lundi 21 juillet 2008

Pédophilie('MEUSE'28 août 1996 p13)



Pédophilie


Contre le plus abject des crimes

« LA MEUSE » du mercredi 28 août 1996 page 13


Le Congrès mondial contre l'exploitation sexuelle des enfants s'est ouvert, à Stockholm, dans l'ombre des macabres découvertes belges

Le premier Congrès mondial contre l'exploitation sexuelle des enfants s'est ouvert hier à Stockholm en présence de la reine Silvia de Suède.
Les récentes découvertes belges étaient dans tous les esprits quand le Premier ministre suédois, Goeran Persson, a inauguré les travaux en dénonçant «le plus brutal et le plus dégoûtant des crimes».

Une minute de silence a été observée par les délégués (organisations non gouvernementales de défense des enfants, pouvoirs publics de 126 pays, organisations internationales,...) à la mémoire des petites victimes violées, séquestrées, voire assassinées du Brésil à la Thaïlande, des Philippines à la Russie.

Durant les 5 jours que durera cette conférence, « 10 à 12 millions d'adultes abuseront du million d'enfants forcés à se prostituer en Asie», a rappelé RonO'Grady, coordinateur international du mouvement Ecpat (End Chiid Prostitution in Asian Tourism) à l'origine de cette conférence.
De fait, l'Ecpat a organisé ces rencontres en collaboration avec l'Unicef et le gouvernement suédois. Au cours de ces journées de réflexion, les participants devraient mettre sur lied une coopération internationale, ainsi qu'un plan d'action concret pour lutter contre ce fléau.

Depuis le début des années '80, l'Unicef a établi des programmes destinés à aider des enfants vivant en situation particulièrement difficile. Ceux-ci consistent notamment en des projets d'éducation des fillettes et de lutte contre les discriminations sexuelles.

L'action de l'Unicef est relayée dans la plupart des pays du globe. Au Brésil, cette association a participé à une campagne nationale contre l'exploitation sexuelle des enfants. A cette occasion, des lignes téléphoniques SOS-Enfants ont été créées. Elle ont déjà prouvé leur utilité.
Autre exemple: la Thaïlande. Grâce au soutien du «Programme d'éducation par les soeurs », l'Unicef tente de convaincre les jeunes filles de rester dans leur région en leur donnant accès à l'éducation et à la formation professionnelle.

Chiffres alarmants

L'exploitation sexuelle d'enfants à des fins commerciales représente plusieurs millions de dollars et concerne environ un million d'enfants, chaque année.
Il s'agit, pour la plupart, d'enfants pauvres âgés de 13 à 18 ans. Cependant, de très jeunes enfants, voire même des bébés, sont pris au piège de ce commerce odieux.
L'Asie est la région la plus touchée, notamment à cause du «tourisme sexuel » qui s'y est amplement développé depuis quelques années. Certains enfants y sont vendus par leur famille, soit en connaissance de cause, soit en échange de la promesse d'un travail bien rémunéré. D'autres sont enlevés.

En Amérique du Sud, des enfants, déjà forcés de gagner leur vie, y arrivent par force ou par choix. En Afrique et au Moyen Orient, l'emploi de bambins comme domestiques va souvent de pair avec l'exploitation sexuelle.
Enfin, en Europe, les enfants sont l'objet d'un trafic depuis les pays pauvres de l'Est vers les pays riches du continent, où des réseaux pédophiles organisés et des services d'informations de pointe permettent une commercialisation aisée.

Causes historiques, culturelles et économiques
Les causes profondes de ce fléau sont à chercher dans tous les secteurs de la vie sociale : injustice économique et les disparités qui en résultent, urbanisation à grande échelle, désintégration de la famille.
Certaines valeurs historiques et culturelles, comme la discrimination à l'encontre des filles et des femmes, l'apparition des valeurs matérialistes et la détérioration des systèmes culturels traditionnels de soutien. Peuvent également être considérés comme responsables de cet état de fait.
Toutefois, le consumérisme constitue un facteur majeur. Le désir de posséder: il encourage ceux qui n'accordent pas grande importance à leur enfants à les échanger contre quelque chose qu'ils désirent posséder.

