dimanche 27 juillet 2008

Toujours les recherches !('La Wallonie'29 août 1996 p6)


Dutroux aurait tué une jeune Tzigane

«La Wallonie» du jeudi 29 août 1996 page 6

Marc Dutroux, le pédophile beige inculpé d'enlèvement et de séquestration d'enfants, est soupçonné du meurtre d'une jeune Slovaque, a annoncé mercredi le chef du bureau slovaque d'Interpol, Rudolf Gajdos.
Celui-ci a déclaré lors d'une conférence de presse que Dutroux était aussi soupçonné d'avoir préparé l'enlèvement d'au moins une autre Slovaque.
Mais il s'est empressé d'ajouter qu'en l'état actuel des choses, des preuves manquent encore pour accuser formellement Dutroux d'agissements criminels en Slovaquie. Seules existent de fortes présomptions.
Ainsi, "une des hypothèses de la police dans l'affaire du meurtre d'une jeune tzigane, en juillet de cette année à Topolcany, dans l'ouest de la Slovaquie, est que Marc Dutroux pourrait y être impliqué", a dit Gajdos sans préciser l'âge de la victime.

Ressemblance avec le portrait-robot
Une des raisons qui étayent cette hypothèse est la ressemblance de Dutroux avec un portrait-robot du coupable présumé.
Le chef d'Interpol-Slovaquie a expliqué que le portrait-robot du meurtrier de la jeune Tzigane correspondait "à 60%" à celui de Dutroux et que ce dernier s'était rendu à Topolcany à l'époque du meurtre.
Par ailleurs, un témoignage d'une personne qui aurait été complice de Dutroux laisse supposer que le Belge aurait violé une femme à Trencin, une autre localité de l'ouest du pays.
Selon Rudolf Gajdos, Dutroux a effectué plusieurs visites en Slovaquie, en particulier dans les environs de Trencin et Topolcany, où il croyait, selon certaines informations, pouvoir facilement approcher des jeunes filles.
Une dizaine de jeunes Slovaques se sont rendues en Belgique à son invitation. Deux d'entre elles, âgées de 17 et 21 ans, ont notamment été reconduites en Slovaquie le 2 août dernier. Mais peut-être sous l'influence de somnifères que leur aurait fait absorber Dutroux, elles se souviennent mal de ce qui s'est passé lors de leur séjour en Belgique. L'une d'elles a déclaré qu'elle avait dormi pendant trois jours. Toutes deux auraient par ailleurs suivi librement Dutroux en Belgique, le considérant comme un "homme normal et affable", selon M. Gajdos. «La police belge nous a aussi informés que Dutroux et un autre homme avaient aussi envisagé l'enlèvement d'au moins une Slovaque », a dit encore dit le représentant d'Interpol.

Pas des mineures d'âge
Il apparaît certain que Dutroux et ses complices ont eu de multiples contacts avec des jeunes filles en Slovaquie, mais apparemment il ne s'agissait pas de mineures d'âge, ce qui rend l'enquête d'autant plus malaisée.
Par ailleurs, à Vienne, un porte parole du ministère autrichien de l'intérieur, Rudolf Gollia, a démenti les informations de presse selon lesquelles il était établi que Dutroux aurait tourné en Autriche des films vidéo pornographiques avec de jeunes Slovaques. Il n'y a pas de preuve à ce sujet non plus, bien qu'il existât effectivement une bande spécialisée dans les films pornographiques avec des enfants qui opère à Vienne et recrute ses victimes en Slovaquie.

Un reporter de la revue autrichienne « op News », se faisant passer pour un client potentiel, a ainsi pu prendre rendez-vous dans une maison privée de Bratislava avec trois fillettes de 12 ans par l'intermédiaire d'un certain Jiri K., qui fait des affaires dans le domaine de la pornographie à Vienne. Le journaliste, dont le reportage doit paraître jeudi, s'est vu proposer un choix de 70 jeunes adolescentes, avec lesquelles des vidéos pornographiques avaient été tournées. Sur base des découvertes du reporter, Jiri K. a été interpellé par la police viennoise et placé sous mandat d'arrêt mardi.
__________________

RODT
Dutroux Mêlé à une tentative de rapt?

