samedi 19 juillet 2008

L’insoutenable attente('Meuse'28'08'1996)


L’insoutenable attente

« UNE » du journal « LA MEUSE » du mercredi 28 août 1996

Toute la journée, les enquêteurs ont travaillé à Jumet à la recherche de corps qu'on redoutait être ceux d'An et Eefje

Pendant toute la journée d'hier, depuis 9 h du matin, la Belgique a tremblé. Selon les aveux qu'aurait faits Marc Dutroux (c'est du moins ce qu'affirmait le journal Le Soir aussitôt vigoureusement démenti par le procureur Bourlet), An et Eefje, les deux jeunes Limbourgeoises enlevées il y a un an à la cote belge, auraient été assassinées et enterrées sous un hangar à Jumet

(La photo aérienne d'hier en fin de matinée: le début des fouilles).

Les corps auraient été recouverts d'une dalle en béton sur laquelle un véritable bric-à-brac avait été en tassé. Ce bric-à-brac a été dégagé. Peu après 17 h, les forces de l'ordre annonçaient que la dalle était attaquée. En fin de soirée, rien ne permettait une confirmation de ces pénibles rumeurs.
Les autorités annonçaient alors que les fouilles seraient suspendues à la tombée de la nuit, mais à 21 h, on creusait toujours, des bâches cachant le travail des pelleteuses... puis des pelles à main.

Une heure plus tard, tout était arrêté, des fouilles doivent reprendre ce matin.

------------------------------

Aucun avocat ne veut défendre Dutroux

Me de Quévy, qui fut son conseil en 1989 mais ne veut plus l'être, l'a longuement rencontré en prison. Il nous a raconté ce tête-à-tête.
Dutroux, c'était à prévoir, se pose en victime dans tout ce qui lui est reproché ou presque.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil

Free Web Counters
Free Counter