jeudi 24 juillet 2008

A la « Une » dans toute l’europe('NvlGazette'29 août 1996 p8)


A la « Une » dans toute l’europe

«La Nouvelle Gazette» du jeudi 29 août 1996 page 8

Depuis quelques semaines, la presse internationale ne parle plus que de cela: les réseaux pédophiles et, sur tout, leurs victimes. La découverte des corps sans vie de Julie et de Mélissa a révolté l'opinion, que ce soit en Belgique, en France, en Angleterre, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Suisse, ou même en Espagne.

Les illustrations à la «une» de toute la presse étrangère suscitent l'émotion: la peine si ce sont les photos de Julie et de Melissa, celles des affichettes, où d'autres, prélevées de l'album souvenir des parents Russo et
Lejeune, désormais arrêtés à la date du 24 juin 1995.
La honte ou la rage si, par contre, ce sent les visages froids des coupables ou des suspects dans cette atroce affaire.
Ces photos, comble de l'ironie, ont fait le tour du monde comme l'ont fait les avis de disparition ou de recherche.
Les titres, qu'ils fassent la manchette ou non, se veulent chauds et évocateurs. Tous, tantôt avec pudeur et dignité, tantôt avec dureté, s'interrogent sur la leçon que l'on sera capable de retirer de ce désormais sinistre
fait divers.
L'Europe en émoi ne peut retenir ses larmes, et tape du poing sur la table pour que justice soit faite: plus jamais ça !

En France, les magazines parlent
La presse quotidienne française dans son ensemble suit, avec le même acharnement que nos journaux, l'évolution de l'enquête.
Les magazines et autres hebdomadaires, de leur côté, développent de foisonnants articles.
Le martyre des petites séquestrées » titre Paris Match, dont le stock dans les librairies s'est vendu comme des petits pains.
Le magazine offre à ses lecteurs de nombreuses photos grand format sur douze pages.

Ici Paris reprend les photos bouleversantes de l'enterrement des deux fillettes sur deux pleines pages. Le magazine aborde également le problème des déviances sexuelles et reprend dans ses lignes des cas similaires de pédophilie ayant eu lieu outre Quiévrain.

VSD, outre deux pages entières de photos en couleurs, propose un long dossier récapitulatif sur le parcours de l'accusé. L'hebdomadaire ne manque pas non plus de s'interroger sur les motivations qui ont poussés le ministre Wathelet à rendre sa liberté à Marc Dutroux. « Il n'aurait jamais dû sortir de prison », lit-on dans l'article.

Scandale en Angleterre
La presse londonienne suit avec attention les évolutions de l'enquête menée par la police belge. D'autant plus que l'Angleterre a elle-même vécu des faits semblables lors de la terrible affaire des époux West et des découvertes macabres de la «Maison de l'horreur» à Gloucester. Lors de cette affaire, une vingtaine de corps avaient été retrouvés à maints endroits de son domicile. Frederik West était, lui-aussi, un déviant sexuel.
Un enquêteur britannique, le superintendant John Bennett, qui avait participe aux recherches de Gloucester a même été dépêché en Belgique avec son matériel sophistiqué.

Le Herald Tribune de ce mercredi s'interroge sur les mesures qui pourraient être prises pour arrêter ces actes sauvages sur les enfants, faisant également référence à la conférence de Stockholm. Le quotidien réfère également aux crimes sexuels perpétrés aux États-Unis où le renforcement de certaines lois punissent sévèrement les abuseurs d'enfants.
Les couvertures des hebdos internationaux comme Time et Newsweek ont édité d'énormes plaquarts en couleurs sur les meurtres insoutenables dont la Belgique est victime.

Mais, l'important reste surtout l'avenir, et la question de Newsweek se veut pertinente : « Le plus sale business au monde : Qu'est-ce qui pourrait être fait pour endiguer le commerce de la pornographie liée aux enfants ? »
Quatorze pages sont consacrées à la prostitution et à l'exploitation, quelle qu'elle soit, des enfants de par le
monde.

Le Time, lui, se veut pudique. Il ne révélera pas les visages de Laetitia et de Sabine. Mais les dix pages consacrées à l'affaire seront d'une très grande richesse informative, tant pour les photos que pour les développements.
Un bon dossier au niveau international...

Même en Espagne
« El pederasta Dutroux » fait également la «une» en Espagne.
Un envoyé spécial d'El Mundo recueille, au fil des découvertes, les informations les plus fraîches sur «l'événement». Tout a été mis en oeuvre pour que les lecteurs ne perdent aucun développement de l'enquête en cours.
Aux Pays-Bas, tout le monde retient son souffle. La photo d'An et Eefje occupe toujours la première page du Telegraaf, une manière d'entretenir l'espoir de les retrouver en vie. Nos voisins bataves suivent l'actualité belge avec une extrême attention.