Des abuseurs aux multiples visages
Bien évidemment, la demande sans cesse croissante ne fait qu'accentuer le recrutement de jeunes enfants à des fins d'exploitation sexuelle.
Qui sont ces exploiteurs? Il en existe de 3 types.
Tout d'abord, il y a les pédophiles, qui agissent en connaissance de cause. Ensuite, de nombreux exploiteurs sont des autochtones qui, par manque d'intérêt, ne font pas de distinction en fonction de l'âge. Enfin, certaines personnes, en temps normal, n'auraient pas choisi d'avoir de telles relations. Cependant, grisés par des vacances dans un pays exotique, en état d'ébriété ou sous l'emprise de drogues, ils sont incapables d'éviter le pire.
_______________________

Dans le monde : Maroc, France, Australie

« LA MEUSE » du mercredi 28 août 1996 page 13

Casablanca: 360 enfants victimes d'agressions sexuelles

Près de 360 enfants sans famille pris en charge par une association à Casablanca (à 100 km au sud de Rabat) ont été victimes d'agressions sexuelles. Parmi les 600 enfants abandonnés pris en charge par l'association Beïti, près de 60 % ont déclaré avoir été victimes d'agressions sexuelles.
Ces agressions sont commises sur les enfants alors qu'ils demandent des cigarettes, une dose de drogue, un morceau de pain, ou l'autorisation de passer la nuit sous un toit.

Touriste allemand incarcéré pour sévices sexuels graves en France

Un touriste allemand a été accusé d'avoir fait subir des «sévices sexuels graves» à son fils de 10 ans et sa fille de 8 ans. Lui et son épouse, qui n'aurait pas dénoncé ses agissements, ont été écroués à la prison de Villeneuve les-Maguelonne (Hérault). Le père, dont l'identité n'a pas été communiquée «pour protéger les deux mineurs», a été mis en examen pour «viol et tentative de viol », et son épouse pour complicité.Leurs deux enfants ont été placés temporairement dans un foyer de l'enfance de la DDASS.
Le juge d'instruction en charge du dossier devrait leur trouver un accueil plus adapté, notamment en Allemagne, où ils pourraient être confiés à des membres de la famille.
Le couple, qui séjournait depuis le 1er août au camping de Castellas, à Sète (Hérault), a été dénoncé par des voisins de tente qui ont signalé à la police le comportement «ambigu et douteux» du père.

Un Australien inculpé de 850 crimes contre des enfants

Un septuagénaire australien a été inculpé mardi à Brisbane de 850 crimes sexuels commis sur des enfants en Australie. L'inculpé, dont l'identité ne peut être légalement révélée, avait déjà été impliqué dans des affaires sexuelles avec des enfants à Bangkok (Thaïlande). Il est accusé d'outrages aux bonnes moeurs et sodomie sur huit enfants entre les années 1960 et les années 1980. Les enfants étaient âgés de 13 à 16 ans au moment des faits. En mai dernier, l'inculpé était devenu le 6e citoyen australien inculpé de délits sexuels avec des enfants dans un pays étranger.
Il avait été inculpé pour deux crimes sexuels commis sur un enfant de moins de 16 ans, et de détention de quatre rouleaux de photos pornographiques impliquant des enfants. Selon l'accusation, il aurait eu des relations sexuelles avec un garçon et une fille a Bangkok en 1994 et 1995.
Les poursuites ont été engagées en vertu des sévères lois australiennes qui répriment le tourisme sexuel impliquant des enfants.
Ces lois permettent de poursuivre un prévenu devant les tribunaux australiens pour des crimes commis à l'étranger.
________________________

