samedi 24 mai 2008


La justice à l’écoute

LA MEUSE mercredi 15 mai 1996


Mardi matin, les parents de Julie et Mélissa ont enfin pu rencontrer le premier substitut du procureur du Roi, Charles Hombroise, désigné comme interlocuteur privilégié avec les familles des deux petits disparues.

Depuis des mois, les familles Russo et Lejeune, qui vivent dans l'incertitude quotidienne, se battent pour être informées de l'évolution de l'enquête...
Grâce à l'appui du comité de soutien qui s'est récemment créé, un accord était intervenu entre le ministre de la Justice et le procureur du Roi :
Il avait été convenu qu'un intermédiaire serait désigné pour rencontrer les familles, écouter leurs questions et, dans la mesure du possible, y répondre.

Il a fallu deux mois pour qu'un rendez-vous avec le premier substitut Hombroise soit fixé.
Mais cette première entrevue s'est révélée plutôt positive.

« Il nous a enfin parlé, dit Mme Russo. Nous savons enfin qu'ils font quelque chose... c'est un apaisement pour nous. »

Et M. Lejeune d'ajouter: «Lors de cette prise de contact, on a pu établir un schéma de travail: on doit déjà se revoir la semaine prochaine avec des questions plus précises. On aura des contacts réguliers au cours desquels nous pourrons poser toutes les questions qui nous tiennent à coeur »

Et des questions, on s'en doute, les deux familles en ont beaucoup à poser.
Mardi, elles ont évidemment voulu savoir si l'émission de TF1 avait permis de faire avancer l'enquête.

Elles s'expliquent: « Témoin n°1 » a suscité de nombreux témoignages, mais cela n'a apparemment pas apporté d’éléments vraiment nouveaux.
Cependant, le dossier ne semble pas être au point mort.

« Ils ont des pistes, dit M. Russo. Ils ont des suspicions sur certaines personnes.
Par ailleurs, le mouvement de solidarité qui s'est créé autour des parents des petites fillettes est toujours aussi ardent. »
______________________



Les 31 mai, le, et 2 juin, à l'occasion du grand marché populaire de Jemeppe, des animations de soutien «week-end à la carte» seront encore menées à l'initiative du catcheur liégeois, Tony Cavaleri.

« Nous avons la chance d'avoir énormément de personnes qui se mouillent pour nous aider, qui organisent des manifestations pour récolter des fonds pour l'affichage, les déplacements...commente M. Lejeune.

Tous ces gens-là nous permettent de voir que nous ne sommes pas seuls dans notre combat. Nous ne pouvons pas les décevoir: il faut qu'ils sachent que nous faisons le maximum, que nous ne baissons pas les bras.

Déjà accablées par le drame qu'elles vivent, ces familles sont aussi soumises à de malveillantes rumeurs sur la destination des dons:
«Nous avons un livre de comptes avec toutes les entrées et les sorties et il est ouvert à quiconque veut le voir!», s'exclament les parents.

Voilà qui devait être dit.

I. D.



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil

Free Web Counters
Free Counter