«La Wallonie» du jeudi 29 août 1996 page 6

Dans son édition du 27 août dernier, le journal "Grenz-Echo" a rapporté le cas d'une tentative d'enlèvement qui s'est produit à Rodt, près de St.Vith, et qui a été transmis au parquet de Neufchâteau.
Le 9 août dernier, une petite fille âgée de sept ans a failli se faire enlever par un automobiliste étranger. Comme la fillette a pu se défendre avec vigueur, la voiture est repartie. La petite fille, qui est toujours troublée par cet incident, se souvient de la couleur grise de la voiture en question. Selon plu sieurs témoignages, consécutifs à un appel de la Gendarmerie de St.Vith, une Citroën CX de couleur grise aurait été vue à plusieurs reprises le 9 août ainsi que les jours précédents dans la région. Toujours selon ces mêmes témoignages, deux hommes auraient été vus dans cette voiture. L'un de ses hommes portait la moustache.

Un autre incident s'est produit près de Rodt également, il y a deux mois: lors d'une promenade en forêt, deux couples de parents ont aperçu d'une certaine distance une rencontre entre leurs enfants (une fille et deux garçons) et une Peugeot 505. Les parents ont réagi immédiatement en rappelant leurs enfants. La Peugeot est repartie à toute vitesse.

Les parents de la fille n'ont pris contact avec la gendarmerie que récemment, comme leur fille - en regardant une photo de Marc Dutroux publiée dans le Grenz-Echo au début de la semaine dernière – pense avoir reconnu ce denier dans la Peugeot en question.
Ces deux incidents sont d'autant plus intéressants que Michèle Martin, l'épouse de Marc Dutroux, s'est rendue fréquemment à Rodt entre le 15 février et le 18 mai 1993 chez la société REWA (usine de béton), pour venir chercher personnellement des livraisons d'un type particulier de briques en béton.
Ce mercredi, la Gendarmerie de St.Vith ne dispose pas encore de nouvelles informations à ce sujet.
___________________
JUMET
Toujours les recherches...

«La Wallonie» du jeudi 29 août 1996 page 6

Tout au long de la journée de mercredi, les recherches se sont poursuivies dans l'ancienne maison de Wenstein à Jumet en vue de retrouver d'éventuels cadavres. Vu les mauvaises conditions atmosphériques, les recherches menées par !a gendarmerie et la Protection civile ont été interrompues peu avant 19H.
Elles devraient se poursuivre aujourd'hui.

A la rue Daubresse, à Jumet, les travaux en vue de retrouver la trace éventuelle de corps ont repris activement mercredi matin vers 9h30, avec déjà une demi heure de retard vu les pluies diluviennes.
Une dizaine de camions de la protection civile sont arrivés sur place et une vingtaine d'hommes ont commencé à déblayer la propriété de la multitude des ferrailles en tout genre qui la jonchent
Le superintendant britannique,John Bennett n'était pas présent parmi les chercheurs et les enquêteurs et son radar sophistiqué non plus.