Chiffres effrayants

La prostitution enfantine: un secteur économique florissant


« LA MEUSE » du mercredi 28 août 1996 page 13

En Belgique, il semble que l'on découvre seulement aujourd'hui l'existence de la prostitution enfantine. Elle n'est pourtant pas nouvelle.
Dans un livre paru il y a deux ans, Le prix d'un enfant, Marie France Botte avait déjà largement décrit le phénomène dans certains pays asiatiques. Mais il semble que «l'épicentre» de la prostitution enfantine se déplace vers l'Europe.
L'électrochoc des affaires qui secouent actuellement la Belgique tend à le confirmer.
Selon les Nations unies, plusieurs millions d'enfants à travers le monde seraient victimes de la prostitution.
L'Asie reste le continent le plus touché. En Inde, ils sont 300.000 enfants à se prostituer quotidiennement. Les gosses sont « recrutés » dans des familles pauvres et éloignés des grands centres, auprès de parents auxquels on fait miroiter un prétendu travail en ville. Parfois aussi, ils sont purement et simplement enlevés.
C'est dans ces pays que s'organise ce que l'on appelle le tourisme sexuel, auquel s'adonnent des gens « respectables » de chez nous. Mais de plus en plus, cespays mettent en place des législations sévères afin de réprimer ce genre de commerce.
Par ailleurs, la peur du SIDA est en train de changer les comportements des « consommateurs».
Et pas favorablement. Ils réclament maintenant de la « chair fraîche ». Il est vrai que dans le quartier chaud de Bombay, de 45 à 70% des prostituées sont séropositives.
Plus elles sont jeunes, donc, moins elles ont de risques d'être contaminées par le SIDA. L'idéal est qu'elles soient vierges. Dans ce cas, elles valent encore plus.
C'est pourquoi la prostitution enfantine est tellement lucrative. On pense que l'argent qui circule dans ce milieu atteint des sommes de plusieurs milliards de dollars chaque année. Cette activité constitue un véritable secteur commercial. Il y a les «chercheurs de têtes» mais il y a aussi les dirigeants de ces réseaux, sans parler des proxénètes qui se sucrent au passage et des policiers qui se laissent corrompre.
D'une région à l'autre, la prostitution enfantine prend des formes très diverses. On sait déjà qu'en Asie, le tourisme sexuel est très florissant. Mais en Amérique latine, les enfants ont tendance à se vendre eux-mêmes parce qu'ils sont dans les rues et qu'ils n'ont aucun moyen de subsistance.
En Afrique, la tendance est plutôt à la prostitution « domestique » ; des petites servantes acceptant de céder aux caprices de leur « maître ».
Et puis, il y a l'Europe, où les réseaux semblent seulement se mettre en place sans, d'ailleurs, que rien n'ait, jusqu'ici, été prouvé. La chute du communisme à l'est de l'Europe n'y est pas étrangère. Dans l'ex-URSS et dans les pays satellites, la pauvreté de la population est un terrain particulièrement propice pour la prostitution des jeunes.
De plus, les mafias locales tiennent véritablement leurs « travailleuses », démunies, sans recours et effrayées devant la puissance de leurs «patrons».
Annonces gratuites
Mais il n'y a pas que la prostitution en elle-même; le commerce de la pornographie enfantine connaît aussi un grand succès en Europe. La police française a démantelé il y a 3 mois un trafic de cassettes vidéo suggestives, mettant en scène des enfants. Elles avaient déjà été diffusées auprès de 1.500 personnes...
On se souvient qu'en Belgique, au début de cette année, un gendarme avait été inculpé par ce qu'il était à la tête d'un réseau de pédophilie et qu'il faisait des photos porno dans un parking de Bruxelles.
Enfin, dans ce domaine, on connaît un important réseau de cassettes organisé au départ de la Hongrie et de la République tchèque.
Mais les techniques modernes s'en mêlent aussi. Internet offre beaucoup de facilités aux pédophiles et aux amateurs d'images salaces. Les petites annonces et les images mettant en scène des enfants se transmettent maintenant avec la plus grande facilité et de façon peu coûteuse.
Néanmoins, une chose est certaine, ce type de commerce (aussi bien la prostitution que les cassettes et photos porno) n'existerait pas s'il n'y avait pas une forte demande. Et là, ce sont les soi-disant pères de famille respectables et autres cols blancs en goguette qu'il faut montrer du doigt...