Les Allemands font de même. La «une» du Bild fait dans le sensationnel, tandis que l'Express s'interroge : « Encore plus d'enfants morts ? » Quant à Der Spiegel, il remplit huit pages sur la prostitution des enfants et sur les réseaux pédophiles.
Jamais on aura autant entendu parler du fléau qu'est celui de la pédophilie depuis la disparition des petites Julie et Melissa.

La découverte de leurs corps sans vie a réveillé l'opinion.
Peut-être maintenant les choses vont-elles commencer à changer?

Sophie Driesen
_____________________________

FEMMES ET BOURGMESTRES

«Elles s'unissent pour contrer les pédophiles »


« La Nouvelle Gazette » du jeudi 29 août 1996 page 8

PARCE que les bonnes résolutions ne doivent pas rester lettre morte, parce que l'arrestation de Dutroux n'est que la face visible de l'iceberg et parce que la volonté de contrer la pédophilie doit demeurer vivace dans les mois et les années à venir, les femmes bourgmestres de Wallonie sont sur le pied de guerre.
La fibre maternelle n'y est pas étrangère, d’autant plus qu'elles considèrent à juste titre ? Le monde masculin laxiste en la matière.

Ce mercredi matin, à Huy, une poignée d'entre elles a participé à la tenue d'une « Concertation spécifique » destinée à fourbir des armes susceptibles d'assurer une meilleure protection de nos enfants face à la force aveugle, au danger permanent que représentent les abuseurs.

Aux côtés de la sénatrice-bourgmestre de Huy, Anne-Marie Lizin, se trouvaient ses collègues PS, PSC et PRL d'Esneux, Jenny Levêque, de Houyet, Marie-Claude Lahave, de Juprelle, Christine Servaes (ff), de Neupré, Josée Pagnoul, de Trooz, Denise Laurent ainsi que Pierrette Cahay, ex-bourgmestre de Visé.
Lancées la veille, les invitations n'ont pas permis aux quatorze femmes bourgmestres (en Belgique, sur 598 bourgmestres, on en dénombre au total 32) de Wallonie et de Bruxelles d'être présentes.
N'empêche que l'initiative n'a pas laissé ces dames indifférentes: Watermael, Vaux-sur-Sûre, Wasseiges, Modave, Floreffe... ont d'ores et déjà marqué leur soutien.
Au terme du premier tour de table, le groupe a déjà pris la décision de rencontrer le ministre de l'Intérieur, M. Vande Lanotte.

Par là, le groupe souhaite s'assurer que des informations sur les libérations conditionnelles leur seront transmises, en temps voulu, lors des réunions pentagonales qui confrontent gendarmerie, police, bourgmestres et procureurs du Roi. Les bourgmestres veulent aussi s'assurer que le suivi de justice sera concrètement appliqué.

Rappelons que leur rôle concernant l'ordre public n'est pas mince. Mais comment assurer la protection des pédophiles en liberté conditionnelle lorsque la population exprime sa fureur. Parfois, la volonté manque...
Secundo: il sera demandé au ministre que la pédophilie devienne la priorité des priorités au sein des ZIP, que, dans chaque commissariat, des équipes soient mieux formées à cet effet. Et, enfin, que l'on mène des actions répressives à l'égard des organisateurs de réseaux tout comme des consommateurs. Les femmes bourgmestres appuieront, en tout cas, les projets de loi allant en ce sens. La couleur est annoncée, plus question pour elles de faire marche arrière, de ne pas transformer l'émotion suscitée en actions concrètes et pratiques.
Une chose semble sûre : elles y mettront toute la ténacité qu'une telle action induit.

Y.J.W.
_______________________

Le Ministre Derijcke à la conférence de Stockholm

Pour la mondialisation de la répression

«La Nouvelle Gazette» du jeudi 29 août 1996 page 8

Le discours du ministre belge des Affaires étrangères, Erik Derycke, était particulièrement attendu par les participants au congrès mondial contre l'exploitation sexuelle des enfants, qui ont les yeux braqués sur la Belgique et les développements de d'enquête sur les agissements de Marc Dutroux et ses complices.

Mr Derycke a souligné, mercredi à Stockholm, le caractère planétaire de l'exploitation sexuelle commerciale des enfants et plaidé pour une action urgente et solidaire, sous la forme de l'élaboration d'un système répressif mondial s'appliquant à ce type de crimes. Une tâche à laquelle a Belgique doit apporter sa contribution.
«Nous vivons tous aujourd'hui en Belgique dans l'ombre de l'infamie et de l'horreur», a affirmé M. Derycke au cours de son allocution, mettant l'accent sur la barbarie mise à jour petit à petit depuis l'ouverture du dossier
Dutroux. «Cette affaire dramatique a révélé en Belgique et en Europe ce terrible mal que notre conférence est appelée non seulement à dénoncer mais à combattre».