Travail à la pelle
Des grues ont continué de creuser le terrain à l'extérieur. Dans le hangar proprement dit, des terrassiers ont élargi à la pelle les endroits désignés par Marc Dutroux qui avait été emmené sur le site dans la nuit de lundi à mardi. Ils sont à deux mètres de profondeur. Des pelles sont utilisées afin d'éviter de détruire tout indice qui pourrait être utile pour l'enquête.
L'expert néerlandais Harry Jongen,"nez fin", était sur place pour examiner la terre déblayée ainsi que le terrain.
Les fouilles devaient s'orienter dans l'après-midi vers le chalet situé dans la propriété. Celui-ci avait été occupé par Bernard Weinstein, un complice de Dutroux, tué par ce dernier. Les caves seront tout d'abord nettoyées.
Des chiens pisteurs y seront emmenés.
Comme la veille, la presse est tenue à bonne distance de l'endroit des fouilles. En fin de journée, on apprenait que les fouilles menées à Jumet, rue Daubresse étaient loin d'être terminées. Elles n'avaient toujours donné aucun résultat.
Les enquêteurs ont terminé les excavations dans un premier trou creusé dans le hangar, Ils n'y ont rien trouvé. Cet endroit, ainsi que trois autres, avaient été circonscrits après les indications de Marc Dutroux.
A l'extérieur du hangar, les fouilles se poursuivent également tandis que les travaux prévus dans le chalet n'ont pas encore véritablement débuté.
Un petit tunnel
En fin d’après-midi, il s'est confirmé que les enquêteurs avaient découvert un petit couloir en dessous de la chape de béton située dans le hangar de la propriété. Ce couloir mène vers un atelier qui a été dégagé par les hommes de la Protection civile ainsi que sous le chalet dans lequel habitait Bernard Weinstein. La cave du chalet a été examinée de fond en comble.
Des chiens pisteurs venus des Pays-Bas et spécialisés dans la recherche d'ossements humains ont arpenté la pièce pendant près d'une demi-heure mais sans résultat.
A 17h 15, les fouilles se poursuivaient toujours mais sans résultat. Le superintendant britannique John Bennett est revenu sur place en compagnie d'un opérateur de la PJ 'de Charleroi pour examiner l'état actuel des sondages. Il a demandé qu'un trou soit creusé dans la propriété mais à l'extérieur du hangar.
Mais vu les mauvaises conditions atmosphériques, les fouilles ont finalement été interrompues vers 19h.
Fouilles aussi à Wanfercée-Baulet
Par ailleurs, on a également appris que la gendarmerie avait entrepris mardi soir des fouilles dans la propriété d'un ferrailleur à Wanfercée-Baulet, près de Fleurus. Ce ferrailleur était en contact régulier avec Weinstein. Ces fouilles n'ont donné aucun résultat positif.

__________________

PARQUET DE NEUFCHATEAU

En charge du dossier du rapt de An et Eefje


«La Wallonie» du jeudi 29 août 1996 page 6

Le dossier concernant l'enlèvement de An et Eefje a été transmis mercredi matin du parquet de Bruges au parquet de Neufchâteau, a-t-on appris mercredi midi à source judiciaire à Neufchâteau.
C'est le second dossier d'enlèvement d'enfants dans lequel est impliqué Marc Dutroux qui est ainsi officiellement remis au procureur du Roi Michel Bourlet et au juge d'instruction Jean-Marc Connerotte.
Le premier concernait celui de la petite Sabine Dardenne et venait de Tournai. Doit encore parvenir à Neufchâteau le dossier de Julie et Mélissa qui sera transmis soit mercredi encore ou demain jeudi par le parquet de Liège.
Il n'est d'ailleurs pas impossible que soient également envoyés au parquet chestrolais d'autres dossiers concernant des tentatives d'enlèvement et d'enlèvement, voire même de meurtre d'enfants restés jusqu'à ce jour inexpliqués,
C'est ainsi qu'un dossier en provenance du parquet d' Eupen concernant une tentative d'enlèvement le 9 août dernier à Saint-Vith pourrait être transmis à Neufchâteau. Il en serait de même du dossier concernant la petite Laurence Mathues retrouvée morte d'une surdose à Fernelmont (province de Namur) et qui se trouve à l'heure actuelle entre les mains du juge Marotte de Namur. De ce côté en effet, les médicaments qui auraient provoqué la mort de la jeune fille sont les mêmes que ceux dont Marc Dutroux se servait pour enlever ou profiter de ses victimes.
Par ailleurs, comme il avait été annoncé la semaine dernière, le parquet de Neufchâteau recevra un magistrat en renfort dès lundi prochain, 2 septembre, Ce dernier devrait venir du parquet d'Arlon.
Quant au second juge d'instruction, il s'agira du juge Langlois, juge au tribunal de 1ère instance de Neufchâteau, qui exerce les fonctions de juge délégué à l'instruction lorsque le juge Connerotte est absent ou en vacances.


__________________________


Michel Lelièvre et Michèle Martin à nouveau interrogés

«La Wallonie» du jeudi 29 août 1996 page 6


Michèle Martin et Michel Lelièvre ont à nouveau été interrogé jeudi à Neufchâteau par les enquêteurs chargés du dossier Dutroux.

De source judiciaire, on précise que Michèle Martin commence à faire des aveux partiels. Lors de son arrestation, elle avait nié être au courant de ses activités de son mari.
Elle reconnaît maintenant sa participation à certains des faits reprochés à Marc Dutroux, ajoute-t-on à Neufchâteau, sans toutefois préciser si il s'agit des enlèvements ou des séquestrations.
Quant à Marc Dutroux, il se referme de plus en plus. Il semblerait qu'il soit de plus en plus difficile d'obtenir des aveux. Ceux-ci n'ont d'ailleurs jamais été facile à obtenir, fait-on remarquer de source judiciaire.
Incarcérée à Namur, Michèle Martin avait été arrêtée avec Marc Dutroux et Michel Lelièvre le 13 août dernier.