P. Séféridis
______________________

Suivi des pédophiles : Trop peu de spécialistes

Les pédophiles, «il n'y a qu'à les traiter».
Facile à dire: très peu de professionnels se spécialisent dans cette tâche ingrate.


« LA MEUSE » du mercredi 28 août 1996 page 13

Les peines de prison peuvent être longues et même « incompressibles», elles ont une fin. L'affaire Dutroux remet tragiquement en lumière la nécessité de soigner et contrôler les pédophiles après leur sortie de prison, afin de limiter au maximum le risque de récidive.
Encore faut-il se donner les moyens de le faire! On sait qu'il n'existe en Belgique que deux centres spécialisés en tout et pour tout,un à Anvers et un à Bruxelles. Il en faudrait d'autres...
Certes, mais le nombre de professionnels solidement formés au suivi de pédophiles est dérisoire! Dans ces conditions, la situation ne se résoudra pas du jour au lendemain...
Le Dr Jacqueline Delville, médecin, psychologue et professeur aux « Facultés universitaires Notre Dame de la Paix à Namur », a étudié de près la problématique des abus sexuels commis sur des enfants.
Une question qui n'occupe pas une très grande place dans les programmes des étudiants
«Au cours des études de base, je crois pouvoir dire que personne n'est vraiment bien formé au problème des enfants abusés, dit-elle, ni en psychologie, ni en médecine générale, ni même en psychiatrie. Bien sûr il existe des formations spécifiques, mais elles s'adressent seulement aux professionnels qui le souhaitent. Quant au suivi des pédophiles eux-mêmes, c'est un problème encore plus compliqué! Il y a très, très peu de personnes formées à ça; je dirais quelques dizaines au maximum en Belgides patients difficiles
En quoi le traitement d'un pédophile est-il si particulier? Le Dr Delville souligne que: «La différence fondamentale entre une psychothérapie classique, où le patient est demandeur, et le traitement contraint d'un pédophile. De lui-même, il ne demandera presque jamais une thérapie pour la simple raison qu'il ne considère pas ses actes comme anormaux ou nuisibles. Il ne ressent aucune culpabilité.»
Travailler avec des patients qui ne sont pas volontaires est nouveau pour les psychothérapeutes.
Comment soigner un patient tout en jouant au gendarme? Ce n'est pas seulement un problème de secret professionnel, mais aussi d'efficacité! « Dans ces conditions, le pédophile peut très bien faire semblant de suivre sa thérapie, tromper son thérapeute. La plupart des pédophiles ont de fortes tendances à la manipulation.»
Le Dr Defville en conclut qu'on ne peut pas demander à une seule personne de prendre une telle thérapie en charge. « Travailler en équipe est très important. Chacun insiste sur un aspect de la thérapie l'un se consacre plus à l'aide au patient, l'autre garde une distance qui lui permet d'évaluer, de remplir !a mission de contrôle social.»
Personne n'a envie de côtoyer « ces gens-la »
«En plus, pour le thérapeute, c'est extrêmement dur de traiter un pédophile, poursuit Jacqueline Delville, car cela veut dire qu'il doit faire participer son imagination aux fantasmes de son patient. C'est lourd, pour une personne isolée.»
En termes plus crus: médecin, psychiatre ou psychologue, le thérapeute éprouve pour le pédophile le même dégoût instinctif que n'importe qui! Pour faire son travail, il doit surmonter ses émotions. C'est difficile, ingrat... il y a peu de candidats!
Traiter et contrôler les pédophiles est possible: le système mis au point au Canada et appliqué dans d'autres pays anglo-saxons a prouvé son efficacité. Il permet de diminuer sensiblement le nombre de récidives. Mais il demande plusieurs mois de travail intensif, puis un soutien à long terme.
Efficace, mais cher, donc...
Après l'affaire Dutroux, peut-on encore envisager d'en faire l'économie?

Corinne Toubeau

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil

Free Web Counters
Free Counter