Arsenal législatif insuffisant
Pour le ministre des Affaires étrangères, l'arsenal législatif «remodelé en 95» dont dispose la Belgique pour combattre les crimes sexuels visant des enfants n'est pas suffisant.
Selon M. Derycke, ce type de criminalité doit en effet être combattu au niveau planétaire.
«Le phénomène que nous combattons est un symptôme de ce mal qui accable les sociétés modernes: l'homme est devenu objet commercial plutôt que sujet de droit».
L'apport de la Belgique dans la lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants a été souligné par le ministre. Une des priorités de la politique belge reste le suivi du Traité des Nations-Unies sur les droits de l'Enfant.
Une conférence interministérielle chargée de mettre en oeuvre les obligations prises par la Belgique dans le cadre de ce Traité aura lieu en septembre.

En ce qui concerne la traite des êtres humains «dont le trafic d'enfants», M. Derycke a déclaré que la Belgique introduirait avant la fin de l'année une proposition d'action commune dans le cadre du troisième pilier du Traité de Maastricht. «L'instrument nouveau que nous proposerons visera à améliorer la coopération judiciaire en matière de répression de la traite des personnes humaines et s'articulera à travers des mécanismes de coopération internationale et une rationalisation des mécanismes nationaux déjà existants», a-t-il précise.
Toujours au niveau européen, M. Derycke a également noté l'importance de la ratification rapide par tous les membres de l'Union de la convention Europol établie pour lutter contre l'exploitation sexuelle des enfants. Afin que sa mise en oeuvre soit réalisée sans délai et sans réserves.
Mais si l'exploitation sexuelle des enfants est une expression extrême de l'injustice et de la manière dont la société se conduit à l'égard des enfants, M. Derycke a observé qu'il fallait également se pencher sur les droits des enfants en général: droits économiques, sociaux, culturels, ainsi que politiques et civils.

Un phénomène mondial
Mais si l'actualité focalise actuellement l'attention sur la Belgique, elle ne doit pas occulter la réalité quotidienne des pays en voie de développement. Une réalité désarmante puisque plus d'un million d'enfants de part le monde sont abusés sexuellement.
La pauvreté est un terrain propice à l'exploitation sexuelle des enfants. «Le degré de protection qu'une famille peut offrir matériellement diffère des situations socio-économiques des différentes régions de par le monde. Ce clivage socio-économique fait que trop de familles ont vu leurs enfants devenir victime de ces pratiques dans l'indifférence complice des autorités locales et des pays riches. Ce scandale ne cessera que grâce à une action concertée des pays donateurs et des pays bénéficiaires de l'aide au développement. L'expérience de coopération de la Belgique dans ce domaine, nous démontre l'intérêt mutuel d'une telle approche», a expliqué M.Derycke.

Si on appliquait déjà les lois existantes...
Erik Derycke a en outre réaffirmé la nécessité de voir chaque pays mettre en œuvre des mesures pour lutter contre l'exploitation sexuelle des enfants.
«Beaucoup de traités et de lois sont signés mais leur application est ensuite une deuxième obligation que chaque pays doit remplir», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Stockholm, où il venait de prendre la parole devant le congrès mondial sur l'exploitation sexuelle des enfants.
Le dramatique fait divers qui ébranle la Belgique actuellement nous amène à la triste constatation que même dans un pays d'Europe occidentale, de tels drames peuvent se produire. «Mais il ne faut pas jeter un regard égocentrique sur le problème, qui est mondial. Ce qui s'est passé en Belgique ou en Grande-Bretagne (référence à l'affaire West, «la maison de l'horreur») se passe dans le monde entier», a déclaré M.Derycke.
Pour le ministre des Affaires étrangères, l'exploitation sexuelle des enfants n'est rien d'autre que l'expression extrême d'un système socio-économique ultra-libéral où l'on peut acheter «même le corps d'un enfant»*

La Belgique à la pointe...heureusement...
La Belgique est à la pointe de mesures contre les abus sexuels visant des enfants, a rappelé le ministre.
Elle est notamment un des premiers pays au monde à avoir inscrit dans sa législation le principe d'extraterritorialité. Ce principe permet d'ores et déjà de poursuivre en Belgique toute personne, belge ou étrangère, coupable d'infractions sexuelles commises à l'étranger à l'égard de mineurs de moins de 16 ans.
L'ordre a par ailleurs été donné à toutes les représentations diplomatiques belges de faire suivre tous les dossiers d'abus sexuels d'enfants commis à l'étranger.
M. Derycke a enfin rappelé pour la presse étrangère que son collègue de la Justice, Stefaan De Clerck, avait présenté récemment plusieurs mesures pour lutter contre l'exploitation sexuelle des enfants, qu'il soumettra d'ailleurs vendredi au conseil des ministres.
En conclusion, le ministre a insisté sur la nécessité d'élaborer, surtout à travers une coopération et une solidarité multilatérale réelle la mise en oeuvre d'un système répressif mondial s'appliquant aux crimes sexuels contre des enfants. Un tel sujet trouve, selon lui, sa place dans les négociations en cours à New-York sur la création d'une cour criminelle internationale.




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil

Free Web Counters
Free Counter