________________________

Lutte contre la pédophilie au plan communal

FEMMES BOURGMESTRES WALLONNES


«La Wallonie» du jeudi 29 août 1996 page 6

Les femmes bourgmestres de communes de Wallonie se sont réunies mercredi à Huy et ont décidé de constituer une "concertation spécifique pour lutter dans les I pour contre les faits de pédophilie"
Elles ont demandé un entretien au ministre de l'Intérieur afin de lui exposer leurs propositions d'actions à l'égard des organisateurs de réseaux et des consommateurs.

Dans un communiqué, les femmes bourgmestres précisent que l'objet de la réunion qu'elles ont tenu était à examiner les moyens de lutter, sur le terrain, contre les pédophiles et à leurs réseaux et à veiller à « transformer l'émotion suscitée par les évènements actuels en mesures efficaces et pratiques » et de refuser « le renouvellement de l'attitude fréquente de banalisation de ces crimes ».
La concertation regroupe des bourgmestres PS, PSC et PRL qui dirigent les communes de Esneux, Houyet, Huy, Juprelle, Neupré, Trooz, Watermael, Vaux sur Sûre, Wasseiges, Modave, Floreffe ainsi que l'ancienne bourgmestre de Visé.
Le rôle des bourgmestres est important en matière d'ordre public mais aussi pour le suivi des détenus bénéficiant d'une libération conditionnelle.

Interrogé lundi sur l'initiative de Braine-l'Alleud qui comptait poursuivre l'Etat en justice par défaut de prévoyance à l'issue du décès de Julie et Métissa, le ministre de la Justice, Stefaan De Clerck avait souligné que lorsqu'un détenu bénéficie d'une libération conditionnelle, le bourgmestre de la commune où il réside est normalement informé de la décision.

______________________


LIMAL

Pédophile arrêté: dix enfants abusés


«La Wallonie» du jeudi 29 août 1996 page 6

Le juge d'instruction de Nivelles a placé, mardi, en fin d'après-midi, sous mandat d'arrêt Roch de la Croix, célibataire sans emploi, âgé de 41 ans, domicilié rue Victor Van Grootven, à Limal, près de Wavre.
Il a été inculpé du chef de viol sur un mineur de moins de 16 ans, et de crime réputer viol sur un enfant de moins de 10 ans.

L'intéressé a commis plusieurs faits de moeurs sur une dizaine d'enfants. Il a notamment sodomisé à près de 50 reprises, un adolescent de Wavre, âgé de 15 ans.
Vendredi soir, de deux couples ont déposé plainte à la B.S.R. de Wavre pour les agissements pervers de de la Croix sur leurs trois enfants. Celui-ci a d'abord nié et a été relaxé.
Il a à nouveau été interpellé, dimanche matin, après la découverte d'un nouveau fait d'attentat à la pudeur sur un mineur d'âge.

Selon la version d u parquet de Nivelles, il a été remis conditionnellement en liberté par le juge d'instruction.
Dimanche après-midi, la B.S.R. de Wavre a recueilli le témoignage d'un Wavrien de 15 ans qui a rapporté avoir été sodomisé par de la Croix.
Ce dernier a alors été arrêté, lundi, et inculpé, mardi, vers 16 h.35, avant d'être écroué à la prison de Mons.
Roch de la Croix est connu de la Justice pour des faits liés à la pédophilie. En 1991, il a été condamné par la cour d'appel de Bruxelles à 3 ans de prison pour tentative de viol sur un mineur d'âge. Il a bénéficié d'une libération conditionnelle.
Le 15 novembre 1995, il a encouru une nouvelle condamnation à 3 ans fermes, toujours à Bruxelles, pour des attentats à la pudeur sur des mineurs d'âge. Il a recouvré la liberté après un recours en grâce.
___________________

