jeudi 17 décembre 2009

Nous avons écrit (Le Roi veut toute la clarté)(Libre Belgique »19 décembre 1996 pg 14)


Le Roi veut toute la clarté

« La Libre Belgique » du jeudi 19 décembre 1996 page 14

11 septembre 1996

Voici le texte intégral du communiqué diffusé mardi par le Palais royal :

Le Roi et la Reine ont poursuivi lundi leurs contacts avec les familles des enfants disparus. Comme chaque citoyen, les Souverains ont été frappés par leur dignité et leur courage.

Les parents des enfants disparus ainsi que les Souverains ont été touchés par l'extraordinaire courant de solidarité qui a traversé notre pays. Il n'a connu ni frontière linguistique ni écarts entre générations ni différence entre immigrés et belges.

Ce midi, le Roi a reçu le ministre de la Justice pour lui transmettre une lettre d'observations et de questions suite aux rencontres qu'il a eues avec les familles.

Le Roi a rappelé qu'une clarté totale doit être faite sur ce drame, ses origines et toutes ses ramifications.

Sur le plan national, le Roi s'est engagé vis-à-vis des familles des victimes à poursuivre avec elles, ensemble

avec le ministre de la Justice, des spécialistes et des hauts fonctionnaires compétents, un dialogue concret sur les mesures prises et à prendre pour combattre la pédophilie et la traite des êtres humains chez nous, en Europe et dans le monde. Une première réunion aura lieu en octobre.

Il est en outre certain que sans porter atteinte à l'indépendance du pouvoir judiciaire, essentielle à notre démocratie, une réflexion de fond doit être conduite et poursuivie, qui doit mener à une justice plus humaine et plus efficace. Elle doit aussi mettre en place les contrôles internes et externes, et une formation plus adéquate pour permettre au pouvoir judiciaire de mieux faire face à l'évolution de la criminalité.

Il ne s'agit pas de généraliser les critiques mais de corriger et d'améliorer ce qui doit l'être là où c'est nécessaire. Tous ceux qui sont engagés dans les enquêtes judiciaires doivent être encouragés à poursuivre

leurs efforts jusqu'au bout.

Sur le plan international,une réunion des ministres de la Justice et de l'Intérieur des pays de l'Union européenne se tiendra à la fin de ce mois et sera consacrée notamment à la répression de la pédophilie et la traite des êtres humains.

Nos ministres y préciseront un certain nombre de mesures concrètes prises par la Belgique et qui devraient être renforcées à l'échelle européenne. Une autre section sera également menée au sein des Nations unies pour combattre ces fléaux à l'échelle mondiale.

Le ministre de la Justice a également informé le Roi des résultats des réunions tenues concernant l'enquête sur l'assassinat du ministre d'État André Cools. Là aussi toute la clarté doit être faite.

________________________

Une foule contre le mal

« La Libre Belgique » du jeudi 19 décembre 1996 page 14

Lui a-t-on assez répété qu'il ne comprenait rien ! Rien à la complexité des pouvoirs, rien à la subtilité des règles juridiques ! Il a répondu dimanche, le bon peuple, par un après-midi doux et gris, sous un ciel couleur d'âme au lendemain de douleur. Il a répondu d'un coeur fort, innombrable et monolithique : la justice est comme l'affection, simple, belle et évidente. Elle est comme ces gens qui ce matin ont quitté leurs foyers, comme ces minuscules ruisseaux qui, de tous les coins habités du pays, ont conflué vers les villes et forment maintenant un fleuve énorme coulant puissamment entre deux murs gris.

Prendre un enfant par la main, sur le dos et dans une poussette, venir en mère, en père, amener le fils-frère du héros du Huitième Jour, ne porter comme emblème blanc qu'une chevelure vieillissante, mais être là, à applaudir en cadence les parents meurtris et dignes, à siffler aussi, pour bien faire entendre que calme et dignité ne peuvent être confondus avec bêtise et naïveté.

Les murs se renvoient l'écho à l'infini alors que deux cortèges convergents se heurtent, puis se mêlent à la suite des parents et que les rues parallèles s'emplissent du trop plein des boulevards. Les murs résonnent et tremblent, submergés par la vague blanche, comme une voie lactée, sueur lumineuse de l'âme pure des enfants.

Que tombent ces remparts de briques, Julie, Mélissa, An, Eefje, Élisabeth, Loubna, Nathalie, Laetitia et Sabine, si vous ne fûtes pas bien-aimées ! Si vous ne l'êtes pas plus encore aujourd'hui, dans vos familles, dans votre immense famille enfin réunie. Cette foule, Julie, alors que tu écrivais seule ton joli nom sur le mur sale de ta prison...

