toute la confiance de ses pairs et supérieurs à la PJ de Charleroi, qui pensent plutôt que l'enquêteur trop zélé a été victime d'un complot visant à le discréditer parce qu'il gènait beaucoup de gens dans un milieu très influent, généré par une mafia puissante, celle des trafiquants internationaux de voitures de luxe.

Promotion
Les choses semblent se tasser avec le temps, puisque Georges Zicot, dont la promotion au grade d'inspecteur principal avait été bloquée, reçoit il y a quelques mois sa promotion avec effet rétroactif.
Voici quelque temps, Georges Zicot avait aussi été victime d'un guet-apens de la part d'un gang de voleurs de voitures. Il avait été coincé alors qu'il était en voiture et avait été victime d'un tabassage en règle, dont il avait longtemps gardé des séquelles.
Samedi soir, Georges Zicot, dont le domicile à Acoz a été l'objet d'une perquisition, était emmené à Bastogne pour y être interrogé par les enquêteurs de la BSR. Ses liens avec l'ignoble Dutroux risquent de lui être fatals.

F.M.
________________________

A la police de Charleroi : Un collègue vole au secours de Zicot

« La Dernière Heure » du lundi 26 août 1996 page 2

MONS - Les rumeurs de l'implication de Georges Zicot dans l'affaire Dutroux ont évidemment suscité bien des commentaires dans les couloirs de la police carolorégienne. Un des collègues de l'inspecteur incrimina tenu à nous faire part de ses réflexions à ce sujet. Nous vous livrons son témoignage, en lui laissant, cela va sans dire, l'entière responsabilité de ses propos.
« Les renseignements dont je dispose actuellement concernant ce dossier m'amènent à penser que Georges Zicot est victime d'une cabale ! Si j'ai tenu à intervenir dans cette histoire, c'est simplement pour essayer que l'on n'achève pas un homme qui est déjà à terre. Avant cette histoire, il était déjà démoli psychologiquement. Pour lui, ces nouveaux rebondissements, c'est le coup de grâce. »

Explications
Et de retracer la succession des événements : « Le début de ses problèmes remonte à environ deux ans, lorsqu'il a ouvert un dossier à charge de plusieurs personnes pour escroquerie à l'assurance.
On y retrouvait les noms du fils du procureur du roi Demanet, du fils du commissaire de Charleroi Adam, ainsi que celui d'un dépanneur de Gilly, copropriétaires d'un garage... »

« Tout commence par l'achat, par le fils du procureur, d'une Porsche d'un modèle particulier dont il n'existait que six exemplaires en Belgique.
Celui-là avait en fait été volé à la famille Beaulieu et revendu, via son propre garage, par le fils du procureur.
Quelque temps plus tard, celui-ci déclare s'être fait voler son véhicule en Espagne... alors qu'on soupçonne son associé Adam de l'avoir emmené en Italie.
Toujours est-il que le préjudicié retouche le prix estimé du véhicule auprès de sa compagnie. Zicot ouvre alors une enquête.
Et, comme par hasard, peu après, il est accusé d'avoir touché des commissions des trafiquants de voitures. Il fait l'objet d'un mandat d'amener délivré par un juge bruxellois, mais n'est pas arrêté. Entre-temps, on retrouve, chez le fils du procureur, le mobilophone et la chaîne hi-fi de sa Porsche volée... »

« L'épisode suivant se déroule dans un hangar de Ransart, qui appartient au dépanneur de Gilly. Georges Zicot y découvre un camion qu'il sait volé.
Pour protéger son indicateur, et pour cette seule raison, il commet l'erreur de déplacer lui-même le poids lourd, et de rédiger en ce sens le procès-verbal qui est donc un faux.
Hélas ! Pour lui, le bâtiment est loué par le complice grec de Dutroux. Quant au camion, il a été volé par Weinstein.
Zicot se voit dès lors reprocher certains actes qui n'ont aucun rapport avec la pédophilie, mais impliquent les mêmes acteurs.

V. L.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil

Free Web Counters
Free Counter