Neuf maisons vont être éventrées

«La Wallonie» du jeudi 29 août 1996 page 6

Les fouilles entreprises dans !a propriété de la rue Daubresse, à Jumet, qu'a occupée Bernard Weinstein, assassiné par Marc Dutroux, ont été interrompues mercredi peu avant 19 heures. Elles reprendront jeudi vers
8H30, et se poursuivront probablement encore vendredi, en fonction des priorités fixées par le procureur du Roi de Neufchâteau Michel Bourlet

C'est l'information majeure que le major Jean-Marie Boudin, porte-parole de la gendarmerie, et le commandant Joan Dewinne, chef de la D.V.I. (Désastre Victims Identification) ont livré, mercredisoir, lors d'une conférence de presse organisée a la gendarmerie de Charleroi.
Les deux officiers ont surtout fait le point sur les recherches qui sont effectuées dans cette propriété, depuis mardi matin. Ils ont notamment fourni des précisions quant aux moyens techniques utilisés par les enquêteurs.
« Notre volonté est de continuer sur le terrain de manière systématique jusqu'à ce que nous ayons la certitude qu'aucun corps ne se trouve à la rue Daubresse », a affirmé le major Boudin.
Le travail des enquêteurs est effectué sur base d'un ensemble d'informations transmises uniquement par le parquet de Neufchâteau.
Une bouteille...
Les 4 creusements entrepris jusqu'au sol dur (4 mètres) dans le hangar suspect de Jumet n'ont pas abouti. Rien n'a été découvert malgré les recherches des "chiens-cadavres " et du radar du "super-intendant" John Bennett.
Ce radar détecte toutes les cavités présentes dans le sol. Mercredi, une bouteille a été trouvée enfouie plusieurs mètres sous terre. "Si nous découvrons le moindre indice significatif, la première information sera donnée par le procureur Bourlet" , a encore dit le major Boudin qui, à Jumet, ne s'adressera plus à la presse qu'à deux reprises, durant la journée: à midi et à 17 heures.

Le commandant Dewinne a pour sa part précisé que l'enquête actuellement en cours au départ de Neufchâteau traite prioritairement 13 dossiers de disparitions inquiétantes de mineurs d'âge, constatées durant ces dix dernières années.
Dans ce cadre-là, à mettre en rapport avec l'affaire Dutroux, ce sont neuf propriétés qui vont être passées au peigne fin comme à Jumet. Toutes vont d'abord être vidées de leurs objets encombrants avant d'être soumises au flair des chiens et à la détection du radar Bennett.
Les sites de Sars la Buissière et de Wanfercée-Baulet sont actuellement nettoyés et seront les prochains à être éventrés par les pelleteuses et les pelles de la protection civile.

_______________________


ARRESTATION DE ZICOT

Pas de lien avec l'assassinat de Poncelet


«La Wallonie» du jeudi 29 août 1996 page 6

A la suite de l'arrestation de l'inspecteur principal de la police judiciaire de Charleroi, Georges Zicot, interpellé dans le cadre d'un volet connexe de trafic de voitures découvert après l'arrestation de Marc Dutroux, certains médias avaient publié ces derniers jours des informations par lesquelles ils établissent d'éventuels liens entre l'affaire Dutroux et le dossier de l'assassinat de Simon Poncelet, inspecteur de la police judiciaire de Mons, assassiné lors d'une garde nocturne à la PLI de Mons, en février dernier.

Mardi, le parquet de Mons a fait part d'un démenti à ce sujet. Pour le substitut Van Reusel, chargé des relations avec la presse, il n'y a actuellement aucun lien à établir .entre les deux affaires.
A l'époque des faits, il était apparu que Simon Poncelet avait notamment travaillé sur un dossier relatif aux agissements de trafiquants de voitures. Un moment, les enquêteurs s'étaient penchés sur ledit trafic mais ils n'avaient pas pu établir de lien entre cette enquête et la mort de Simon Poncelet.

Le parquet de Mons a précisé mardi que le dossier sur lequel travaillait Simon Poncelet se clôture actuellement et que les prévenus comparaîtront en correctionnelle à Mons le 20 septembre. Ces prévenus n'ont rien à voir avec les complices de Dutroux, a conclu M. Van Reusel, ajoutant, que toute personne ayant des informations éventuelles propres à infirmer ses dires, est priée de contacter le parquet de Mons au 065/31.31.71.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil

Free Web Counters
Free Counter