Un enfant chante Duteil, les parents disent des mots tendres et durs. On se sèche la joue d'un revers de manche avant d'applaudir pour ne plus pleurer. Comment ne pas comprendre, alors que les yeux les plus arides et les visages les plus durs se mouillent, les larmes de Bourlet et Connerotte ?

Comment admettre les devoirs mal faits, les coeurs restés insensibles devant l'inquiétude dévorante des parents, quand tout était possible ?

Des colombes s'envolent par dessus la foule, par dessus cette multitude éclatée en autant d'idées de la justice et de la société qu'elle compte d'individus, mais qui rejette d'une même haine le monde noir et sous-terrain du vice innommable, le monstre diffus et griffu qui tient encore ses victimes. Face à lui, on dirait aussi que s'avance une louve géante au corps ondoyant de colère.

Lorsque vient le crépuscule, ils continuent à progresser par centaines de milliers alors que déjà les convois reforment une étoile pour ramener chez eux ceux des premiers rangs.

Les uns comme les autres savent que jamais pourtant la nuit ne tombera sur cette journée, que jamais rien ne pourra obscurcir ni l'effet ni le souvenir de la marche claire d'un peuple contre le Mal.

Jean-Marie BARON.

___________________________

Notre devoir

« La Libre Belgique » du jeudi 19 décembre 1996 page 15

4 novembre 96

Les Belges ont peur que les enquêtes en cours sur l'existence de réseaux pédophiles, en lien ou non avec l'affaire « Dutroux-Nihoul », n'aboutissent pas. Ils le redoutent parce que des informations ont filtré sur l'implication dans ces dossiers de gens puissants -politiciens, magistrats, hommes d'affaires -.Est-ce la crainte de découvrir que notre «système»est davantage atteint qu'on ne le pensait par les métastases de ce mal et que la santé démocratique de notre pays pourrait en être irrémédiablement affectée ?

Ou n'est-ce pas plutôt la peur diffuse d'être abusé par l'alliance objective de tous ceux qui, à différents niveaux, s'arrangeraient pour que la vérité ne soit jamais connue, et que les enquêtes s'engluent?

Nous disposons, comme d'autres médias, d'informations sur l'évolution des enquêtes; celle sur Dutroux et consorts, mais aussi celles qui ont été ouvertes à propos de faits graves commis dans le passé et qui, dans certains cas, continuent de se commettre.

Nous nous sommes engagés auprès du Parquet à ne pas en divulguer la teneur. Nous avons pris un tel engagement parce que, à l'heure actuelle, nous avons confiance. Nous savons que ces enquêtes progressent.

Nous voulons qu'elles aboutissent et donc, que des preuves ne soient pas détruites, que de faux alibis ne soient pas construits, que des témoins ne soient pas terrorisés jusqu'à ce qu'ils se rétractent.

Des enquêteurs et des magistrats scrupules aujourd'hui comme hier travaillent, plus efficacement désormais parce qu'ils se sentent soutenus par une pression positive de l'opinion. Des parlementaires veulent faire éclater la vérité, même si c'est aux dépens de certains de leurs « amis » politiques. Il faut les encourager, les uns et les autres, et préserver cette volonté d'aboutir.

Dans ce cadre, des journaux - dont « La Libre Belgique » - tentent de jouer pleinement leur rôle. Pas celui de « justiciers blancs », ni de Zorro, ni de redresseurs de torts. Nous aussi, nous devons chaque jour trouver l'équilibre entre une mission d'information - notre devoir premier - et un rôle de vigilance démocratique, - notre fierté -. Rechercher en permanence cet équilibre, c'est notre honneur.

L'exercice est difficile. Exemple : nous comprenons mal que des parlementaires, membres de la commission d'enquête, se livrent à des commentaires publics à l'issue des réunions qu'ils ont eux-mêmes décidé de tenir à huis clos.

Mais nous recueillons de tels commentaires et nous les relayons pour que l'équilibre soit trouvé entre l'indispensable efficacité des travaux de la Commission et la transparence minimale que réclame légitimement la population, échaudée par des expériences multiples de dissimulation ou d'asphyxie de la vérité.

Il n'y a donc pour personne de leçons à donner à quiconque.

Mais bien des questions à se poser, y compris à soi-même. En conscience.

La Belgique vit, on l’a dit, un temps exceptionnel d'où peut sortir le pire - on ne peut s'empêcher de le craindre – mais aussi le meilleur, et nous voulons y croire. Chacun - citoyens, magistrats, mandataires, médias - doit y jouer pleinement son rôle.

LA LIBRE BELGIQUE

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil

Free Web Counters
Free Counter